Liens commerciaux

0


C’est dans une mise au point parvenue ce 01 juillet à 4pouvoir.CD, Louis D’or Balekelayi, député national validé par la Cour constitutionnelle le 10,juin dernier et ex-journaliste à la télévision d’État, est revenu sur la question de l’ouverture par la haute Cour d’une Chambre spéciale devant examiner les possibles erreurs matérielles sur les arrêts rendus précédemment. Lui se dit « non concerné par les erreurs matérielles ».


Il explique dans sa note que nombre députés invalidés cherchent à régler des comptes à leurs adversaires.


« Beaucoup de candidats invalidés ont profité de cette brèche ouverte par la Cour Constitutionnelle à travers sa chambre spéciale chargée d’examiner d’éventuelles erreurs matérielles dans les arrêts rendus antérieurement pour régler les comptes à leurs adversaires.C’est le cas de Louis d’or Balekelayi validé le 10 juin 2019 par la haute cour comme Député National élu pour la circonscription électorale du Mont Amba pour le compte du parti Mouvement pour l’Intégrité du Peuple, MIP en sigle et qui a été attaqué par trois requêtes en rectification d’erreurs matérielles par des adversaires en mal de positionnement », est-il écrit.


Avant d’enchainer. « Malheureusement pour les détracteurs de l’élu du Mont Amba, ancien journaliste de la RTNC, le Ministère Public a déclaré au cours des audiences y relatives, les trois requêtes irrecevables et non fondées y compris celle de l’actuel Vice-gouverneur de Kinshasa, Néron MBUNGU.Mais la force de Louis d’or Balekelayi réside dans le fait que deux jours après sa validation par la Cour Constitutionnelle, il a obtenu son arrêt en bonne et due forme. Lequel arrêt a été également notifié à la CENI et au candidat perdant ».







Son texte fleuve rassure ici sur son siège : « de ce qui précède, malgré les informations faisant état des vas et viens suspects d’un de ses adversaires dans les installations de la haute cour, fort de son arrêt sur lequel la cour ne saurait revenir au risque de violer la Constitution et de créer une fâcheuse jurisprudence, Louis d’or Balakelayi reste serein et se dit sûr de siéger valablement à l’Assemblée Nationale. Car, non concerné par les erreurs matérielles et que sa requête en contestation des résultats des législatives de décembre 2018 ne visait nullement un candidat de l’opposition fut-il de Lamuka. Il sied de noter qu’en droit, « un jugement, un arrêt en rectification d’erreurs matérielles n’a pas vocation à modifier, les droits et les obligations des parties conférées par la décision affectées par lesdites erreurs ».


Et de conclure par une analyse du constitutionnaliste Blaise EKA wa LENGWA. « Autrement, sous le prétexte de rectification d’erreurs matérielles, la Cour Constitutionnelle n’est pas en droit d’invalider les députés nationaux qu’elle a, elle-même, déclarés vainqueurs des élections en contradiction avec la décision provisoire de la CENI. Sauf en cas de confusion sur la circonscription électorale exacte du candidat, précise le constitutionnaliste Blaise EKA wa LENGWA dans une Tribune sur la rectification des erreurs matérielles par la Cour Constitutionnelle publiée le 21 juin 2019 ».






Tony-Antoine Dibendila
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top