Liens commerciaux

Mirage Supersonic Concert live à Los Angeles

0

*Dimanche 31 décembre, ce sera le dernier jour de cette année 2017. Trois rendez-vous sont inscrits à l’affiche. D’abord, la marche initiée par le Comité Laïc de Coordination, dans la matinée. Puis, vers la fin de la journée, le début du schéma de l’aile dure du Rassemblement, du moins, à partir de son labo de Limete, de la fameuse transition sans Kabila, ni Nangaa. Mais, entre ces deux temps forts à haut risque, il y aura, en principe, le traditionnel message de vœux du Président Kabila à la nation, à l’aube du Nouvel An 2018. Concrètement, à quoi doit-on s’attendre ? Difficile à dire tant que les uns s’entêtent et veulent foncer alors que les autres s’obstinent et s’accrochent à la rupture du consensus. Dans une telle ambiance politique ponctuée d’une série d’incertitudes, à quel prix les congolais se paieront le luxe de fêter la Bonana 2018 ? Si, ce jour-là, des mesures concrètes de sécurité ne sont pas prises, cela risque, en tout cas, de coûter les yeux de la tête. Car, dans un contexte comme celui-là où les acteurs politiques majeurs se promettent l’enfer ou l’eschatologie du grand soir, tout peut arriver !!! Une année après la signature, le 31 décembre 2016, de l’Accord de la Saint Sylvestre, où en est-on avec sa mise en œuvre ? Deux thèses s’affrontent à ce sujet. Les tenants du pouvoir affirment que l’Accord conclu sous la férule des Evêques est en pleine exécution. Ils avancent, à titre illustratif, l’entrée en fonction de Bruno Tshibala en qualité de Premier Ministre et la désignation de Joseph Olenghankoy à la tête du CNSA, tous deux issus du Rassemblement dit de Kasa-Vubu. Faux, rétorquent, les durs des durs restés attachés au combat de l’alternance démocratique d’Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 et dont le corps n’a même pas encore été ni rapatrié, ni inhumé à Kinshasa. Pour eux, en effet, le consensus scellé au Centre Interdiocésain, a été rompu. De telle sorte que les élections prévues au plus tard, le 31 décembre 2017, n’auront plus lieu. Bien plus, les mesures de décrispation politique ainsi que la fin du dédoublement des partis politiques sont restées lettres mortes. Tout comme les autres dispositions dont la transition et la gestion consensuelle, le rétrécissement de l’espace des libertés publiques et d’opinions, la reconfiguration de la Centrale Electorale et la mise sur pied du CNSA ont connu un flop, selon le Rassemblement de Limete, soutenu dans une certaine mesure, par les Evêques. Accusations contre accusations Alors que l’année 2017 tire à sa fin, les deux camps se renvoient mutuellement la balle de la responsabilité de tous ces ratés. Parmi les accusations que les uns retiennent à la charge des autres, il y a cette affaire, devenue récurrente, de l’absence de volonté et de la politique de petits pas, pourvu qu’on gagne du temps. Et, pourtant, le peuple au nom duquel tous prétendent œuvrer, attend le jour ‘’j’’, pour se choisir les dirigeants qu’il mérite. Ce qui, normalement, trancherait net et mettrait fin à l’éternelle crise de légitimité et de légalité dont les conséquences sont néfastes sur l’avenir du pays. Or, le chrono de la CENI, s’il faut revenir à son calendrier publié, le 5 novembre 2017, ramène, plutôt, les choses au 23 décembre 2018, si jamais toutes les contraintes étaient rencontrées. A cela, les nouvelles conditionnalités de la loi électorale viendront s’ajouter, pour compliquer davantage l’équation. Le seuil de représentativité, la machine à voter et la révision à la hausse de la caution sont considérés, en revanche, comme des anicroches sur la trajectoire des opposants. Où va-t-on ? La question vaut son pesant d’or. Le passage à négocier est, à la fois, un enjeu et un pari. Les vues autour de l’après 31 décembre 2017 demeurent partagées. Si bien que le Président Kabila, dans son intervention de ce jour-là, devra absolument tempérer les ardeurs de ses partisans, calmer les esprits des opposants et rassurer la communauté internationale, avant de miser sur la suite du processus sans heurts, ni tiraillements jusqu’à la tenue effective des élections, le 23 décembre 2018.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

              Mirage Supersonic Concert live à Los Angeles
 Mirage Supersonic Concert live à Los Angeles

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top