Liens commerciaux

0
La popularité de Moïse Katumbi est en berne au sein de la diaspora congolaise. Un désamour s’installe. Sa déclaration sur France 24, d’enjamber la vérité des urnes, pour se projeter déjà en 2023, a fait des remous. Ses accointances avec Félix Tshilombo, imposteur-usurpateur l’éloignent de plus en plus des objectifs de Lamuka.
En politique, lorsque l’on s’engage et que l’on prend une position, on s’y tient. Contre vents et marrées on s’y accroche. Il est dangereux en politique de changer des positions matin, midi et soir. Est girouette, celui qui change des positions au gré de vent. Cela est regrettable et insupportable. Personne n’ignore, comment Alias Kabila, a pesé de tout son poids pour empêcher Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba de postuler à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018. Mais cela ne nous oblige pas à être complaisant à leurs égards.
A partir du moment où à Genève, Martin Fayulu a été élu comme candidat commun de l’opposition, il fallait s’en tenir à cet axiome.
Voici les 5 erreurs politiques de Moïse Katumbi contre Lamuka:
  1. Martin Fayulu est allé au front électoral. Il a battu campagne. Partout où il est passé, ce fut effervescence populaire. Martin Fayulu a gagé haut la main, l’élection présidentielle du 30 décembre 2018. Avec 62,8%, il est le président élu du peuple congolais. Il est légitime. Il est Notre président. Il mérite le respect de tous, y compris des acteurs politique de Lamuka. Félix Tshilombo est un imposteur-usurpateur. Un grand mépris de notre peuple, il a fait un deal avec Alias Kabila, pour non changement dans la continuité. Agent de tutsi-Power et au service de la consolidation de l’occupation, Tshilombo est agent de l’impunité. Fayulu en homme intelligent a déposé son recours, à la Cour Constitutionnelle, des juges godillots aux mains gantées en blanc et aux ordres d’Alias Kabila pour récomptage des voix. Cette démarche n’a pas été approuvé par Moïse Katumbi. Et pourtant, c’est cette démarche de Fayulu qui a dévoilé au monde, la justice corrompue du Congo. Une Cour Constitutionnelle qui se réunit à l’heure de Nicodème, c’est-à-dire la nuit, pendant que le drapeau congolais n’est pas encore levé. Parodie de justice, au lieu que les juges disent la loi au nom de la RDC, les corrompus juges se sont discrédités eux-mêmes. Avec ses 16%, Félix Tshilombo a été proclamé frauduleusement vainqueur à 3h du matin. L’Udps avait 37 avocat pour défendre le Voleur des voix, Tshilombo, parmi eux Me Mukendi wa Mulumba, ancien bâtonnier, il était à la cour sans gène pour défendre son Angwalima et Fakwa de neveu.






  1. La vérité des urnes, du Président Elu, Martin Fayulu dépasse sa modeste personne. C’est la victoire du peuple congolais qui a été volé. Tous les Congolais qui réclament la vérité des urnes ne sont pas des membres de Lamuka. Refuser la vérité des urnes, c’est cautionner le troisième hold-up d’Alias Kabila. Or Moïse Katumbi qui a tout fait pour empêcher un troisième penalty d’Alias Kabila comment peut-il cautionner le troisième hold-up d’Alias Kabila? Félix Tshilombo est un président Quado. Il est bénéficiaire d’une NOMINATION ÉLECTORALE. Il est pantin, masque-Kifwebe et bouclier d’Alias Kabila. Félix Tshilombo n’a aucun pouvoir.
  2. Dans son interview sur France 24, Moïse Katumbi a dit qu’il faut tourner la page de la vérité des urnes, puisque la Cour Constitutionnelle avait proclamé Félix Pétain Bizimungu Tshilombo. Or cette haute cour corrompue a été condamnée par les États-Unis. La vérité des urnes est le passage obligée pour l’installation de la démocratie en RDC. Vouloir enjamber, la vérité des urnes comme le fait Moïse Katumbi, est une grave erreur politique. Il ne faut jamais mépriser le peuple.
  3. Martin Fayulu, Président Elu du peuple congolais est le politicien le plus populaire de la RDC. Sa popularité dépasse de loin celle de Mobutu et Etienne Tshisekedi réunis. Aucun politicailleur ventriote n’arrive à la cheville de Fayulu: homme droit et intègre. Il faut que les choses soient claires: Martin Fayulu n’est pas le garçon de course de Lamuka. Il n’est pas non plus l’homme à tout faire de Lamuka. Chaque Congolais a le devoir de le soutenir, jusqu’à la victoire de la vérité des urnes.
  4. C’est Alias Kabila qui dirige encore et encore la République démocratique du Congo. Les accointances de Moïse Katumbi avec Félix Tshilombo frise la trahison des aspirations de notre peuple. Il est dans la même ligne que Gabriel Kyungu qui a déclaré publiquement que Tshilombo est son fils. Résultat: A 81 ans, il vient d’être nommé à la SNCC. Etre avec le peuple, c’est accepter la CONSTANCE dans ses prises de positions politiques. Etre coordonnateur de Lamuka, avec le collectif “Ensemble” dont des Troubadours tel que Delly Sesanga et Claudel Lubaya attendent de pied ferme leur nomination ministériel, pose déjà problème. Moïse Katumbi est mal conseiller, qui lui rassure qu’en 2023, il sera candidat président de la République. Son propre conseiller spécial, Salomon SK Della, est privé de passeport biométrique, par son propre ami Félix Tshilombo. Cela n’interpelle pas sa conscience ? Pourquoi ne tonne-t-il pas pour exiger le passeport ? Martin Fayulu est et demeure le Président Élu. Celui qui le méprise, sera méprisé.
A bon entendeur, salut !

Par FREDDY MULONGO/MÉDIAPART
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top