Liens commerciaux

0

*Les rideaux du séminaire de formation de 100 jeunes de Kinshasa, en entreprenariat spécifique sont tombés, mardi 6 décembre dernier, à l’Institut National Pilote d’Enseignement des Sciences de Santé (INPESS). Au terme de ces enseignements fournis par le Réseau Germe RDC ASBL, sous l’initiative de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), chacun d’entre eux a bénéficié d’un diplôme de participation. Clôturant les travaux, Aminata Maïga, Représente-pays de cette agence des Nations Unies, a indiqué qu’une réunion d’évaluation sera organisée très récemment, afin d’évaluer tout ce qui s’est passé et déterminer exactement ce qui se passera par la suite.

Pour cette première, Aminata Maïga, rassure que l’OIT s’engage dans l’accompagnement de cette initiative. Mais, pour les participants ayant entamé la réalisation d’un plan d’affaire, ils devraient, avec l’aide des formateurs, les finaliser avant de le soumettre à d’éventuels bailleurs. Toutefois, signale-t-elle, ce sont les meilleurs plans d’affaire qui auront un caractère plus réalistes qui pourront bénéficier du crédit.

Satisfecit des participants

Jaëlle Makonga, entrepreneure dans le domaine agricole affirme que, cette formation était d’une importance très capitale, parce qu’ayant permis de comprendre comment créer une entreprise ainsi que de l’évaluer. D’autant plus que très souvent, les Petites et Moyennes Entreprises (PME) atteignent difficilement deux ans. Situé au plateau Bateke, l’étendue de sa ferme est de 20 hectares, avec comme principale difficulté, l’eau surtout pendant la période de la saison sèche, entendu qu’elle fait la culture maraichère. ‘’Cette formation nous a appris comment mieux gérer notre entreprise, afin d’évoluer et d’aller au-delà de deux ans, afin de réussir dans le domaine de l’entreprenariat’’, a-t-elle déclaré.

Selon le domaine de prédilection dans lequel elle base ses actions, elle affirme que, cette formation a contribué à déterminer comment aller plus loin dans l’entreprenariat agricole. Raison pour laquelle, elle envisage mettre sur pied, un projet sur la culture du piment.

A la question de savoir comment elle a opté pour ce domaine, elle répond que, la majorité des jeunes ont souvent peur de l’agriculture. Ayant compris qu’il faut savoir observer et écouter, elle l’a vite fait. ‘’Très souvent, les gens ont peur parce qu’il faut attendre parfois, trois, quatre, voire cinq mois afin de voir la première récolte’’, dit-elle, alors que, les entrepreneurs n’aiment pas attendre.

Economiste de formation, elle a suivi des formations en agriculture. Des connaissances qui lui ont permis de comprendre les contours de son activité. D’ailleurs, le travail se fait également avec les agronomes pour essayer de mieux étudier le marché.

Parlant du crédit reçu auprès d’une banque de la place, elle renseigne que généralement, ces institutions ont besoin de s’assurer d’une crédibilité et surtout, de savoir à quel niveau se situe le projet. A l’en croire, cela nécessite d’être en mesure d’élaborer un très bon plan d’affaire. ‘’Le problème se situe au plan d’affaire que nous rédigeons mal. C’est ça l’avantage de cette formation, qui nous a permis de découvrir comment élaborer un plan d’affaire susceptible de décrocher un crédit’’, signale-t-elle. Car, c’est depuis un an qu’elle s’y est lancée, et tout avance parfaitement bien. Et, la rentabilité qui en résulte, en dit long.

Brandy Mankoyde, de son côté, vient de terminer ses études et veut se lancer dans la consultance. Il confirme tout de même que cette formation était très enrichissante. Comment gérer son projet ? Bien qu’ayant des connaissances en matière d’entreprenariat puisqu’étant économiste de formation, ces enseignements lui ont permis de comprendre ce qu’il faut faire pour s’améliorer au niveau de la gestion. Au-delà de cela, il faut toujours jeter l’œil sur l’étude du terrain. ‘’Nous avons été voir sur terrain pour voir ce que les opportunités de certains marchés nous offre, ainsi que les analyser par rapport à nos forces, faiblesses, et aux menaces de l’environnement’’, a-t-il déclaré. Malgré que le marché s’avère compliqué, le chemin d’entrepreneur est toujours entaché de beaucoup d’embûches. Raison pour laquelle, il leur a été prévenu qu’avoir une idée, nécessite qu’elle soit exploitée, afin d’arriver jusqu’au bout en faisant en sorte que le rêve se réalise.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top