Liens commerciaux

0

Le Tribunal de Paix de Ngaliema/Kinshasa a connu une chaude ambiance lundi 06 novembre 2017, lors de l’audience publique dans l’affaire qui a opposé l’Honorable Fidèle Babala à Madame Micheline Bie Bongenge ancienne Questeur Adjointe de la CENI. En effet, Fidèle Babala, Secrétaire Général Adjoint du MLC avait porté plainte par citation directe contre Madame Micheline Bie Bongenge devant le Tribunal de Paix de Kinshasa/Ngaliema pour «Diffamation, calomnie et imputations dommageable». L’élu de la Tshangu pour le compte du MLC de JP Bemba Gombo réclamerait l’arrestation immédiate de Micheline Bie et le paiement des dommages intérêts de 120.000 $US, ce qui correspondrait à son indemnité de sortie. Lundi dernier, le Tripaix de Kinshasa/Ngaliema a rendu son jugement dans cette affaire qui avait l’air, selon des observateurs, d’un véritable acharnement contre l’Ancienne Questeur de la CENI. Dans son jugement, le Tripaix a purement et simplement débouté l’Honorable Fidèle Babala et s’est déclaré incompétent pour juger Madame Micheline Bie Bongenge… En outre, le tribunal a jugé non fondées les allégations formulées contre Madame Micheline Bie. Ainsi donc, ce feuilleton se termine par une grande victoire de Madame Micheline Bie Bongenge contre le Député MLC Babala. Dans les milieux proches de l’Ancienne Questeur de la CENI, l’on se demande pourquoi cet acharnement, alors qu’ayant fait l’objet d’un complot ourdi par des forces obscures pour obtenir de manière illégale son départ de la CENI, Madame Micheline Bie a jugé bon de démissionner du MLC, son ancien parti politique pour cause des pratiques qui ne répondaient plus à ses convictions politiques et morales. Elle a créé son propre parti politique et a adhéré à la plateforme «LE CENTRE» où elle occupe un des postes de Vice- président. Qu’est- ce qui peut alors justifier cette animosité vociférée par l’Honorable Babala contre elle ? S’interrogent les proches de l’ancienne Questeur de la Centrale électorale. Qui, plus est, rappellent que tout serait parti de la désignation, en 2013, de Madame Micheline Bie par le Bureau politique du parti et le groupe parlementaire MLC & Alliés en qualité de Questeur Adjoint du Bureau de la CENI pour le compte de l’opposition politique. L’Honorable Babala, indique-t-on, n’avait pas digéré cette désignation, parce qu’il avait un candidat à lui qu’il voulait positionner à ce poste. Aussitôt investie, Mme Micheline Bie aurait fait l’objet d’intimidation et d’injonctions de la part de l’Honorable Babala pour constituer son Cabinet… Babala Fidèle, semble-t-il, voulait s’imposer pour désigner tous les membres du Cabinet, en laissant à Mme Bie que deux postes seulement. Il aurait prétendu que sur ordre de Bemba qu’il agissait ainsi. Néanmoins, après investigation, Madame Micheline Bie se rendra à l’évidence que cette initiative ne vient pas de JP Bemba et que Fidèle Babala ne faisait que le trafic d’influence avec le fameux téléphone imaginaire. Elle n’hésitera pas, après avoir pris Thomas Luhaka, SG du MLC à l’époque, de demander à Babala de cesser cette pratique peu recommandable et peu honorable de trafic d’influences au nom de Bemba Jean-Pierre. C’est à partir de cet instant, souligne-t-on, que les cadres du parti avaient découvert que l’Honorable Babala, avec son fameux coup de téléphone, usait de trafic d’influence. Depuis lors, son image et son influence auraient subi un à-coup. Ce dont il n’aurait jamais pardonné à Madame Micheline Bie… C’est ainsi que 4 ans plus tard, il revient à la charge pour porter plainte contre Mme Bie. Heureusement, se réjouissent les proches de Mme la Questeur, que la justice congolaise a encore des juges honnêtes qui savent dire le droit. Ils considèrent que Babala Fidèle a subi une cinglante défaite dans sa dernière bataille contre Madame Micheline BIE
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top