Liens commerciaux

0


Que cache le dossier des « vaches rwandaises » à Popokabaka dans le Bandundu ?


Le « porte-parole » des éleveurs identifié :


il s’appelle Alexandre SANDJI, il est militaire de l’armée rwandaise !






La présence insolite des vaches mystérieuses « apparues » comme par miracle au Bandundu continue d’interpeller la conscience des Congolais désormais éveillés et vigilants au sujet de tout ce qui menace leur souveraineté. Ainsi, comme nous l’avons dit dans notre dernier article, la rédaction de L’œil du Patriote continue à se pencher sur cette dangereuse énigme! Nous semblons revivre au Bandundu une réédition des méthodes usitées par les envahisseurs tutsis au Rwanda au 19e siècle déjà.


Dès les débuts de l’occupation de la RDC et particulièrement en 2004, Honoré Ngbanda tentait déjà d’expliquer en ces termes la problématique des origines de l’invasion tutsie au Rwanda dans son livre «Crimes organisés en Afrique centrale. Révélations sur les réseaux rwandais et occidentaux» (pp61 ) :


«Les nombreuses recherches historiques nous révèlent, qu’avant l’arrivée des colonisateurs allemands, la dynastie tutsie des Abanyiginya avait entrepris la conquête des royaumes hutus qu’elle avait réussi à soumettre par la force. Plusieurs rois hutus furent tués et leurs peuples réduits en esclavage. Dans «Un abrégé de l’ethnohistoire du Rwanda de 1853 à 1972 », rédigé par l’historien rwandais tutsi, Monseigneur Alexis Kagame, les rois tutsis y sont exaltés pour leur supériorité intellectuelle et stratégique par rapport aux « roitelets » hutu très «peu doués». Cependant, les régions des hautes montagnes du Nord avaient résisté à la campagne militaire des «seigneurs » tutsi. Il a fallu l’aide et l’appui des colons allemands et belges pour soumettre définitivement tous les royaumes hutu. Et c’est là que se situe toute la problématique actuelle.»


Les sages Romains disaient avec raison : « nihil novi sub sole » (il n’y a rien de nouveau sous le soleil). L’histoire, en effet, est un éternel recommencement. Et l’affaire mystérieuse des vaches venues du Rwanda qu’on essaie de cacher et autour de laquelle le pouvoir d’occupation, après un silence de cathédrale, se réveille brusquement pour brocanter des légendes et des mises en scènes des visites d’un certain Muzito, tout cela doit nous inciter à bien nous pencher sur ce dossier ! Surtout lorsque l’on se souvient que le même Muzito succédant à Gizenga avait déjà participé à pérennisation de l’annexion de Kahemba par l’Angola lorsqu’il était Premier Ministre ! (Note : Kahemba est un des cinq territoires de la province du Kwango, en République démocratique du Congo. Les autres territoires de la province sont : Feshi, Kasongo-Lunda, Popokabaka et Kenge.)





Les premiers résultats de nos investigations donnent des indications suivantes :




Primo : les prétendus éleveurs «banyamulenge» (euphémisme tutsi pour dire «rwandais infiltrés en RDC», sont en réalité des militaires rwandais du M23 venus en éclaireur pour baliser la voie à une prochaine invasion rwandaise en gestation. Il suffit de bien observer leurs tenues vestimentaires, elles ne correspondent en rien à celle des vrais éleveurs qu’on connait !
Secundo : Le porte-parole des «éleveurs», dont la photo en tenue militaire circule dans les réseaux-sociaux, a été formellement identifié par nos réseaux en RDC. Nous avons pu en effet recueillir le témoignage de son collègue congolais de même promotion à l’Université de Goma. Il nous a déclaré ceci : « L’homme qui parle au micro dans la vidéo de la visite de Muzito aux éleveurs était mon collègue de promotion à l’Université de Goma jusqu’au 3e graduat où il quitta l’Université après avoir échoué. Il est Rwandais et s’appelle Alexandre SANDJI. Je suis surpris de l’entendre dire qu’il est d’Uvira et Mulenge ! »
Tertio : le prétendu itinéraire suivi par les « éleveurs », selon la version de leur porte-parole ne tient pas débout ! Nous nous sommes informés à la source auprès des habitants des plusieurs localités citées par le porte-parole comme étant des étapes de leur périple, eh bien, l’état des routes, l’absence des ponts, l’insécurité dans les zones citées font qu’il est quasiment impossible de partir d’Uvira avec des troupeaux jusqu’au Bandundu en traversant toutes ces régions ! Tout le monde sait que les régions du Kivu et de Kasaï sont en proie à des scènes de violence et d’insécurité qui ne donnent aucune chance à une transhumance !
Quarto : selon nos investigations auprès des autochtones congolais, on ne trouve pas actuellement cette race de vache à Uvira. Ce qui contredit le témoignage du porte-parole des éleveurs ! Selon les connaisseurs, cette race de vache-là ne peut actuellement provenir que du Rwanda ou, à défaut, de la ferme d’Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila à Kundelungu dans le Katanga.






Nous sommes donc devant le même scénario des années 1994-1995 qui ont suivi le génocide rwandais et l’agression du Zaïre. Ces années-là, les «éleveurs» rwandais dits «banyamulenge» avaient massivement infiltrés des armes dans le kivu et les avaient enterrées pour attendre le jour de l’agression programmée. Les militaires rwandais qui entrèrent ainsi mains vide n’avaient qu’à déterrer des armes pour entamer la guerre. Le même scénario se répète aujourd’hui au Bandundu : les prétendus éleveurs sont des commandos rwandais chargés de baliser la voie et de préparer l’attaque de Kinshasa, soit pour protéger Hyppolite Kanambe, soit pour imposer son successeur après son assassinat.


Quoiqu’il en soit, le peuple congolais de Bandundu et particulièrement de Popokabaka doit se mobiliser pour chasser ces éclaireurs venus prospecter le terrain pour le compte de l’armée rwandaise qui tient à renforcer l’occupation de la RDC en l’étendant jusqu’à la capitale pour boucler ainsi la boucle du processus en cours. Il faut donc neutraliser ces éclaireurs de l’armée rwandaise!
Paris, le 09 Février 2018
Candide OKEKE
L’ŒIL DU PATRIOTE
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top