Liens commerciaux

0


Les noms africains en général et particulièrement congolais que des personnes portent, influent positivement ou négativement sur leurs comportements. C’est le cas de Marcellin Cishambo, ex-gouverneur du Sud-Kivu. Il est mushi. Tous les bashi et autres natifs du Sud-Kivu savent ce que signifie le nom « Cishambo » dans la langue bashi. Mais seulement la particularité chez lui, ce qu’on ne le surprend toujours pas la main dans le sac, mais plutôt le sac dans la main. Non sans raison, les déclarations faites à la radio onusienne Okapi par Pascal Nyembo, coordonnateur de la Commission nationale de lutte contre la fraude minière et directeur général adjoint du Centre d’Evaluation, d’Expertise et de Certification (CEEC), sont révélatrices d’un réseau de pillage des minerais du pays.


En effet, Pascal Nyembo ne reconnait pas avoir nommé le colonel Abbas Kayonga comme responsable de la cellule provinciale de lutte contre la fraude minière. Il confirme par contre que ce colonel dont la garde a affronté les forces de sécurité dimanche 04 novembre dernier à Bukavu, causant mort d’hommes, a été injecté dans la cellule par l’ancien gouverneur du Sud-Kivu Marcelin Cishambo, et travaillait pour les intérêts de ce dernier et non pour le trésor public. « Le travail d’Abbas Kayonga favorisait plutôt la fraude au lieu de l’arrêter », a martelé Pascal Nyembo.


La fraude ainsi déclarée par un expert en la matière, constitue un crime économique qui doit être réprimé. Mais le sera-t-il, quand on sait que la Majorité présidentielle défend et protège malheureusement tous ses membres et cela aveuglement ? Preuve que le président Joseph Kabila sur qui tombent toutes les tares de ses collaborateurs, a du mal à trouver, comme il l’avait déclaré lui-même, 15 collaborateurs dignes de travailler avec lui. Pendant ce temps de recherche de 15 dignes collaborateurs, c’est l’économie du pays qui est ruinée par les collabos prédateurs autour de lui. Et visiblement, son impunité est coupable. Ce qui fait qu’entretemps, sur terrain, sous la bénédiction des sieurs à l’instar d’Abbas, les groupes armés se servent des minerais congolais. Triste réalité…
Une plainte en gestation contre la firme belge AGR à la CPI


En effet, AGR, c’est la société belge dont le siège social se trouve à Anvers, qui a implanté l’usine de raffinage des minerais en Ouganda. Selon Pascal Nyembo, cette entreprise s’approvisionne en minerais auprès des groupes armés. « Les minerais qui entrent en Ouganda ne sont pas retracés par l’Etat congolais. Ce sont des minerais venant de groupes armés et l’Ouganda n’a pas besoin de les retracer », déclare le numéro 1 de lutte contre la fraude minière en RDC. Et d’ajouter : « L’objectif de cette raffinerie c’est de déstabiliser la RDC en soutenant les activités des groupes armés dans la région ». Quoi de plus normal ne pas penser aux activités louches qui impliqueraient Abbas et son protecteur, l’ancien maitre du Sud-Kivu. « Nous sommes en train de travailler là-dessus pour déposer notre plainte devant la Cour pénale Internationale contre cette raffinerie belge. Installée en Ouganda et qui achète des minerais venant des groupes armés de la RDC », conclut Pascal Nyembo.


Owandi.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top