Liens commerciaux

0
Les jours passent, les temps s’égrainent, le processus électoral en RD-Congo avance à pas de géant. Mises à part les réticences de l’Opposition se rapportant à la machine à voter et aux électeurs sans empreintes digitales, rien ne semble arrêter Corneille Nangaa Yobeluo. A l’aise et confiant, moral gonflé à bloc avec les informations en provenance de la Corée du Sud assurant que 380 conteneurs des machines à voter sont dans les bateaux à destination de différents ports pour être déployés vers les hubs installées dans les provinces, le président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- a, depuis vendredi 21 septembre dernier, ordonné l’installation de ces appareils dans les aéroports et ports du pays. Objectif: renforcer la sensibilisation des électeurs sur l’usage de cet outil de vote qui sera utilisé lors des scrutins de décembre prochain. Un signal fort qui, du reste, devait être bien intercepté par l’Opposition qui passe son temps à bouder l’usage de la machine à voter.



Le président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Corneille Nangaa, a décidément mis le cap vers le 23 décembre 2018. Côté centrale électorale, toutes les batteries sont mises en marche pour la tenue des élections combinées présidentielle, législatives et provinciales dans les délais. Les machines à voter arrivent déjà, et la dernière commande sera réceptionnée d’ici le 06 octobre 2018. En clair, le décor est réellement planté pour accueillir cet événement de droit civique pour les RD-Congolais.

Selon des analystes, l’élan qu’a pris le processus électoral constitue un signal interpellateur pour l’Opposition qui, selon eux, devait se préoccuper à bien affûter ses armes, en cherchant surtout à se choisir un candidat commun et à battre le rappel des troupes comme c’est le cas au Font commun pour le changement -FCC.

Si l’Opposition croit encore en une hypothèse de report des élections, la réalité est tout autre sur le terrain. A trois mois des scrutins, le Vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, Norbert Basengezi Katintima, a lancé, vendredi 21 septembre dernier, la phase de l’installation des machines à voter dans les aéroports et ports de la RD-Congo.

Accompagné des membres de l’Assemblée plénière et du Secrétaire exécutif national de la CENI, Norbert Basengezi a d’abord présenté ses civilités aux autorités de la Régie des voies aériennes -RVA-, qui ont accepté de mettre à la disposition de la CENI des espaces dans ces lieux stratégiques que sont les aéroports.

Quatre machines à voter sont placées à l’aéroport international de N’Djili, dans les isoloirs, en raison d’une machine à chaque arrivée et départ des vols nationaux et internationaux. Au niveau de l’aéroport de Ndolo, 2 machines sont installées dans la salle d’attente des vols nationaux.

L’objectif poursuivi par la CENI est de permettre aux passagers d’expérimenter l’utilisation de cet outil de vote. Ce qui justifie le communiqué de la CENI remis au service compétent de la RVA, conviant chaque passager à expérimenter cet outil de vote qui sera utilisé lors des scrutins du 23 décembre 2018.

«Le choix de l’aéroport international de N’Djili se justifie notamment par le trafic très important enregistré au niveau de cette importante porte d’entrée et de sortie de la RD-Congo. L’aéroport de N’Djili reçoit plus ou moins 100.000 personnes par mois. Ce qui signifie que nous atteindrons plus ou moins 1.000 familles d’accueil par mois», a souligné le Vice-président de la CENI.

Norbert Basengezi a annoncé que le partenariat ainsi conclu entre la CENI et la Régie des Voies aérienne s’étendra dans tous les aéroports, aérodromes et autres pistes de la RD-Congo. «Ce partenariat ne se limite pas à ces deux aéroports mais dans tous les aéroports, aérodromes et pistes de la RD-Congo et cela, par la lettre que le DG de la RVA a adressé à ses services et cadres qui sont à l’intérieur du pays», a déclaré le Vice-président de la CENI.

Après les aéroports, la CENI poursuivra cette opération d’installation de la machine à voter au niveau des principaux ports à travers le pays, assure-t-on. A travers cette opération, ce nouveau dispositif de vote fera témoignage de lui-même, pense-t-on également à la Centrale électorale. «Plus nous critiquons la machine, moins nous aurons d’électeurs mais moins nous critiquons la machine, plus nous aurons beaucoup d’électeurs», a indiqué Norbert Basengezi.



Formé à l’école de feu l’abbé Malumalu et créé pour ne reculer devant rien

Les mêmes exercices de simulation de vote avec la machine à voter sont organisés sur les différentes places publiques à Kinshasa. C’est le cas de la place des évolués dans la commune de la Gombe où beaucoup de Kinois se sont livrés à cet exercice avec engouement. 1.200 machines à voter ont été déployées à travers le pays dans le cadre de la campagne de sensibilisation sur son utilisation.

Quand certains s’inquiètent à propos du délai d’environ 90 jours qui lui reste pour déployer machines et isoloirs dans tous les bureaux de vote disséminés à travers le pays, la CENI botte en touche, affirmant être en harmonie avec son calendrier, disant s’y être prise à temps.

Formé à l’école de feu l’abbé Malumalu, Nangaa semble créé pour ne reculer devant rien. Dans une interview aux confrères de Deutsche Welle, il fait ses comptes, évoquant les listes définitives des candidats à la présidentielle et aux législatives ainsi que l’affichage des listes électorales de façon à ce que chaque électeur vienne confirmer où il va voter le 23 décembre.

Il annonce que 380 conteneurs des MAV sont attendus. Les 58 premiers avec du matériel venant de la Chine sont arrivés, précisément via Matadi pour la zone Ouest, Goma et Mahagi pour la zone Est. Les kits bureautiques à utiliser au niveau des bureaux de vote comme les stylos et l’encre indélébile sont arrivés en même temps que les isoloirs, les urnes et les registres.

Entretemps, la CENI recrute les agents. Elle a besoin de 450.000 personnes qui vont devoir travailler dans les 80.000 bureaux de vote. Parmi ces agents recrutés, les formateurs nationaux et provinciaux, les techniciens des centres de vote, chargés de réparer ou dépanner, en cas de problème, les MAV.

Les finances ont beau être incomplètes selon certaines sources, Nangaa confirme son refus, le refus du pays et ses dirigeants, de faire recours à l’aide extérieure, jurant la main sur le cœur que les élections auront bel et bien lieu le 23 décembre 2018.

Olitho KAHUNGU

Partager :
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top