Liens commerciaux

0
Alors que des «caravanes» de migrants font route vers les États-Unis, Donald Trump avait dans un premier temps laissé entendre que les soldats pourraient riposter à balles réelles si on leur lançait des pierres. Il est revenu sur ses propos.

L'armée américaine pourrait-elle être amenée à tirer sur les migrants tentant d'entrer illégalement aux Etats-Unis si ceux-ci jettent des pierres sur les soldats ? C'est ce qu'avait déclaré le 1er novembre Donald Trump à la Maison-Blanche, au cours d'une allocution consacrée à l'immigration, avant de rétropédaler dès le lendemain. Appelé à préciser ces propos, il a en effet affirmé que l'armée américaine n'agirait qu'en respect des lois américaines existantes.

Plusieurs caravanes de migrants centre-américains font actuellement route vers les Etats-Unis. A la question d'un journaliste qui l'interrogeait sur la réaction de l'armée face à des migrants leur jetant des pierres, le président américain avait donné une réponse sans équivoque. Rappelant les incidents survenus avec les forces de l'ordre mexicaines au moment de traverser la frontière entre le Guatemala et le Mexique, il avait déclaré : «Nous allons considérer cela très sérieusement, parce qu'ils jettent des pierres vicieusement et violemment [...] Nous n'allons pas tolérer cela. S'ils veulent jeter des pierres sur nos militaires, nos militaires répliqueront. Nous allons y réfléchir. Je leur ai dit de considérer cela comme des tirs. Quand ils nous jettent des pierres comme ils l'ont fait aux soldats mexicains, je leur dis de considérer cela comme des tirs.»

Please Watch and Make your Deductions. pic.twitter.com/05yVwULFoh— Nigerian Army (@HQNigerianArmy) 2 novembre 2018
Sa déclaration avait été relayée par l'armée nigériane, qui a tiré le 29 octobre à balles réelles et tué selon Amnesty International plus de 45 musulmans réunis pour une manifestation pacifique, afin de justifier ses propres actions.

S'ils veulent jeter des pierres sur nos militaires, nos militaires répliqueront
Donald Trump avait annoncé la veille que jusqu'à 15 000 soldats pourraient être déployés à la frontière avec le Mexique. Interrogé par l'AFP, un porte-parole du Pentagone a dit ne pas vouloir faire de commentaire sur des «situations hypothétiques».

«Nos troupes sont des professionnels entraînés qui disposent toujours du droit fondamental de légitime défense», s'est-il contenté de déclarer, avant de rappeler que l'armée était présente en «soutien» des garde-frontières chargés de faire appliquer la loi. 
A quelques jours des élections de mi-mandat du 6 novembre, Donald Trump multiplie les annonces susceptibles de mobiliser les électeurs, notamment sur le thème de l'immigration. 
«C'est une invasion», a-t-il encore martelé le 1er novembre, en annonçant qu'il devrait signer la semaine suivante un décret sur ce sujet, sans plus de précisions. Il a par ailleurs déclaré que les Etats-Unis n'accepteraient plus de demandes d'asile de la part d'une personne n'étant pas passée par un poste de frontière officiel. Les migrants arrêtés à la frontière seront, selon lui, placés dans des campements jusqu'à ce qu'ils soient expulsés ou voient leur demande approuvée.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top