Liens commerciaux

0


Chef de travaux de la faculté de droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Aubin Minaku Ndjalandjoko a été proclamé samedi docteur en droit avec mention «la plus grande distinction», à l’issue de la soutenance de sa thèse intitulée «à la recherche d’un mécanisme efficient de poursuite et de répression des crimes internationaux perpétrés en RDC».


Le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku a suggéré, pendant la soutenance dans la salle de promotion Mgr Luc Gillon, la création en RDC d’une Cour spéciale de répression des crimes internationaux et graves. Pour M. Minaku, cette juridiction s’inscrit dans le cadre de l’approche « holistique », critique et idoine de recherche de mécanisme efficient de répression des crimes.


La création d’une Cour spéciale, a-t-il souligné, doit partir d’un accord préalable de coopération judiciaire entre la RDC, l’ONU et l’Union africaine en vue d’une compétence universelle dans la répression des crimes internationaux. « L’impétrant a relevé dans sa dissertation doctorale, le fait que la RDC a été victime de beaucoup de crimes des guerres et crimes contre l’humanité, de violences et des conflits des groupes armés sur lesquels cette juridiction devra tabler, s’agissant notamment de crimes commis il y a des décennies. »


A travers cette thèse de plus de 448 pages, le récipiendaire en quête d’un mécanisme efficient de poursuite et de répression des crimes internationaux en RDC, analyse les différentes sciences et doctrines juridiques et criminelles du droit international.

Jury au garde-à-vous

Après l’appréciation de la qualité de cette étude par le jury composé entre autres, du promoteur de la thèse Mampuya Kanunk-a-Tshiabo et du recteur de l’UNIKIN, Daniel Ngoma-Ya-Nzuzi, a conféré au chef de travaux Minaku du département de droit international public de la faculté de droit, le grade de docteur en droit. La doyenne de la faculté de droit, Marie-Thérèse Kenge Ngomba, a salué le candidat pour cette brillante thèse lui permettant d’entrer dans le corps professoral.


Cette soutenance a néanmoins entraîné une vive polémique sur les réseaux sociaux, où des photos des membres du jury saluant l’arrivée de leur M. Minaku ont été dénoncées.
Par ailleurs, des rumeurs ont circulé, faisant état d’une éventuelle rédaction de cette thèse par le professeur Mampuya Kanuk’a Tshiabo. Ce dernier étant le directeur de thèse d’Aubin Minaku. La doyenne de la Faculté de droit de l’Université de Kinshasa, la professeure ordinaire Marie-Thérèse Kenge Ngomba Tshilombayi, a signé un communiqué officiel la semaine dernière,  affirmant que le cursus du chef des travaux, doctorant Aubin Minaku Ndjalandjoko, est régulier, et ses compétences lui reconnues depuis sa licence et son D.E.S en droit, lui valent les aptitudes de rédiger lui-même sa thèse de doctorat.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top