Liens commerciaux

0

Les enseignants sociétaires de la Synergie des syndicats des enseignants de la RDC ont décidé d’observer une “trêve” et reprendre les activités dès ce lundi 9 octobre, ont-ils annoncé Jeudi. Cette décision a été prise par les professionnels de la craie au cours d’une Assemblée générale tenue ce jeudi 5 octobre en marge de la Journée mondiale de l’enseignant. Un enseignant dans une école primaire. Photo ACTUALITE.CD/Pascal Mulegwa “Pour ne pas sacrifier notre jeunesse, les enseignants réunis en Assemblée générale, demandent aux enseignants d’observer une trêve et de reprendre effectivement les activités ce lundi 9 octobre 2017 sur toute l’étendue du territoire national. Le gouvernement est tenu de concrétiser ses promesse », a déclaré Jean-Bosco Puna, Secrétaire Général du Syndicat des écoles conventionnées Catholiques (Synecat) et porte-parole de la Synergie des syndicats des enseignants de la RDC. Les enseignants ont par ailleurs évalué les résultats du mot d’ordre de la grève lancé dans le secteur par l’EPSP et la réponse du gouvernement à l’attente des enseignants de la République. “Après échange et consultation avec tous les camarades et membres respectueux du mot d’ordre de grève aussi bien à Kinshasa qu’en province, il se dégage les constats suivants : le mot d’ordre de grève a été suivi à 90% dans les écoles publiques et avec une mention particulière dans les écoles primaires. 10% des écoles ont boudé la grève et se sont contentées sans vergogne d’exploiter les parents en commercialisant tous les services de l’éducation et ceux en complicité avec les églises de la RDC qui ont cessé d’être des modèles en matière d’éducation de notre pays” a-t-il ajouté. Puna a estimé que le gouvernement s’est illustré par une “mauvaise foi manifeste” en négligeant la situation socio-économique des enseignants. Pour lui, cette attitude laisse penser à une sorte de complot contre le système d’éducation. La Synergie des syndicats des enseignants de la République démocratique du Congo a même porté plainte contre le Premier Bruno Tshibala pour « haute trahison ». Cette plateforme syndicale regroupe notamment le Syndicat des écoles conventionnées Catholiques, la Centrale congolaise du travail (CTT) et la Force agissante.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top