Liens commerciaux

0

Réaction du berger à la bergère. Outré par les propos « injurieux » du Cardinal Monsengwo à l’endroit des dirigeants du pays, le Gouvernement a carrément accusé le CLC et le premier prélat de Kinshasa « de faire entrer la RDC dans un cycle de violence pour perturber le processus électoral en cours ». A la base de cette ire des autorités congolaises, la philippique sans nuance de l’Archevêque de Kinshasa contre ceux qu’il a qualifiés de « médiocres devant dégager ». Des mots très durs de la part d’un ministre de Dieu. Un évêque qui, le 4 janvier 2018, a dit une messe dans une cathédrale dont les premières rangées étaient occupées par des leaders de l’Opposition. FDA COMPTE RENDU DE LA 7ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES Vendredi, 05 janvier 2018 La septième réunion ordinaire du Conseil des Ministres s’est tenue ce vendredi 5 janvier 2018 à l’immeuble du Gouvernement sous la Présidence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Bruno TSHIBALA NZENZHE. Un seul point figurait à l’ordre du jour à savoir : « Evaluation des évènements survenus dans la ville de Kinshasa et dans quelques agglomérations de l’intérieur du pays, le 31 décembre 2017 ». La réunion débute avec la présentation des vœux de nouvel an 2018 aux membres du Gouvernement par le Premier Ministre Chef du Gouvernement au nom du Président de la République Chef de l’Etat et en son nom Propre. Après le mot introductif du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, complété par le Ministre de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion, a présenté au Conseil des Ministres l’état de la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire national. Il en découle que la situation sécuritaire est calme sur toute l’étendue du Territoire National, mais légèrement perturbée le 31 décembre 2017 à la suite du mouvement lancé par le Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique avec le soutien de l’ancien Président de la Conférence Nationale Souveraine et Président Honoraire du Haut Conseil de la République, Parlement de Transition et certains partis politiques de l’opposition. Plusieurs paroisses et diocèses catholiques ainsi que des nombreux acteurs politiques et de la Société Civile n’ont pas suivi ce mouvement et ont privilégié d’œuvrer pour la paix en ce dernier jour de l’année 2017. S’agissant du bilan, on note : - A Kinshasa : 4 morts parmi les civils et 1 policier. Ces morts n’ont aucun lien avec les manifestations du 31 décembre. On note également 77 fauteurs de troubles qui ont été interpellés et relâchés après leur audition. - A Kananga : dans la nuit du 30 au 31 décembre 2017, trente personnes se réclamant du mouvement Kamwina Nsapu qui ont voulu pénétrer dans la ville pour participer à la marche du 31 décembre ont été neutralisées par les forces de l’ordre ; le bilan est d’un mort du côté des assaillants. Dans sa conférence tenue le 02 janvier 2018, l’ancien Président de la Conférence Nationale Souveraine et Président Honoraire du Haut Conseil de la République, Parlement de Transition, Monseigneur Laurent Monsengwo, par ce que c’est de lui qu’il s’agit, a tenu des propos injurieux à l’endroit des dirigeants du Pays ainsi que des forces de l’ordre. A ce sujet, le Gouvernement de la République qui ne peut accepter que des tels propos viennent d’un Ministre de Dieu a, pour sa part, par le biais de son porte-parole, salué la bravoure des forces de l’ordre et la maturité du peuple congolais qui ne s’est pas laissé manipuler. Le Vice-premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité a, par la suite, fait part au Gouvernement des autres manifestations programmées par le même Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique et son incitateur qui veulent faire entrer la République Démocratique du Congo dans un cycle de violence pour perturber le processus électoral en cours. Après débat et délibération, le Gouvernement de la République a : 1. Condamné fermement les évènements survenus le 31 décembre 2017 et a mis en garde les organisateurs contre toute récidive. 2. rappelé que les libertés de manifester en RDC doivent se conformer à la constitution, aux lois et textes réglementaires de la République et aux engagements internationaux notamment au Pacte International des droits civils et politiques et à la Charte de l’Union Africaine des droits de l’Homme et des peuples, qui insistent sur le maintien de l’ordre public dans toutes les manifestations. 3. insisté sur la Laïcité de l’Etat Congolais tel que stipulé à l’article 1 Alinéa 1er de la Constitution : « la République Démocratique du Congo est, dans ses frontières du 30 juin 1960 un Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc … ». De ce fait, il ne peut y avoir alliance entre l’Etat et une Eglise au détriment des autres, de même qu’il ne peut y avoir alliance entre le sabre et le goupillon. Le Gouvernement rappelle ce principe et invite toutes les Eglises à la Neutralité. 4. Pour arrêter le cycle de violence en perspective pour cette année 2018, et empêcher aux organisateurs de la marche du 31 décembre de récidiver, le gouvernement demande à la justice de se saisir du dossier et d’établir des responsabilités. Le respect de la Loi passe avant les considérations d’opportunité. 5. Enfin le Gouvernement de la République rassure la population qu’il ne ménagera aucun effort pour préserver et maintenir la paix chèrement acquise sur l’ensemble du Territoire National afin de permettre la poursuite du processus électoral en cours. Poursuivant sa communication, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, a informé le Conseil des Ministres des dégâts causés par la pluie diluvienne qui s’est abattue dans la Ville Province de Kinshasa dans la nuit du mercredi 03 au jeudi 04 janvier 2018. Prenant la parole, le Ministre de la Solidarité Nationale et Actions Humanitaires a pour sa part, présenté les faits saillants, le bilan provisoire et les stratégies d’intervention par rapport à cette catastrophe naturelle dont les dégâts enregistrés se présentent comme suit : - 37 personnes décédées et plusieurs personnes blessées. - Inondation des terrains et du poste haute tension de la Société Nationale d’Electricité au niveau de la Funa ayant entrainé la coupure d’électricité et la rupture de la distribution d’eau dans certains quartiers de Kinshasa. - Glissement des terrains - 5.100 maisons inondées dont l’orphelinat « le Coeur d’une mère ». - 192 maisons écroulées Tout ceci a entrainé le déplacement de plusieurs milliers de personnes vers des familles d’accueil en attendant la baisse du niveau des eaux. A cet effet, le Président de la République présente ses condoléances à toutes les familles endeuillées et ses compassions à tous les sinistrés. Il a instruit le Gouvernement pour que deux journées de deuil national soient observées ce lundi 08 et mardi 09 janvier 2018 en mémoire de toutes les personnes décédées. Les Ministres de la Solidarité Nationale et Actions Humanitaires, des Affaires Sociales, de la Santé, de l’Aménagement du Territoire et Rénovation de la Ville, des Affaires Foncières, de l’Urbanisme et Habitat ainsi que celui des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction, ont été chargés, chacun en ce qui le concerne, à prendre des dispositions immédiates pour soutenir et accompagner les sinistrés mais aussi pour maitriser et contrôler les inondations ultérieures étant donné qu’une pluviométrie importante sera observée jusque fin mars 2018. Commencée à 10h00’, la septième réunion ordinaire du Conseil des ministres a pris fin à 13h45’. Pour le Ministre de la Communication et Médias Porte-parole du Gouvernement, empêché, Dr. Félix KABANGE NUMBI MUKWAMPA Ministre de l’Aménagement du Territoire et rénovation de la Ville.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top