Liens commerciaux

0

*Dimanche 15 octobre, dans la soirée, Marie-Ange Mushobekwa, la Ministre des Droits Humains, se disait optimiste. Elle croyait, sûrement, en la justesse de tout le travail titanesque qu’elle a entrepris, depuis qu’elle avait pris les brides de ses responsabilités à la tête de ce secteur généralement considéré, comme étant à problème. Contre vents et marées, en dépit de toute la campagne hostile, elle en appelait ainsi au bon sens des Etats membres à voter utile, en ce qui concerne, singulièrement, les quatre Etats qui, en principe, devaient, représenter le Groupe Africain au sein du Conseil des Droits de l’Homme de l’Onu. Résultat : après les décomptes, la RDC a obtenu 151 voix sur 193 votants. Depuis le Centre de Presse de l’Onu à New York, retrouvez ici, tous les détails y afférents.

Assemblée générale: 15 Etats rejoignent les 32 autres du Conseil des droits de l’homme
L’Assemblée générale a élu, ce matin, à bulletin secret, 15 membres du Conseil des droits de l’homme, qui y rejoindront leurs 32 pairs, pour une durée de trois ans à compter du 1er janvier 2018.

Le Sénégal avec 188 voix; l’Angola, 187; le Nigéria, 185; et la République démocratique du Congo, 151, entrent ainsi au Conseil des droits de l’homme.

Les candidats, qui doivent obtenir la majorité absolue des voix, soit 97, sont élus sur « la base de leur contribution à la promotion et à la protection des droits de l’homme ».

Les quatre sièges vacants de la région Asie-Pacifique, ont été remportés par le Népal, avec 166 voix; le Qatar, 155; le Pakistan, 151; et l’Afghanistan, 130.

Le Pérou avec 180 voix; le Mexique, 179; et le Chili, 175; occuperont les trois sièges vacants de l’Amérique latine et des Caraïbes.

S’agissant de l’Europe orientale, c’est la Slovaquie avec 185 voix et l’Ukraine, 177, qui emportent les deux sièges à pourvoir.

L’Espagne, avec 180 voix et l’Australie, 176, vont siéger pour le Groupe des États d’Europe occidentale et autres États.

Outre les nouveaux élus, les membres du Conseil sont les pays suivants: Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Belgique, Brésil, Burundi, Chine, Côte d’Ivoire, Croatie, Cuba, Egypte, Emirats arabes unis, Equateur, Etats-Unis, Ethiopie, Géorgie, Hongrie, Iraq, Japon, Kenya, Kirghizistan, Mongolie, Panama, Philippines, République de Corée, Royaume-Uni, Rwanda, Slovénie, Suisse, Togo, Tunisie et Venezuela.

Le Conseil, dont les membres sont élus selon le principe de la répartition géographique équitable, est composé comme suit: 13 sièges pour l’Afrique, autant pour ceux de l’Asie-Pacifique, 8 sièges pour l’Amérique latine et les Caraïbes, 7 pour l’Europe occidentale et autres États et 6 sièges pour l’Europe de l’Est.

Le Conseil des droits de l’homme, qui siège à Genève, a été créé en 2006 par la résolution A/RES/60/251 pour remplacer la Commission des droits de l’homme. Organe subsidiaire de l’Assemblée générale, il est chargé de veiller à la promotion et à la protection des droits de l’homme partout dans le monde, notamment à travers ses procédures spéciales telles que l’Examen périodique universel auquel les pays se prêtent sur une base volontaire et reçoivent des recommandations de leurs pairs; les rapporteurs spéciaux et experts indépendants ou encore les commissions d’enquête.

Chaque année, le Conseil tient trois sessions ordinaires en mars, juin et septembre. Il a, depuis sa création, tenu 26 sessions extraordinaires sur les situations des droits de l’homme qui requièrent une urgente attention, la dernière ayant eu lieu le 14 décembre 2016 sur la situation des droits de l’homme au Soudan du Sud.

En début de séance, le Président de l’Assemblée générale, M. Miroslav Lajčák, a énergiquement condamné l’ignoble attentat perpétré à Mogadiscio et présenté ses condoléances au peuple somalien. Ces actes odieux, a-t-il ajouté, soulignent, une nouvelle fois, la nécessité de s’attaquer au fléau du terrorisme sous toutes ses formes, notamment en examinant ses causes sous-jacentes.

L’Assemblée générale reprendra ses travaux mercredi 18 octobre, à 15 heures, pour examiner le dernier rapport annuel du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top