Liens commerciaux

0
Trois scrutins auront lieu le 23 décembre, a confirmé la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). 46.862.243 électeurs inscrits seront appelés à se choisir leurs députés nationaux, leurs députés provinciaux et leur président de la République. Les candidats sont déjà en campagne électorale et ACTUALITE.CD se met en mode élection. Avec #RDCVOTE, suivez sur toutes nos plateformes numériques tous les candidats à la présidentielle.

Lives, interviews, reportages, infographies, photos exclusives, caricatures…La chronique des élections avec les chiffres, les projets, les meetings, les idées, les écarts et tout ce qui va avec. Du 22 novembre au 23 décembre, pour vous aider à opérer le bon choix, ne ratez rien sur ACTUALITE.CD

Suivez également, les interviews #MoiPrésident : Energie, développement durablement, industries extractives, sécurité, défense…Ce qu’en pensent les candidats.
Aujourd’hui, Vital Kamerhe parle du ticket quil compose avec Félix Tshisekedi
Une fois Félix Tshisekedi est élu président et Vital Kamerhe premier ministre, ça sera la première décision de votre régime ?
La première décision ça sera de dire à tout le monde attention, mesdames et messieurs fonctionnaires de l'État ou tout autre citoyen, tout celui qui va toucher dans la caisse de l'État,  les portes de la prison seront ouvertes. On va renforcer l'appareil judiciaire, on va motiver les magistrats, les juges. On va les mettre dans de bonnes conditions de travail pour que nous puissions mettre fin à cette l'impunité qui touche notre pays aujourd'hui. Deux, nous allons prendre des mesures qui touchent les jeunes, l'éducation, la santé, l'emploi, nous allons prendre des mesures qui touchent les femmes, les femmes vivent dans des conditions infra-humaines, les viols, violences, tous les fardeaux du poids familial, c'est la femme qui les portes, nous voulons démontrer que les femmes et les jeunes compétents sont là, et dans la formation de notre gouvernement vous verrez ces jeunes et femmes à l'oeuvre. Quand nous allons arriver, nous allons tous commencer à préparer notre départ. Nous allons prendre des mesures qui touchent à la restructuration de l'armée, au renforcement de notre appareil de protection et de l'ordre public, nous allons prendre des mesures pour assainir et réhabiliter les fonctionnaires, nous allons réhabiliter la carte vitale pour avoir accès aux soins de santé, nous allons renverser la pyramide, nous sommes là pour le Changement et il y aura au moins 100 mesures urgentes prioritaires qui seront prises une fois au pouvoir pour changer le Congo.
D'une manière concrète, comment Félix Tshisekedi et Kamerhe comptent ils mettre fin à l'instabilité dans l'Est du pays particulièrement à Beni?
Nous allons toute de suite après la prestation de serment parce que nous sommes sûrs de gagner, nous s'installer à Beni. Nous avons confiance en nos militaires, ils sont capables de bien s’organiser, bien motiver de mettre fin à la tragédie de Beni...."
Le Congo a un potentiel énergétique  exceptionnel, quelle sera votre politique pour accélérer l'industrialisation de la RDC en passant par l'énergie?
Nous allons d'abord démontrer que la priorité c'est l'agriculture. Mais on ne peut pas faire l'agriculture dans l'État actuel de notre pays, pour que l'agriculture soit le fer de lance de l'industrie dans un pays, bien sûr vous devriez avoir l'énergie, mais l'énergie ne suffit pas, vous devriez avoir des infrastructures adéquates. Parce que ce que vous produisez doit être évacué vers des lieux de consommation dans des centres urbains. Nous allons effectivement dire nous produisons, mais nous n'allons plus continuer à garder les produits bruts chez nous, nous devons revenir dans une situation où nous allons produire la tomate mais on peut mettre la tomate dans une boite et approvisionner non seulement le Congo, les pays voisins pourquoi pas. Nous basant sur la loi des avantages comparatif de Ricardo nous avons beaucoup de choses que nous pouvons faire, l'huile de palme, le manioc, le riz, les terres arables. Il y a aussi les mines et les minerais pour nous, c'est ce qu'on appelle les ressources non renouvelables puisque la quantité de cuivre qui sort, la quantité de cuivre et du coltan qui sortent se soustrait au potentiel existant. Donc à un moment donné, ça sera comme le charbon tout cela aura vécu. Nous allons faire en sorte que, le sous - sol finance le sol , nous allons faire en sorte que le sol prenne sa revanche sur le sous-sol...nous devons faire en sorte que nous créons la classe moyenne, puisque nous ne pouvons pas seulement continuer à compter sur les investisseurs étrangers. Bien sûr avec les investisseurs étrangers et nationaux, nous allons revoir un certain nombre de codes, le code minier, le code agricole pour que notre pays soit attrayant...."
Deuxième poumon de l'humanité, quelle sera votre priorité une fois élu en matière écologique et de développement durable?
Ça c'est parmi les axes prioritaires de notre politique, je ne cesse de rappeler qu'aujourd'hui l'humanité fait face à 5 grands défis importants, le Changement climatique, la faim, l'énergie propre non polluante et renouvelable, les minerais, et l'eau. Et le Congo a la solution à tous ces défis, le Congo c'est un paradis mais qui est transformé en enfer à cause d'un mauvais leadership et donc le remède, c'est restaurer un leadership responsable, visionnaire qui regarde dans la direction du peuple mais qui permet au Congo d'être la locomotive de l'Afrique. Nous devons faire en sorte que le Congo ne soit pas disloqué.."
Plusieurs minerais dont le cobalt, l'uranium et le coltan sont considérés comme des minerais stratégiques. Que ferez- vous pour que ces minerais profitent véritablement à l'économie nationale et à la population ?
Non seulement pour la population et l'économie nationale, mais pour que les investisseurs viennent avec assurance, il faut reconstruire l'État, nos frontières ne doivent plus être poreuses comme maintenant, il faut mettre une bonne réglementation en la matière. Nous aurons un véritable guichet unique où personne ne va pas manipuler les espèces, l'argent va atterrir dans les caisses de l'État, nous devons remettre un bon système bancaire en place, et cela demande que nous puissions rendre la banque centrale indépendante.
Interview réalisée par Stanis Bujakera Tshiamala

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top