Liens commerciaux

0

Ce lundi 23 janvier 2016, on est à la veille de la dernière et décisive sortie de groupe C des Léopards RD Congo. Ils se sont entraînés, dans la matinée, pour une dernière fois à 10 heures sur le terrain annexe du nouveau stade de Port-Gentil avant que le sélectionneur principal, Florent Ibenge Ikwange, accompagné de l’un de ses hommes du milieu de terrain, Remy Mulumba, n’animent la traditionnelle conférence de presse officielle d’avant-match à partir de 11 heures 30’ sous la modération de Mme Aicha Falode, Officier média de la CAF sous l’œil vigilant de Mohamed Thabet, le CAF Division Media Manager.
De toutes les réponses du technicien congolais et de son joueur, l’on a eu à retenir la folle envie des Léopards RD Congo « de ne pas rentrer avant Février 2017’ pour Florent Ibenge Ikwange et «de rester solidaires. De ne pas décevoir le peuple congolais car on a eu des moments beaucoup plus difficiles avant, dans cette compétition pour arriver au niveau où nous y sommes. Ce n’est pas le moment de tout gâcher » a lâché en substance, Remy Mulumba».
Sans ambages, le patron technique des Léopards RD Congo n’y est pas allé du dos de la cuillère pour se rassurer que, lui et ses poulains, «On a envie d’aller en finale. Demain mardi 24 janvier 2017 face aux Eperviers, s’il y a trois résultats dans un match de football, ce sont les deux plus avantageux que nous voulons : la victoire ou un match nul ».
Oui ! Contrairement au Togo qui doit nécessairement s’imposer sur la RD Congo pour prétendre à une qualification en quarts de finale, Les Léopards eux, peuvent se contenter d’un match nul pour passer au prochain tour…. Mais, le sélectionneur congolais, Florent Ibenge Ikwange ne l’entend pas de cette oreille là. « Nous n’allons pas jouer la conservation du score en vue d’un nul hypothétique. Nous sommes des compétiteurs et c’est pour gagner que nous allons jouer ».
DU SYSTEME DE JEU FACE AU TOGO.- La presse s’est longuement attardée sur le fameux système de jeu à animer face aux Eperviers du Togo, le 4-4-2 en toile de fond cela s’entend, surtout pour les Congolais qui ne cessent de le réclamer afin de voir sur l’aire de jeu, Dieumerci Mbokani et Cédric Bakambu, comme il en avait été le cas à Kinshasa lors de la 1ère journée des Eliminatoires de la Coupe du monde-Russie 2018 face à la Libye de même que sur l’état de l’infirmerie.
Florent Ibenge Ikwange s’est refusé à dévoilé son plan de bataille à la veille d’une aussi grande confrontation. Néanmoins, il s’est appesanti sur les vœux exprimés par plus d’un Congolais sur le 4-4-2 : « Jouer avec deux attaquants, c’est bien bon. Mais, il faut avoir de l’équilibre derrière. Ce que nous n’avons pas… Mais, mon dispositif de jeu, demain, je le laisse d’abord à et, pour mes joueurs ».
L’un d’eux, Remy Mulumba s’est essayé en réponse « à l’absence de milieu de terrain contre la Côte d’Ivoire » dixit un journaliste en conférence officielle : «On n’a pas été absent. Sinon on ne s’en serait pas sorti avec un match nul. Peut-être qu’on avait un peu reculé, laissant ainsi du champ aux Ivoiriens. Mais, nous n’avons pas des regrets sur ce match là que nous avions bien géré… A chaque match, on apprend du neuf et les leçons tirées ce jour-là servent. On y a travaillé…».
JAMAIS DE MILIEU DE TERRAIN ABSENT.- A la suite de ce qui précède, au coach Florent Ibenge Ikwange de renchérir ; «Jamais, notre milieu n’a été absent. Bien au contraire. Si l’on s’est senti sous pressing ivoirien, c’est suite aux blessures de Jacques Maghoma, Junior Kabananga et le latéral Ikoko. Ce qui nous avait obligé à chambouler tout le dispositif en faisant monter doublement Youssuf Mulumbu et Remy Mulumba en faisant reculer Chancel Mbemba comme latéral. Au feu de cette rencontre, on en a fait les frais certes mais l’on avait tenu le bon bout jusqu’à la fin ».
S’agissant de l’infirmerie, Florent Ibenge Ikwange en brosse le bilan sommaire en ces termes : « Jordan Ikoko et Jacques Maghoma ne se sont pas entrainés avec les autres. Gabriel Zakuani était là mais, au petit trot avec le préparateur physique Papy Kimoto Okitankoy. Fabrice N’Sakala a repris légèrement mais au regard de l’engagement et des enjeux de la rencontre contre le Togo, qualification en prime, il n’est pas encore en possession de toutes ses capacités… ».
Bien triste bilan pour des cares qui ne pourront pas être alignés dans le Onze de départ. Le technicien congolais n’aura donc pas tout son effectif idéal pour commencer et jouer son va-tout en vue de la grande qualification aux quarts de finales de la CAN Total-Gabon 2017, ce mardi 24 janvier 2017 à Port-Gentil face aux Eperviers du Togo du célébrissime Claude Leroy.
SOLIDARITE ET SOLIDITE MENTALES DU GROUPE.- Dans les rangs des joueurs, le credo est à la légendaire solidarité du groupe comme l’a confié en conférence de presse, Remy Mulumba ; «Le discours entre-nous est simple. On a commencé à 23 et on restera solidaires jusqu’au bout, tous ensemble. Notre victoire viendra particulièrement de la gestion à bon escient de notre mental car on s’attend à un pressing sans pareil des Togolais qui n’ont plus rien à perdre et se jetteront à corps perdu dans la bataille. C’est surtout à ce niveau que nous devrions nous appliquer face aux duels qu’ils voudront bien nous imposer ».
Enfin, Remy Mulumba, en réponse à une préoccupation d’un journaliste congolais a lancé le présent message au Peuple congolais : «Pas question de décevoir le Peuple congolais. On a eu des matchs difficiles avant d’arriver là où nous sommes, sans défaite et leader du Groupe C. En tout cas, ce n’est pas le moment de tout gâcher. Cette belle qualification aux quarts de finale, nous la voulons aussi afin qu’elle soit fêtée par tous, ensemble ».

MEFIANCE DE IBENGE COACHE.- Mais, sans se leurrer, Florent Ibenge Ikwange reste les deux pieds sur terre et confie : « Le Togo, je m’en méfie énormément de cette équipe qui est capable de tout. D’un nul contre la Côte d’Ivoire et d’une belle entame face aux redoutables Marocains avant de sombrer par la suite en cours de jeu.

Mais, les Eperviers peuvent jouer à l’inattendu invité comme la RD Congo lors de la CAN-Guinée équatoriale 2015. Nous, on nous a étiqueté favori, voilà que nous avons des matchs beaucoup plus difficiles parce que toutes les équipes nous attendent. Le Togo par contre n’a plus rien à perdre et peut nous causer bien du tort. Nous restons prudents jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre».
Jerry Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME, Team Media Officer RD CONGO Port Gentil (Gabon)/ Lundi 23 janvier 20178
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top