Liens commerciaux

0
La société de télécommunication Vodacom Congo a commémoré avec les lycéennes de quatre établissements scolaires de Kinshasa, la journée internationale des femmes et filles scientifiques, hier mardi 13 février, au Lycée Motema Mpiko à Kasa-Vubu. A cette occasion, les élèves des sections scientifiques, notamment celles du Lycée Bolingani, Mpiko, Notre Dame de la Providence et Molende, ont participé à un jeu concours à caractère scientifique. Il a été remporté par l’équipe des élèves du Lycée Notre Dame de la Providence de Binza Ozone qui s’est vu remettre des tablettes et bénéficier des équipements d’une classe numérique pour leur école. Toutes les participantes à ce jeu, ont également reçu des tablettes afin de leur permettre de bénéficier du programme Vodaeduc. Et pour ce, il suffit d’avoir une puce Vodacom et accéder gratuitement au site www.vodaeduc.vodacom.cd. Cette plateforme permet aux utilisateurs d’améliorer leurs connaissances dans différentes matières telles que les mathématiques, les sciences, l’informatique… Vodaeduc, offre une opportunité aux professionnels de l’éducation et aux élèves de s’autoformer, de former d’autres personnes de manière continue et permanente. Cet évènement s’avère une circonstance symbolique pour encourager les filles et les femmes congolaises à s’épanouir dans divers domaines scientifiques. Aussi, le DGA de Vodacom Congo, Paulin Ikwala, a-t-il rappelé la citation des Nations Unis faite à cette circonstance : "la science et l’égalité des sexes sont indispensables pour relever les objectifs du développement durable à l’horizon 2030". C’est pourquoi, fait-il savoir, pour marquer cette célébration, la Fondation Vodacom a organisé ce jeu concours à caractère scientifique. Celle-ci ne se limite pas seulement à un jeu. Mais, elle tient surtout à marquer la mémoire des filles et femmes congolaises afin de les pousser à s’épanouir dans divers domaines scientifiques et suivre le modèle de quelques femmes congolaises qui se sont illustrées dans le domaine de la science. DEFICIT DES FILLES DANS LES MATIERES LIEES A LA SCIENCE Cependant, poursuit Paulin Ikwala, un constat amer est fait. Les femmes et les filles continuent d’être exclues et ne peuvent participer pleinement à la science. Le pourcentage de filles ayant accès aux matières liées à la science est de loin faible par rapport à celui des garçons, et ceci presque partout en Afrique. Pour sa part, le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et professionnel (EPSP), Gaston Musemena, qui a rehaussé cette cérémonie de sa présence, s’est estimé heureux de l’initiative de Vodacom Congo. Faisant échos à son prédécesseur, le Ministre a indiqué que le défi de la parité fille et garçon en science reste à relever. Et l’EPSP, poursuit-il, ne cesse d’apporter des solutions appropriées pour assurer la bonne éducation de tous pour encourager les filles à accéder au domaine scientifique. La collaboration avec Vodacom n’est plus à rappeler. De nombreuses innovations sont en cours grâce à ce partenariat. Il s’agit notamment des contenus éducatifs équitables accessibles à tous les enfants congolais. Pour palper la réalité des métiers des femmes dans le domaine scientifique, la Fondation Vodacom, a fait appel à quatre ambassadrices des femmes scientifiques afin de parler de leurs carrières et inciter les élèves à œuvrer dans les métiers scientifiques. Au travers leurs témoignages, ces femmes ont fait savoir qu’il est possible de devenir un jour une femme chercheuse, savante et initiatrice de grands projets. A la fin de cette manifestation, les lycéennes ont goûté à la magie du digital avec des séances de photo boot.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top