Liens commerciaux

0

*La publication d’un calendrier est une chose. Mais, sans mise en œuvre en est une autre. Le Centre, dans un communiqué signé ce lundi 6 novembre 2017, par son Président, Germain Kambinga, invite la CENI à passer aux actes. Pour ce faire, le Centre demande à la CENI d’entamer, dès maintenant, une tournée d’explication et de sensibilisation auprès des différents camps politiques sans exclusive, en vue de recueillir les avis et considérations des uns et des autres dans la perspective d’obtenir un consensus global. De l’avis du Centre, la CENI devra s’engager à mettre en œuvre tout ce qui est en son pouvoir pour respecter le calendrier actuel. Toutefois, le Centre estime que ce calendrier électoral qui aurait dû, pourtant, être un signal important pour l’aboutissement du processus électoral et l’alternance démocratique, tels que souhaités par l’ensemble de la communauté tant nationale qu’internationale, vient de renforcer les positions largement opposées des acteurs de la Majorité et de l’Opposition pour la résolution de la crise politique actuelle. D’où, le calendrier publié, depuis ce dimanche 5 novembre 2017, dévoile, au regard des réactions clivantes, de nouvelles zones d’ombres qui nécessitent de la part de la CENI, la mise en place d’un mécanisme d’harmonisation avec les différentes parties prenantes. Tel est, en tout cas, la lecture que le Centre se fait de ce calendrier, de ses contraintes et, surtout, des dates critiques et des responsabilités engagées au niveau de toutes les institutions ainsi que des partenaires appelés à y contribuer pour la tenue des élections apaisées en RD. Congo. Au Président de la République, le Centre l’invite à s’adresser au Peuple Congolais pour lui donner des orientations précises, quant à l’avenir de la nation et au rôle patriotique et citoyen qui doit être celui de chaque Congolais en cette période particulière de la vie de la nation. Bien plus, Joseph Kabila devrait prendre, selon le Centre, des initiatives qui permettront la mise en place urgente d’un mécanisme consensuel qui facilitera le retour de la confiance mutuelle entre les différents camps politiques à travers la convocation d’une TABLE RONDE. Le Parlement doit, quant à lui, s’activer pour la finalisation de toutes les contraintes qui engagent sa responsabilité en tant pouvoir législatif. De veiller, en sa qualité d’autorité budgétaire, à l’effectivité de l’application du plan de décaissement destiné à la CENI et d’exercer son pouvoir de contrôle sur la CENI. S’il n’épargne pas la classe politique qu’il invite, d’ailleurs, à la promotion d’un climat apaisé, le Centre se veut, plutôt, sévère envers les institutions issues de l’Accord de la Saint Sylvestre. Concrètement, le Centre exige la démission du Gouvernement en vue de faciliter la définition d’un consensus qui garantira la crédibilité du processus en cours et facilitera l’implication de la communauté internationale mais également, la démission du CNSA pour permettre une mise en place plus consensuelle qui garantira la présence effective des différents courants politiques. Au peuple congolais, le Centre demande de se mobiliser massivement le 1er décembre 2017 dans le cadre de la MARCHE BLANCHE qu’il organisera pour démontrer, de manière claire, son choix définitif pour la paix et la finalisation du processus en cours. Le communiqué, ci-dessous, permet à chacun des lecteurs de se convaincre de la pertinence du plan de sortie de crise du Centre qui, au fait, s’interpose entre la Majorité et l’Opposition, pour une issue apaisée à la crise politique. LPM DECLARATION POLITIQUE Le Centre, au même titre que le Peuple Congolais et le reste de la classe politique, a suivi avec beaucoup d’attention la publication du calendrier électoral par la CENI ce dimanche 05 octobre 2017. Le Centre n’est pas surpris par le contenu du calendrier électoral tel que présenté par la CENI car il l’avait déjà dit au cours de ses différentes sorties politiques et médiatiques. Vu l’importance de cet événement, Le Centre, fidèle à l’esprit et à la lettre de son plan de sortie de crise et de toutes les communications sous-jacentes, déclare ce qui suit : Du calendrier électoral, Le Centre : A suivi avec attention le calendrier électoral tel que publié par la CENI. Ce calendrier qui aurait dû être un signal important pour l’aboutissement du processus électoral et l’alternance démocratique telle que souhaitée par l’ensemble de la communauté tant nationale qu’internationale, se révèle, au regard des réactions diverses, receler des zones d’ombres qui nécessitent de la part de la CENI la mise en place d’un mécanisme d’harmonisation avec les différentes parties ; Regrette les réactions clivantes tant de la majorité enfermée dans son triomphalisme habituel que de l’opposition reclus dans son catastrophisme permanent. De la crise politique, Le Centre : Constate que la publication du calendrier électoral vient renforcer les positions largement opposées des acteurs de la majorité et de l’opposition pour la résolution de la crise politique actuelle ; Rappelle à l’ensemble de l’opinion ses craintes exprimées quant à la menace que représente l’attitude extrémiste des uns et des autres pour la paix et la sécurité nationale ; Insiste sur la nécessité d’une remise en confiance des acteurs par un large consensus sur les questions importantes dont le calendrier électoral, afin d’apaiser les esprits et de préserver notre jeune démocratie. A ce propos, le Centre réitère son appel à une TABLE RONDE devant permettre la résolution de la problématique politique dans sa dimension réelle car ce ne sont pas les communiqués des différents camps qui feront avancer les choses. Nous devons arrêter la machine à perdre du temps qui fait tant de mal à notre pays. De ce qui précède, le Centre recommande : 1-Au Président de la République De s’adresser au Peuple Congolais pour lui donner des orientations précises quant à l’avenir de la nation et au rôle patriotique et citoyen qui doit être celui de chaque Congolais en cette période particulière de la vie de la nation. De prendre des initiatives qui permettront la mise en place urgente d’un mécanisme consensuel qui facilitera le retour de la confiance mutuelle entre les différents camps politiques à travers la convocation d’une TABLE RONDE. De prendre des mesures sociales urgentes en vue de soulager la misère grandissante qui entame chaque jour la dignité du peuple et sa foi envers les Institutions Républicaines. 2-Au Parlement De s’activer pour la finalisation de toutes les contraintes qui engagent sa responsabilité en tant pouvoir législatif. De veiller, en sa qualité d’autorité budgétaire, à l’effectivité de l’application du plan de décaissement destiné à la CENI. D’exercer son pouvoir de contrôle sur la CENI. 3-A la CENI D’entamer une tournée d’explication et de sensibilisation auprès des différents camps politiques sans exclusive, en vue de recueillir les avis et considérations des uns et des autres pour obtenir un consensus global. De s’engager à mettre en œuvre tout ce qui est de son pouvoir pour respecter le calendrier actuel. 4-Aux Institutions issues de l’Accord de la Saint Sylvestre Que le Gouvernement présente sa démission en vue de faciliter la définition d’un consensus qui garantira la crédibilité du processus en cours et facilitera l’implication de la communauté internationale. Que le CNSA démissionne pour permettre une mise en place plus consensuelle qui garantira la présence effective des différents courants politiques. 5-A la classe politique De mettre de côté les rhétoriques extrémistes et suffisantes pour privilégier le dialogue entre congolais et l’instauration d’un climat apaisé. 6-A la communauté Internationale De manifester une solidarité agissante urgente et sincère en vue de soutenir les efforts de financement du processus sans lequel il sera difficile de tenir un processus électoral dans un délai acceptable par toutes les parties. 7-Au peuple Congolais De se montrer exigeant envers ses acteurs politiques pour les obliger à agir avec responsabilité pour la résolution effective de cette crise qui tend vers un enlisement dont les conséquences peuvent devenir dommageables pour notre pays. De se mobiliser massivement ce 1er décembre 2017 dans le cadre de la MARCHE BLANCHE organisée par LE CENTRE, pour démontrer son choix définitif pour la paix et la finalisation du processus en cours. Que Vive la démocratie en RDC, Que Vive le Peuple Congolais, Que vive le Centre. Fait à Kinshasa, le 6 NOVEMBRE 2017 GERMAIN KAMBINGA KATOMBA Président
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top