Liens commerciaux

0
La scène s’est déroulée dans la soirée de lundi 11 Décembre 2017. Une jeep de marque Toyota Land Cruiser, immatriculée 066.IT.797 en provenance de Masisi, soupçonné par les services compétents au niveau de la barrière de Mubambiro, a été stoppé net après une première tentative ratée. Le conducteur, en effet, a refusé d’être contrôlé là et, par ailleurs, a choisi de faire demi-tour. Il a été appréhendé, finalement, au niveau de Bweremana, à la limite des provinces du Nord et Sud Kivu. Cette jeep diplomatique est mise à la disposition de la Commission Nationale des Refugiés (HCR) du Nord-Kivu. La police des Mines et hydrocarbures prenait les responsables de l’institution et la population à témoin mardi 12 décembre 2017 devant la presse. Ces minerais, composés de Cassitérites et tourmalines, étaient emballés dans les colis de sacs ordinaires, caoutchouc, sacs à dos et les bidons de 20 litres aspergés de vin de bananes. Après le contrôle au bureau du HCR, la jeep et son contenu ainsi que les malfrats ont été acheminés au bureau de la DGM où, après une réunion mixte des services de sécurité, le Ministre provincial des Mines du Nord-Kivu, le professeur Docteur Anselme KITAKYA, félicitant le travail de titan abattu par ses services, s’est hautement indigné de voir quelques services supposés accompagner l’Etat dans la lutte contre l’hémorragie économique sont à la première position de faciliter la fraude des minerais vers des destination inconnues. A cet effet, le Ministre Anselme Kitakya a, à titre d’exemple, cité les cas récents où une jeep du Barreau Américain (ABA) mise à la disposition de la justice congolaise au niveau de la ville de Goma s’est retrouvée dans les filets de la police des Mines et hydrocarbures, même cas qu’un autre véhicule d’une ONG Action Contre la Faim (ACF). Bien que les véhicules appartiennent aux institutions bien connues, il a souligné que l’action n’engage que les chauffeurs car les responsables ne font pas la police de leurs agents une fois sur terrain, tout en signifiant que le gouvernement provincial du Nord-Kivu, sous la guidance de l’Honorable Docteur Julien Paluku Kahongya, à travers sa police des Mines et hydrocarbures ainsi que le Centre d’Expertise d’Evaluation de Certification des Substances Minérales Précieuses et semi Précieuses (CEEC), sont très vigilant afin d’anéantir toute tentative de fraude des minerais. Très brièvement dans ses explications à la presse, M. Daniel Ngoy, Directeur Provincial de CEEC Nord-Kivu et Coordonnateur Provincial de la Commission Nationale de Lutte Contre la Fraude Minière (CNLM), a expliqué aux journalistes le Triangle de ‘’l’Originalisation’’, concept créé à Goma, en donnant l’exemple du cas de ce mardi 12 décembre 2017 où les minerais quittent la cité minière de Rubaya transitant par Rushoga pour être étiqueté à Karuba, au moment où Rubaya appartient à la Société Minière de Bisunzu (SMB) tandis que Karuba est pour la coopérative minière de SAKIMA. Avec ces magouillés, son service CEEC et le Ministère provincial des mines ont toujours enregistré des plaintes de part et d’autre. Chacun, sans surprise, accusant l’autre de contrefaçon des tags. Après la DGM, les minerais ont été transférés au bureau du CEEC, et les propriétaires ont été mis à la disposition de la justice, tandis que le HCR a déjà signifié par une communication que la jeep est à la disposition de la CNR et cette dernière a promis la publication d’un communiqué de presse.

Mustafa Kemal
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top