Liens commerciaux

0

Les Cadres et Agents de l’Office de Gestion du Fret Multimodal, OGEFREM, sont tous rangés derrière la délégation syndicale pour décourager les velléités expansionnistes de M. Jean Cyrius Mirindi Batumike. Ce dernier, affirment-ils, sous la bénédiction de l’Autorité de tutelle, entendez le Vice-Premier Ministre, Ministre des Transports et Voies de Communication, ne cesse de fomenter des stratagèmes dans le seul but de déstabiliser l’Office qui demeure l’unique patrimoine qu’ils ont en commun. Jusqu’au sacrifice suprême, les cadres et agents promettent de défendre la nouvelle équipe dirigeante de l’Office dont les signaux forts d’une gestion rationnelle sont perceptibles au quotidien mais surtout, de barrer la route à toute ingérence et abus, d’où qu’ils viennent, de l’autorité de tutelle soit-elle pour ne pas saper les efforts du nouveau Comité de direction qui est dirigé de mains de maître par M. Patient Sayiba Tambwe, Directeur Général. Ils l’ont déclaré au cours de l’Assemblée Générale des Cadres et agents convoquée par tous les délégués et permanents syndicaux de l’Office de Gestion du Fret Multimodal hier, mercredi 1er novembre 2017. Sur un ton martial, Jean-Paul Bulambo, président de la Délégation Syndicale de l’Office, au nom de tous les cadres et agents, martèle qu’il sera un véritable supplice pour l’ensemble de la famille Ogefrem au cas où M. Jean Cyrius Mirindi est promu au grade de Directeur comme le voudrait l’Autorité de tutelle qui, selon les délégués syndicaux, tenterait d’imposer sa décision à la haute direction de l’Office. Et de renchérir que l’Ogefrem n’est pas une pétaudière mais plutôt, une entreprise bien structurée et régit par des textes des lois en plus de la Convention Collective. Bien que Cadre, précisent-ils, M. Mirindi n’a ni le grade requis, encore moins l’ancienneté requise pour être élevé au grade de Directeur, soutient le président de la Délégation syndicale. C’est une véritable salve volée de bois vert, signée la Délégation Syndicale de l’Ogefrem qui a organisé une Assemblée Générale hier, mercredi, 1er novembre, pour informer et calmer le personnel au sujet du malaise qui risque de lézarder l’outil de production de l’Office. Ce, à cause d’un individu du nom de Jean Cyrius Mirindi qui revendique de ‘‘manière irrégulière’’, le grade de Directeur, faisant ‘’fi’’ des prescrits des textes de lois qui régissent l’entreprise. En outre, non seulement qu’il revendique le grade de Directeur, mais également, l’homme est en quête d’un rappel du manque à gagner qu’il estimerait avoir perdu de l’ordre de 435.000 $US, apprend-on de la Délégation syndicale. Pour tenter d’obtenir gain de cause à sa démarche, ce cadre s’appuierait sur la tutelle qu’il implique à tort ou à raison dans cette procédure purement administrative et ce, au mépris des dispositions légales et règlementaires régissant l’Office. Non à l’ingérence ! Eu égard à ce qui précède, la Délégation syndicale fustige l’oreille plus qu’attentive que le Vice-Premier Ministre, Ministre des Transports et Voies de Communication accorde à ce cadre. A tout prendre, la Délégation syndicale interprète cela comme une ingérence dans la gestion quotidienne de l’Office et ce, contrairement au Décret n°09/63 du 03 décembre 2009 fixant les Statuts de l’Ogefrem. Aussi, lui est-il interdit de ne pas se substituer au gestionnaire de l’Office. Car, le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, qui est le garant du bon fonctionnement des institutions, a vu juste et avait compris le cri de détresse des cadres et agents de l’Office à travers la nomination de nouveaux mandataires, fait savoir M. Bulambo. Point n’est donc besoin de rappeler ici, souligne la délégation syndicale, la nécessité d’accompagner la nouvelle équipe dirigeante par tout le personnel, en général, et par la tutelle technique, en particulier. Sur cette même lancée, le président de la délégation syndicale interdit M. Mirindi de poursuivre sa démarche fondée sur des injures, menaces, manque de respect des textes, trafic d’influence, au mépris de tous. Pas de xénophobe… Pour sa part, M. Patient Semuswa, Directeur de la Direction du Fret Multimodal (DFM), a fait un témoignage éloquent sur sa propre personne en s’interrogeant: ‘‘A qui va profiter cette guéguerre dans l’entreprise? Soyons respectueux des textes des lois qui nous régissent’’, argumente-il. ‘‘Il faut que chacun prenne conscience de ne pas privatiser l’entreprise sinon, de cesser de la prendre en otage ou l’assujettir. Cultivons les mêmes valeurs autour de l’actuel comité de direction. Il faut cesser avec le clivage ethnique car, sa propre personne constitue tout un témoignage. Etant Hutu Congolais, il se sent très à l’aise partout où il se retrouve. Lui qui est originaire d’UVIRA, il a passé des meilleurs moments à l’UNILU où il a fait ses études universitaires et cela, sans une méfiance aucune avec ses collègues étudiants autochtones. Il n’est ni du centre, ni de l’Ouest, il est tout simplement de l’Ogefrem qui est un patrimoine commun, affirme le Directeur de la DFM. ‘’C’est ça ma tribu’’. Il faut que chacun ou chacune se sente à l’aise où il vit et avec n’importe qui. Pas l’esprit xénophobe du genre, celui qui n’est pas de notre tribu n’a pas de place à nos côtés’’, a-t-il conclu.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top