Liens commerciaux

0
Le 11 juin dernier, l’opposant RD congolais Moïse Katumbi, de retour d’un déplacement en Israël, s’était fait saisir son passeport à l’aéroport Zaventem de Bruxelles. Le document n’avait en effet pas été reconnu par les lecteurs électroniques des douaniers.

A l’époque, l’entourage de l’ex-gouverneur du Katanga suspectait une manœuvre du régime de Kinshasa, qui considère Moïse Katumbi comme son opposant numéro un, afin d’entraver ses déplacements au moment où ce dernier s’apprêtait à tenter de rentrer en RDC après deux ans d’exil forcé (il en a finalement été empêché début août).

La justice belge, après la saisie du passeport de M. Katumbi, avait ouvert une information judiciaire. Une procédure automatique, nous a-t-on précisé de sources judiciaires.

Pschit

Ce mardi 11 septembre, l’institution judiciaire belge a, sans surprise compte tenu de la vacuité du dossier, décidé de classer cette affaire sans suite. C’est l’avocat belge de Moïse Katumbi, Maître Pascal Vanderveeren, qui l’a confirmé suite à un échange hier avec le Parquet de Bruxelles.

Cette affaire, révélée avec grand fracas par la presse à l’époque, avait fait l’objet d’une tentative d’instrumentalisation de la part du régime de Joseph Kabila pour lequel tous les prétextes sont bons pour écarter de la course à l’élection présidentielle celui qu’il considère comme la personnalité la plus dangereuse pour ses projets de maintien au pouvoir. Car quand bien même le président (hors mandat) RD congolais ne se présentera pas à l’élection présidentielle, il entend bien garder la haute-main sur les affaires du pays.

Mais à l’instar des autres fausses affaires que le pouvoir a tenté de coller à l’opposant (spoliation d’immeuble, recrutement de mercenaires, double-nationalité…), celle-ci s’est complètement dégonflée.

congolibere.com
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top