Liens commerciaux

0
* Le contexte électoral actuel plaide pour que le Raïs lui-même prenne les choses en mains. Pour une annonce choc de début de cette semaine, celle de la restructuration du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), en est une. Pour mieux affronter les grands enjeux politiques qui pointent à l’horizon, le PPRD, principal parti de la Majorité au pouvoir, entend ménager sa monture. Le tout, sur fond de la réorganisation du parti. Dans les jours à venir, le parti présidentiel aura un Président national qui sera secondé par un Secrétaire permanent. Une autre innovation envisagée concerne la suppression du poste de secrétaire général. Partant de ce réaménagement en vue du parti, plusieurs questions restent suspendues sur les lèvres de plus d’un militant et sympathisant PPRD. Mais, la plus essentielle reste celle de savoir ce qui adviendrait, au cas où Joseph Kabila présidait aux destinées de ce parti. Poser une question, c’est à la fois y répondre. Et si Joseph Kabila devenait président du parti ?La question vaut son pesant d’or, quand on sait que le PPRD n’a jamais eu de de patron doté de pleins pouvoirs. Pour s’en convaincre, il suffit de revisiter le mode de désignation des Secrétaires généraux du parti et leur manière de travailler. CONTEXTE ELECTORAL OBLIGE Au sein du PPRD, la pratique renseigne que les Secrétaires généraux, non seulement qu’ils sont ou qu’ils étaient désignés par Joseph Kabila lui-même, mais ils travaillaient aussi sous la férule ou l’autorité de ce dernier, en sa qualité d’initiateur du parti. De ce point de vue, il n’y a donc aucune raison de polémiquer là-dessus. Secret de polichinelle, la RD Congo s’est résolument engagée dans un nouveau processus électoral. Les échéanciers de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), rendus publics le 5 novembre dernier, prévoient la tenue du scrutin présidentiel le 23 décembre prochain. Depuis, la Centrale électorale s’emploie à des opérations préélectorales, en vue de respecter ses prévisions. La clôture des opérations d’identification et d’enrôlement dans l’espace Grand Kasaï, au centre du pays, le lancement de la campagne de socialisation de la machine à voter…sont entre autres, les hauts faits qui prouvent à suffisance que le processus électoral en RD Congo a atteint sa vitesse de croisière. Dans la perspective de la présidentialisation du PPRD, le président du parti sera donc le véritable héraut. C’est lui qui sera ce vrai homme fort qui incarne la formation politique-locomotive de la Majorité présidentielle. De l’avis de plusieurs analystes, le contexte électoral plaide pour que le Raïs, en personne, prenne les choses en mains. Dès lors que le parti présidentiel s’est résolu de mettre le cap sur les élections, la restructuration de ses statuts décidée au cours de la réunion du Conseil national, lundi 22 janvier, rentre dans la ligne droite de sa détermination de rempiler lors du prochain scrutin. Abordé par « Forum des As » au sujet de cette réforme annoncée, un haut cadre PPRD avait rassuré que les différentes propositions intégrées dans les statuts réaménagés du parti ont été toutes adoptées par les participants, à la messe du lundi dernier, en attendant d’être officiellement avalisées lors du Congrès national du parti, prévu dans les mois à venir. , D’ores et déjà, les sociétaires du PPRD, comme un essaim d’abeilles, s’affichent soudés autour de l’initiateur et autorité morale de leur parti, Joseph Kabila. C’est avec lui et autour de lui, qu’ils entendent arrêter des stratégies capables d’amener le parti à la victoire finale, lors des élections du mois de décembre prochain. Une victoire qui se veut donc à la régulière, conformément à la Loi électorale révisée.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top