Liens commerciaux

0

La revendication de cette plateforme est muée désormais en sigle, à savoir : la TSKN ; comprendre ‘‘Transition Sans Kabila et Nangaa’’. Quoique les Etats- Unis aient donné une ultime chance au pouvoir par un nouveau timing, 2018, pour que soient organisées les élections en RDC, le Rassop/Limete ne se montre pas coopératif. Même après les vues explicitées de l’administration Trump par Nikki Haley. C’est de la sorte qu’hier, Félix Tshisekedi, court-circuitant bien de calculs sur la scène politique, a indiqué que la plateforme qu’il chapeaute ne compte pas changer d’opinion comme par coup de baguette magique quant à l’après 31 décembre 2017. Et, l’émissaire de Trump été prévenue. C’est qu’avec force que l’homme a réaffirmé la volonté du Rassemblement de ne point voir le Président Kabila et Corneille Nangaa s’occuper, une fois de plus, des élections admissibles, pour eux, à juin 2018. D’où, le peuple, le souverain primaire, devra-t-il, d’ici le 31 décembre 2017, instaurer un tout nouveau leadership qui le mènera aux élections. Avant Nikki Haley, risque d’être égal à l’après. C’est du moins ce qui ressort d’une première lecture de la posture renforcée du Rassemblement/Limete. La seule concession, jusque-là, demeure celle du report des élections de décembre de l’année en cours vers juin au plus tard de celle qui suit. Alors que toutes les langues supputent autour d’une revisitation de l’Accord de la Saint Sylvestre, cette plateforme cambre, tout en revalidant rien d’autres que ses exigences. N’est-ce pas là une posture de surenchère politique, de négociation ? Félix Tshisekedi, président du Rassemblement, au cours d’une séance de questions- réponses, a balayé cette assertion. Pour lui, le Rassop n’est pas demandeur, surtout qu’il ne trouve aucun intérêt à aller cautionner un glissement avec, une fois de plus, le Président Kabila à la tête du pays. Raisons avancées «La CENI n’étant pas crédible dans sa configuration et son mode de fonctionnement actuels, elle ne peut pas conduire la RDC à des élections crédibles. C’est pourquoi, d’ici le 31 décembre 2017, le peuple congolais instituera un nouveau leadership consensuel sur pied de l’article 64 de la Constitution pour le conduire aux élections», dixit Félix Tshisekedi. «Si Joseph Kabila s’accordait encore un an, que ferait-il encore de neuf sous le ciel de la RDC qu’il n’a pu faire en 17 ans de règne ? Sa mauvaise foi avérée, le peuple ne veut plus de lui. Moralité : transition sans Kabila», a-t-il précisé. Car, pour les sociétaires du Rassemblement, le problème, le vrai, ce n’est rien d’autre que la ferme volonté qu’a le régime en place de rester aux affaires ad vitam aeternam. C’est ce penchant qui a conduit à l’application sclérosée de l’Accord de la Saint Sylvestre. Puisque l’envie de demeurer aux affaires perdure, le Rassop craint que les mêmes causes puissent produire les mêmes effets. Face-à-face avec Bemba Alors que des voix s’élèvent pour appeler à l’unité de l’Opposition, le Rassemblement compte prendre la balle au bond. Cela, même s’il y a des convergences parallèles des vues avec l’UNC de Kamerhe, principalement au niveau de la base et même de l’élite de cette plateforme. Quoiqu’il en soit, Félix Tshisekedi et une poignée de têtes couronnées du Rassop devraient se rendre à La Haye pour un tête-à-tête avec Jean-Pierre Bemba Gombo. Qui, lui aussi, a dernièrement appelé à une coalition des forces politiques et sociales pour exiger l’alternance. Certainement, le Rassemblement essayera de prêcher le bien-fondé de sa position prônant la TSKN. Perspectives Il sied à présent de se demander vers quel horizon s’engage le pays. Si l’Opposition fait bloc pour braquer sur l’exigence du départ ou d’un affaiblissement des pouvoirs du Président Kabila de sorte qu’il n’y ait plus de main mise sur la centrale électorale, un deal politique peut-il être possible avec la mouvance ? Possible, répondent certains. Ne dit-on pas que la politique est l’art de l’impossible. Quoiqu’il en soit, des pessimistes craignent que si ce new deal capote ou tarde d’être conclu avant le 31 décembre, que le langage de la rue gâche et les fêtes de fin d’année et les perspectives à venir.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top