Liens commerciaux

0
Résultat de recherche d'images pour "Tongele N. Tongele"
Moi, Tongele N. Tongele, votre propre sang, docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA, j’ai organisé ce symposium international du 29 Juin 2019, à Washington DC, sur la transformation technologique et humaine de la RDC et la stabilité climatique planétaire. Ce fut une journée de réflexion scientifique intense sur la RDC. Des professeurs, chercheurs, industrialistes, ingénieurs et entrepreneurs ont fait des exposés et des débats de grande valeur scientifique et humaine. Il en est ressorti, à l’unanimité, que le peuple Congolais constitue la clé pour la prospérité de l’humanité qui inclue la stabilité climatique planétaire.  



Remarquez bien ceci : ces grands scientifiques et entrepreneurs ont reconnu que le peuple de la RDC est la clé pour la prospérité … ; ils n’ont pas reconnu et ils n’ont pas dit que les matières premières ou les ressources naturelles de la RDC constituent la clé de la prospérité ; non ; c’est plutôt les habitants, les populations, le peuple qui est la clé de la prospérité. En d’autres termes, les matières premières et les ressources naturelles en soi ne développeront jamais la RDC, n’élimineront jamais le chômage et la pauvreté en RDC. Mais c’est le peuple Congolais qui développera la RDC, c’est le peuple Congolais qui éliminera le chômage et la pauvreté en RDC.

Voilà pourquoi, aussi longtemps que les dirigeants de la RDC ne font que brandir leur fameux cobalt pour les batteries des voitures électriques et pour les appareils électroniques, sans stimuler les Congolais à traiter ce cobalt sur place, les dirigeants Congolais conduisent la RDC sur le chemin de la mort. Tant que les dirigeants ne misent que sur l’exploitation et l’exportation des matières premières (cuivre, or, diamant, etc.), sans trouver des voies et moyens pour stimuler les Congolais à traiter ces matières premières sur place, les dirigeants conduisent la RDC sur le chemin de la misère. C’est depuis au moins cinquante ans que la RDC est indépendante. La RDC pendant tout ce temps ne fait que creuser, ramasser et exporter de cobalt, du cuivre, de l’or, de diamant, etc. Quel en est le résultat en termes de développement ? Le résultat c’est zéro, c’est même négatif, c’est-à-dire en bas de zéro. Par exemple : les routes laissées par les colonisateurs Belges en bon état, cinquante ans après, toutes ces routes en RDC sont en état de délabrement. Les chemins de fer laissés en bon état en 1960, sont presque complètement ruinés cinquante ans après. Les campus universitaires laissés propres et en bon état sont sales, répugnants et en état de délabrement cinquante ans après. Les hôpitaux et cliniques laissés en bon état sont tombés en désuétude cinquante ans après. Et pourtant, pendant ces cinquante ans, des présidents se sont succédés à la tête du pays, des gouvernements et ministres se sont succédés, des institutions se sont succédées, etc. Mais tous, sans exception ont tout basé sur creuser, ramasser et exporter des matières premières et des ressources naturelles sans jamais mobiliser et stimuler les populations à apprendre et devenir capable de faire les mêmes choses que les colons faisaient pour maintenir les infrastructures ou faire mieux. Au lieu de tout basé sur la clé de prospérité qui est le peuple, c’est-à-dire les populations des villages, villes et cités du pays, tous ces présidents, ces gouvernements, ces premiers ministres et ministres ont fait le contraire. Ils ont non seulement abandonné la clé de développement et de prospérité qui est le peuple, mais ils ont même souvent opprimé, suffoqué, surchargé avec des taxes d’exploitation, exilé, arrêté, emprisonné, ou assassiné le peuple, souvent pour la seule raison que ce peuple réclame que les leaders changent de manière, que les leaders arrêtent de s’allier aux multinationales pour piller les richesses du pays, que les leaders puissent plutôt bien s’occuper du peuple qui est la clé de développement et de la réussite du pays. 
Les scientifiques et chercheurs au symposium de Washington DC ont vu juste, et ils font un appel urgent aux leaders et dirigeants nationaux et provinciaux de la RDC : penchez-vous plutôt sérieusement sur comment éduquer la jeunesse, comment reformer l’enseignement pour que les jeunes diplômés sortent avec des connaissances appliquées et capacités techno-professionnelles de créer des unités de production (entreprises et usines) pour transformer sur place les matières premières du pays en produit finis, manufacturés, afin d’éliminer le chômages et la pauvreté. Un constat fait au symposium de Washington DC est que les compagnies multinationales et les pays voisins qui pillent chaotiquement les ressources naturelles de la RDC et ainsi détruisent le sol, les végétations et les eaux Congolaises n’ont pas en cœur le bien-être de la RDC et de ses populations, mais ils sont simplement derrière le pillage des ressources et richesses Congolaises par tous les moyens nécessaires et le plus rapidement possible. On voit comment les habitants de la RDC sont affectés par le déboisement, les érosions, la sécheresse, les moissons appauvries et amoindries, les famines, et des nouvelles maladies de toute sorte.
Les scientifiques, chercheurs, ingénieurs et entrepreneurs au symposium de Washington DC croient que si les dirigeants nationaux et provinciaux en RDC réfléchissent sérieusement et demandent à leurs instituts supérieurs et universitaires de réfléchir sérieusement, ensemble, sur comment faire pour qu’une partie importante des recettes provinciales et nationales soit consacrée à mobiliser, sensibiliser et stimuler les populations à créer des unités de production, des entreprises et des usines pour fabriquer des choses sur place, pour réparer les routes, les ponts, les bâtiments administratifs, les campus universitaires, les hôpitaux et cliniques, toutes ces choses qui sont en état de délabrement aujourd’hui, au lieu de payer des millions de dollars aux compagnies étrangères pour le faire, la clé de prospérité et du développement en RDC qui est le peuple sera tournée pour ouvrir la porte du développement, de l’entreprenariat, du progrès économique et industriel en RDC. Au début, ces compagnies locales Congolaises feront des travaux de moindre qualité, mais avec le temps et l’expérience, les populations Congolaises maitriseront l’art et les techniques de développement, et la qualité de leurs travaux égalisera ou même surpassera celle des pays industrialisés. 
Il y aura des doutes de toute sorte sur ce que je dis ici, il y aura des spéculations de toute sorte sur la faisabilité de ceci ou cela. Ce sont là des pertes de temps et des sentiments de démission devant les difficultés, des sentiments de la peur d’affronter le combat de réussite ; on craint d’échouer et on spécule que c’est impossible de faire ceci ou cela ici et maintenant car les conditions ne sont pas réunies ; c’est faux. Les conditions se créent ; les conditions ne seront jamais réunies si on attend que ces conditions soient réunies par quelqu’un d’autre ou par des assistances de l’extérieure. Le succès ne vient pas sans combat et sans échec préalables. La victoire revient toujours aux audacieux qui essayent, échouent, apprennent de l’échec, essayent encore et finalement triomphent, et on les applaudit. Mais les souffrances et les échecs préalables que les victorieux endurent et subissent, personne ne se rend compte car on voit seulement la victoire finale. Voilà pourquoi il faut rejeter tout doute et il faut passer à l’action. Le symposium de Washington DC demande urgemment aux leaders provinciaux et nationaux en RDC de faire appel aux ingénieurs, aux entrepreneurs et aux intellectuels locaux pour réfléchir sur comment ces populations locales peuvent être assistées pour qu’elles puissent créer des compagnies de construction et fabrication des choses sur place, et vous verrez que des idées concrètes et plans d’actions concrètes vont naitre très rapidement. Essayez, passez à l’action, n’hésitez pas, et vous verrez vous-mêmes le résultat. C’est vous, gouverneur, ministres, députés provinciaux et nationaux, filles et fils de Haut-Uélé que ce message est adressé.

C’est moi, votre frère, docteur et professeur Tongele, avec nombreuses années d’expérience comme formateur et créateur des ingénieurs, inventeurs, innovateurs et entrepreneurs scientifiques et industrialistes aux USA, qui vous parle du fond de mon cœur. Je vous dis sincèrement comment les Américains font les choses qui font de l’Amérique la première puissance du monde.  En Amérique, on imagine, on pense, on conçoit, et on passe tout de suite à l’action pour voir le résultat de ce qui est pensé et conçu. On appelle ça pensée-action, méthode expérimentale de voir et d’interpréter la réalité en nous et autour de nous. Sans expérimentation, c’est-à-dire sans essayer et constater le résultat pour pouvoir améliorer ce qui est conçu, on reste dans des hypothèses. Et les hypothèses sont toujours théoriques, et sonnent toutes très bien. Même les hypothèses contradictoires sonnent bien et sont défendables ; mais seule l’action, l’expérimentation, la mise en pratique de l’hypothèse prouve que telle hypothèse est vraie et telle autre est fausse. Les débats sont bons et les réflexions sont bonnes, mais sans la mise en pratique de ces réflexions, elles demeurent floues, confuses et toutes correctes. C’est ça notre grand malheur, c’est ça le grand malheur de la RDC où l’on parle trop, on parle de tout et de rien, mais personne ne met en pratique ces paroles que l’on défend souvent vigoureusement comme si c’était de la vérité éternelle, alors que ces paroles ne sont que des hypothèses et des idées que seule la mise en pratique déterminera la quelle est vraie et laquelle est fausse, ou encore quelle est l’idée qui marche et quelle est l’idée qui ne marche pas. Passons donc aux actions. Passez donc aux actions sans tarder.
Le Symposium International de Washington DC rend hommage et encourage les jeunes entrepreneurs Congolais, en particuliers les jeunes ingénieurs et techniciens qui, sans soutien financier, ont lancé et lancent par-ci par-là à travers la RDC, des unités de production et de fabrication des appareils, des outils et des instruments utiles aux besoins réels des populations locales.  Le Symposium International de Washington DC, à travers son organisateur, entend lancer une campagne de contact avec toutes les unités de production lancées par les jeunes ingénieurs-techniciens-entrepreneurs à travers la RDC, afin de créer le network nécessaire pour appuyer ces initiatives et unités de productions a s’améliorer et a grandir rapidement pour devenir des vraies usines et pierres de fondation de l’industrialisation de la RDC. Ceux et celles qui lisent ce message peuvent déjà contacter l’organisateur du Symposium à l’adresse courriel (email) en bas de ce message.
Voilà donc la première petite contribution qui vient du Symposium International de Washington DC sur la RDC, en attendant la publication des Actes de ce Symposium. Encore une fois, bonne lecture, bonne diffusion, et veuillez bien partager ce message avec tout le monde qui peut y être intéressé.

Très cordialement,
Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
Organisateur du symposium International de Washington DC, USA
tongele@cua.edu
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top