Liens commerciaux

0
Plus de doute possible. La conférence internationale sur l’aide humanitaire en faveur de la RDC aura bel et bien lieu le 13 avril prochain. Hier lors du point de presse hebdomadaire de la Monusco, le Coordonnateur humanitaire adjoint en RDC, Julien Harneis, l’a confirmée à haute et intelligible voix. L’enjeu est de réunir 1,7 milliard USD en faveur des populations du Grand Kivu, du Nord-Katanga, de l’espace kasaïen… Heureuse conclusion d’un plaidoyer initié par un digne fils du pays, en l’occurrence Samy Badibanga. Déclinant la politique pour ce qu’elle est vraiment, à savoir se mettre au service du peuple, le Premier ministre honoraire a associé deux chefs religieux à sa croisade de sensibilisation au désastre humanitaire. Bien lui en a pris. Le carnet d’adresses de l’élu du Mont-Amba aidant, le message est passé auprès des Nations Unies et de l’Union européenne. Il reste maintenant aux Congolais de faire front pour tirer le meilleur parti de ce rendez-vous vital. Car comme l’a si bien souligné Samy Badibanga, derrière l’humanitaire, il y a le développement. FDA Coordonnateur humanitaire adjoint en RDC (Julien Harneis) Bonjour Mesdames et Messieurs. En effet, il y a six semaines, ensemble avec le Premier Ministre, on a lancé un plan humanitaire pour 2018 pour la RD Congo, qui vise à soutenir 10 millions de Congolaises et Congolais avec un plan humanitaire de 1, 7 milliard de dollars américains. Mais les chiffres ne peuvent pas vraiment décrire la réalité qui est devant nous. Je viens de passer ces six semaines en circulant dans toutes les zones d’urgences et de conflit. Je suis passé à Bunia, Beni, Goma, Bukavu, Uvira, Kalemie, Nyunzu, Kananga et Tshikapa. Et ce qui est clair pour moi, c’est que cela dépasse les chiffres. On est devant des urgences et des crises qui touchent directement les populations. Et il faut retenir ceci en tête : les chiffres ne peuvent pas décrire la souffrance d’une femme qui a vu décapiter son mari. Cela ne décrit pas une mère qui a vu noyer ses enfants dans un fleuve quand elle s’échappe pour sauver sa vie. Et les chiffres ne peuvent pas non plus décrire le courage d’un chef d’un village et d’un village entier qui reçoivent de nouveaux déplacés et partagent le très peu qu’ils ont avec ces nouveaux arrivants. J’ai été extrêmement marqué, partout en RD Congo, par le courage de la population, par le courage des organisations nationales et internationales qui répondent aux besoins de la population, et le travail des Nations Unies et des autorités pour répondre aux besoins de la population. Mais il est aussi extrêmement clair que ces organisations n’ont pas aujourd’hui les moyens pour répondre aux besoins des Congolaises et des Congolais touchés par les crises qui touchent une grande partie de l’est et le Kasaï, ici en RD Congo. Donc, c’est avec cette idée en tête que nous montons une conférence internationale le 13 avril [2018] à Genève qui aura l’objectif de mobiliser plus d’attention et de financement pour la RD Congo, cette année 2018, mais aussi pour les années à venir parce que nous estimons que les problèmes que nous avons devant nous vont continuer et cela nécessite de fédérer la communauté internationale et la communauté congolaise pour répondre à ces besoins dans le temps. Je vous remercie.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top