Liens commerciaux

0


Les transporteurs en commun de Kinshasa menacent de revoir à la hausse le prix du billet de bus ou d’une course en taxi. Nombre d’automobilistes interrogés en début d’après-midi hier à la place Victoire, ont justifié leur intention de majorer le prix par une légère hausse du prix du litre à la pompe. " A cause de la dévaluation du franc congolais sur le marché de change, la valeur marchande d’un litre d’essence a augmenté de 200 fc dans toutes les stations-services. Mais le coût de transport en commun est resté statique ", ont-ils déclaré.

S’appuyant sur les fluctuations intempestives observées depuis près d’un mois sur le marché de change, les transporteurs en commun à Kinshasa comptent, à leur tour, majorer le prix de leurs services. Cependant, ils attendent l’aval des responsables de leur corporation professionnelle, Association des chauffeurs du Congo (ACCO).

QUAND CERTAINS PROPRIETAIRES DE VEHICULES EXIGENT LE VERSEMENT EN DOLLAR
A entendre les différents taximen interrogés, des pourparlers ACCO-Hôtel de ville de Kinshasa seraient déjà engagés en faveur d’une éventuelle hausse du prix de transport en commun.
Pendant que les chauffeurs attendent l’issue des négociations avec les autorités urbaines, les conducteurs de taxi motos, communément appelés "Wewa ", ont déjà revu à la hausse le prix de leur service. Pour preuve, les motos qui desservent le tronçon boulevard Lumumba - 11ème rue Limete /Industriel font payer 500 Fc à leurs clients. Alors qu’il y a encore quelques jours, la même course valait 300fc. Il se dégage ainsi une augmentation de 200 fc, soit environ 90% !
Outre la légère hausse du prix du litre à la pompe, certains automobilistes exploitant le transport en commun ont évoqué les obligations de leurs patrons. " A cause de la dévaluation de notre monnaie locale, certains propriétaires de véhicules nous exigent un versement journalier en dollar. Par exemple, pour une petite voiture Toyota de quatre places, je versais toujours 40.000 fc. Au jour d’aujourd’hui, cette somme équivaut à quelque 24 $. Alors que par le passé, le même montant représentait environ 35$. Compte tenu de cette situation, mon patron a décidé que le versement soit désormais fait en devise américaine. Dès lors que nous faisons payer 500 fc à nos passagers sur le tronçon Victoire-Super Lemba, réunir 35 ou 40 $ au quotidien n’est pas du tout une mince à faire", explique M. Marcel Kinkela, taximan.
Abondant dans le même sens que le précédent automobiliste, un autre conducteur a estimé qu’il soit juste que le coût de la course Victoire-Lemba, par exemple, passe de 500 à 700fc.
" Il en serait de même pour les taxis desservant le trajet Victoire-Centre-ville ou Victoire-Bon Marché. Le même prix devrait également s’appliquer sur le trajet Super Lemba- Quartier 1. Ainsi, il ne serait pas exagérer d’exiger 2000fc à tous les passagers au départ de la place Victoire, à destination de l’aéroport international de N’Djili ", pense pour sa part Clément Kabuya.

LES CRAINTES D’UNE SURCHAUFFE
A la suite de la dégringolade du franc congolais face au fameux "roi" dollar américain, il s’observe à Kinshasa, une hausse de prix sur le marché de biens de consommation courante. Sauf le prix du transport en commun. Moralité, les Kinois peuvent encore effectuer le tour de la ville à moindre frais. Avec 2000 fc, par exemple, un habitant des quartiers périurbains Mpasa et Bibwa, peut facilement arriver à Mbudi, à l’autre extrémité de la capitale. Le prix du billet Mpasa -Debonhomme ou Bibwa- Debonhomme étant encore à 500 fc.
Entendu que le coût du transport en commun est souvent communément considéré comme le référentiel dans les transactions, nombre d’analystes pensent qu’une majoration de prix dans ce secteur risquerait d’empirer la situation actuelle. " Elle en rajouterait à la surchauffe actuelle sur le marché. Ce qui ferait que la grogne sociale latente, explose finalement", prévient M. Gustave Ngeleka. La crainte est bien réelle. Et même légitime. Mais comment concilier le vœu des transporteurs en commun avec ce malaise social ? A priori, les décideurs politiques devraient sans doute trouver le juste milieu.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top