Liens commerciaux

0
Amnistie internationale exprime son indignation suite à la « répression brutale » contre les fidèles catholiques, accompagnés de certains opposants, pendant la marche organisée le dimanche 21 janvier pour exiger le respect de l’accord du 31 décembre.

Dans un communiqué publié le 22 janvier 2018, l’ONG internationale des Droits de l’Homme appelle à des enquêtes «rapides et approfondies» afin de traduire en justice les responsables des atteintes aux droits humains qui ont caractérisé cette manifestation anti-pouvoir.

«Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) doivent enquêter rapidement et de manière approfondie sur les personnes suspectées d’être responsables d’avoir tué et blessé des dizaines de manifestants pacifiques dans la capitale Kinshasa le 21 janvier», dit l’ONG dans le communiqué.

D’après le bilan de la Monusco, au moins six manifestants ont été tués et plusieurs autres blessés par balles. «Un triste record battu par les forces de sécurité congolaises en tirant dans l’enceinte d’églises », a déploré Human Rights Watch (HRW).

«Cette réponse brutale des forces de sécurité aux manifestations pacifiques montre une fois de plus que la répression est devenue la norme en RDC, en violation flagrante de la constitution du pays et de ses obligations internationales en matière de droits humains», ajoute Amnistie internationale qui plaide pour des procès équitables des personnes impliquées dans la répression.

« Une telle répression, poursuit l’ONG, ne doit pas être autorisée à continuer. Ceux qui sont soupçonnés d’en être responsables à tous les niveaux doivent être tenus responsables dans des procès équitables. Les autorités doivent également libérer immédiatement et sans condition tous les manifestants pacifiques qui sont détenus».

Il s’agit de la deuxième marche des fidèles catholiques réprimée dans le sang par la police et l’armée congolaises. Le Comité Laïc de Coordination, plateforme initiatrice de cette série de marches anti-pouvoir, s’est dite déterminée à poursuivre les manifestations.

« Sans jamais céder à la tentation de tomber dans le cercle sans issue de la violence, de la colère et de la haine meurtrière, nous irons jusqu’au bout. Nous l’avions dit, il n’y aura plus de répit pour la dictature, qui a plongé le peuple Congolais dans une crise aussi ruineuse qu’inutile », dit le CLC dans un communiqué publié lundi.

Will Cleas Nlemvo
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top