0





Mamie Tshibola accuse les juges de la chambre qui a examiné la cause le lundi 17 août 2020 de « partialité notoire ».

C’est ce que l’on lire dans une lettre de l’intéressée écrite ce mardi 18 août 2020 au greffier divisionnaire du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe.

Lors de l’audience de lundi, Mamie Tshibola affirme que les juges ont invité les parties à confirmer leurs moyens de défense « fondés sur une procédure contestée et inachevée », en lieu et place de reprendre l’instruction.

« Étant une juridiction de renvoi, le Tribunal Grande Instance de Kinshasa/Gombe, composée de trois juges, toutes des femmes, dont deux originaires de la même province que le prévenu Mukuna, ledit Tribunal devait reprendre l’instruction ab ovo. Paradoxalement, il a décidé d’inviter les parties à confirmer leurs moyens, fondés sur une procédure contestée et inachevée du juge qui a, justement, été dessaisi. Avant de décider d’inviter les parties à confirmer leurs plaidoiries, la présidente s’est illustrée par une partialité notoire, qui présageait de l’orientation déjà prévue, à l’avance, par la composition, savoir acquitter le prévenu Mukuna, pour motif de doute. En effet, la composition a laissé les avocats de Mukuna prendre la parole comme et quand ils voulaient, sans leur faire un seul reproche », lit on dans sa lettre et d’ajouter:  » le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe a pris l’affaire en délibéré sans connaître les faits. »

Mamie tshibola soutient que certes, monsieur Mukuna est muluba mais il a cessé de soutenir l’ancien président Kabila pour soutenir l’actuel président de la République Tshisekedi.

« Est-ce une raison, pour les juges, de refuser d’instruire les faits dont ils sont par décision de renvoie pour suspicion légitime, pour prendre en délibéré des faits dont ils ne savent pratiquement rien, afin de rendre un jugement sur mesure, en faveur de l’homme qui m’a violée et dont, notamment, les images établissent le fait sans aucun doute ? », s’est interrogée la veuve Kantshia Milongo, ancien collaborateur de l’évêque Pascal Mukuna qui déclare en outre qu’elle espére que le juge d’appel respectera la loi pour que justice soit faite.

Lors de l’audience du lundi dernier, le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe a pris, lundi dernier, l’affaire était prise délibéré.

Selon les juges, décision devra être rendue à la huitaine, soit dans 8 jours.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top