Liens commerciaux

0
Pendant quatre jours (du 7 au 10 juin dernier), les chefs des confessions religieuses, les candidats président de la République, les membres de la Société civile et certains représentants des institutions du pays se sont réunis, au centre Mgr Dr Shaumba, à Kinshasa, pour faire l’état de lieu de la situation politique et du processus électoral, dans le cadre d’un " Forum pour la paix et la réconciliation en RDC " organisé par la CIME (Commission d’intégrité et médiation électorales).

Dans sa communication de clôture des travaux de ce Forum, le président de la CIME, le Révérend Elebe Kapalay soutient que les analyses de différents participants à ces assises ont été faites de façon fine et pointue sans la moindre complaisance et ont abouti aux résolutions et recommandations à l’intention de différentes institutions de la RDC.
" Nous nous sommes retrouvés ensemble en ce lieu avec la ferme détermination de tourner à jamais la page des conflits et des violences issus des élections parce que les filles et fils de ce beau et magnifique pays ont la volonté de faire et d’y parvenir ", fait-il savoir.
A travers ce forum, poursuit-il, la CIME s’est engagée à promouvoir les pratiques de l’excellence qui garantissent les meilleures conditions de paix et de cohésion nationale avant, pendant et après la tenue effective des scrutins électoraux du 23 décembre 2018.
C’est ainsi que les participants à ce Forum ont tous déclaré à l’unanimité que les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales doivent se tenir à la date du 23 décembre 2018 ; ces élections vont offrir l’opportunité à une première alternance démocratique au pays et cela doit se dérouler dans un climat de paix et de sécurité sur l’ensemble du territoire national. Mais aussi, ont-ils ajouté, la tenue des élections apaisées doit constituer un objectif pour tout congolais en dépit des obédiences politiques et sociales différentes.
C’est dans ce contexte que des recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement, de la Ceni, des partis et regroupements politiques, aux médias, aux confessions religieuses et à la société civile, etc.
Au Gouvernement de la République, conformément à l’accord de la Saint Sylvestre, il lui est demandé de faciliter l’accès équitable aux médias et garantir la sécurité des candidats ; Prendre les mesures nécessaires pour éviter que l’insécurité n’handicape la tenue des élections dans certaines parties du territoire national et particulièrement à l’Est du pays ;- Prendre des mesures pour un traitement équitable des candidats en tout point de vue…
La Ceni est invitée à maintenir le cap pour l’organisation des élections le 23 décembre2018, communiquer et éclairer l’opinion sur la problématique des électeurs enrôlés sans empreintes digitales ; respecter la loi dans la gestion des témoins et des observateurs ; communiquer sur le niveau d’acquisition et de déploiement deskits électoraux afin de couper court à la spéculation sur lapossibilité ou non de ramener au pays et dans les sites de vote toute la logistique nécessaire à la tenue des scrutins à la date prévue.
Les partis et regroupements politiques sont priés de prendre conscience que leur incapacité à construire le consensus ne favorise pas la cohésion nationale. Il leur est démandé d’adhérer au Code de conduite et veiller à son strict respect ; s’abstenir de tout fait et geste incitant à la haine et à la violence, s’engager à ne rien entreprendre qui entrave la tenue des élections apaisées le 23 décembre 2018, mais aussi de privilégier le dialogue et les voies de droits pour régler les différends. MOLINA
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top