Liens commerciaux

0

*‘’Le Centre déplore donc, la persistance et même l’accentuation des clivages entre le Pouvoir et l’Opposition, dont le mois de Novembre est témoin, depuis l’imbroglio du 15 novembre 2017, né de l’appel contradictoire à des marches de protestation, d’une part, et à l’observation des villes mortes, d’autre part, auxquelles s’ajoutent, sous fond de déclarations belliqueuses faites par défi, un cocktail explosif des marches programmées concomitamment à la fin du mois de novembre’’, relève le Centre, dans un nouveau communiqué signé par le Président de ces nouvelles forces politiques et sociales, Germain Kambinga Katomba. Par ailleurs, ‘’Le Centre en appelle à l’apaisement et au ressaisissement des uns et des autres, et dénonce, une fois encore, les dérives de la bipolarisation politique et les risques que celle-ci fait peser sur la réussite du processus politique et électoral en cours. Le Centre lance un appel pathétique aux uns et aux autres afin de privilégier l’intérêt de la Nation, et demande la convocation urgente d’une Table Ronde inclusive en vue d’une sortie de crise effective et d’un ancrage certain du processus électoral’’, soutient-il, en substance. Bien plus, la désignation de l’Envoyé Spécial de la SADC pour la RDC, l’ancien Président Namibien HIFIKEPUNYE POHAMBA, et le discours sur l’état de la Nation du Chef de l’Etat devant le Congrès, sont là, de l’avis du Centre, des occasions à ne pas rater afin de relancer le pacte républicain. Toutefois, en dépit du climat politique qui se détériore de plus en plus, le Centre informe l’opinion tant nationale qu’internationale que son appel à la MARCHE BLANCHE reste maintenu pour le 1er décembre 2017 à travers le pays. D’ailleurs, il attend des autorités congolaises, un écho favorable. Surtout qu’il s’agira d’une marche blanche dont la nature pacifique et l’objet positif porteront sur l’éveil des consciences et la nécessité, pour chacune des parties impliquées dans la réalisation du processus électoral, à savoir : le Président de la République, le Gouvernement, le Parlement, la CENI, la Communauté internationale et le peuple congolais, de jouer sa partition. L’aboutissement heureux de ce processus électoral ainsi que l’alternance pacifique sont à l’aune de la contribution réelle et du sens élevé des responsabilités de chacune des parties prenantes et à diverses étapes. Et là-dessus, en ce qui concerne le Calendrier électoral, le Centre rappelle que le financement des élections qui constitue, du reste, l’épine dorsale est une des matières qui, si la Table Ronde politique que le Centre appelle de tous ses vœux est convoquée, devraient être traitées en priorité. LPM COMMUNIQUE Au lendemain de la publication du calendrier électoral, les forces politiques et sociales d’obédience centriste, réunies au sein de la plateforme politique dénommée LE CENTRE, sont mobilisées pour la réussite du processus politique et électoral, mais aussi fortement préoccupées par le climat politique actuel. Le Centre rappelle sa déclaration politique du 6 Novembre 2017, responsabilisant les différents acteurs intervenant dans le processus électoral : le Président de la République, le Parlement, le Gouvernement, la CENI, la Classe Politique, la Communauté Internationale et le Peuple Congolais. Le Centre sera vigilant sur la mise en œuvre de ce calendrier électoral et veillera à ce que les différents intervenants remplissent leurs missions à temps et de manière satisfaisante. Le Centre salue les initiatives d’accompagnement électoral notamment, de la part de la MONUSCO, de l’UA et de l’UE. Au moment où le Gouvernement présente la loi des finances au Parlement, le Centre insiste sur la problématique majeure du calendrier électoral : le financement des élections. Pour le Centre, seule une mobilisation nationale et internationale exceptionnelle permettra à la CENI de boucler son budget, d’où la pertinence de la Table Ronde. La Table Ronde permettra aussi de renforcer le consensus politique et électoral nécessaire aux élections apaisées, pour un environnement politique optimal, où liberté de manifester, ordre public et jeu démocratique seront garantis dans l’intérêt général. Le Centre déplore donc la persistance et même l’accentuation des clivages entre le Pouvoir et l’Opposition, dont le mois de Novembre est témoin, depuis l’imbroglio du 15 Novembre 2017, né de l’appel contradictoire à des marches de protestation d’une part, et à l’observation des villes mortes d’autre part, auxquelles s’ajoutent, sous fond de déclarations belliqueuses faites par défi, un cocktail explosif de marches programmées concomitamment à la fin du mois de Novembre. Le Centre en appelle à l’apaisement et au ressaisissement des uns et des autres, et dénonce une fois encore les dérives de la bipolarisation politique et les risques que celle-ci fait peser sur la réussite du processus politique et électoral en cours. Le Centre lance un appel pathétique aux uns et aux autres afin de privilégier l’intérêt de la Nation, et demande la convocation urgente d’une Table Ronde inclusive en vue d’une sortie de crise effective et d’un ancrage certain du processus électoral. La désignation de l’Envoyé Spécial de la SADC pour la RDC, l’ancien Président Namibien HIFIKEPUNYE POHAMBA, et le discours sur l’état de la Nation du Chef de l’Etat devant le Congrès, sont là des occasions à ne pas rater afin de relancer le pacte républicain. Enfin, Le Centre informe l’opinion nationale et internationale que son appel à la MARCHE BLANCHE reste maintenu pour le 1er Décembre 2017 à travers le pays, et attend des autorités une réponse favorable au vu de la nature pacifique et de l’objet positif de cette marche. Fait à Kinshasa, le 22 novembre 2017 Kambinga Katomba Germain Président
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top