Liens commerciaux

0

La RDC va très mal. La pauvreté est terrible. La misère est horrible et insupportable. Tout doit changer. Commençons la révolution maintenant. Révolution veut dire « tout changer », « tout transformer ».


Mais ce changement doit commencer par toi qui lis ce message. Le changement doit commencer dans ton cœur, dans tes pensées, dans ta détermination. Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui va faire cette révolution pour toi.

Jeunes filles et jeunes garçons, étudiants, professeurs, juristes, artistes, intellectuels, habitants des villages, villes et cites, populations congolaises : voici le moment de la révolution qui doit commencer avec chacun de vous. Que faire et comment faire ? Voici ce qu’il faut faire :

Regardes dans ta conscience, vois et reconnais que tu es un être humain, digne, créé par Dieu à son image et ressemblance. Tu n’es pas créé(e) par Dieu pour vivre pauvre et misérable. Tu n’es pas créé(e) par Dieu pour servir les autres et chanter leur louange. Tu n’es pas créé(e) par Dieu pour appartenir à un parti politique ou à une plateforme politique pour enfoncer ton pays dans la misère et le désarroi. Non. Regardes, vois la misère des populations autour de toi, dans ton village, dans ta ville, dans ton quartier, dans ta cité, dans ton pays. Tu es créé(e) par Dieu pour transformer le monde en toi et autour de toi. Tu es créé(e) par Dieu avec intelligence pour créer d’unités de production, devenir prospère, et vivre avec dignité.

Pourquoi alors agissez-vous comme des gamins, comme des petits enfants, manipulés par n’importe qui qui vous jette un peu d’argent : où est votre dignité ? Le changement doit commencer dans vos cœurs et dans vos comportements.  Par exemple : les politiciens à Kinshasa sont originaires de vos villages, clans, tribus, et Provinces. Mais quand ils occupent des postes à Kinshasa, ils ne viennent plus jamais vous visiter dans vos villages, villes et cités pour vous écouter et échanger avec vous sur comment pouvez-vous, par vos propres imaginations et efforts, créer des petites unités de production dans vos milieux pour votre autonomie financière et vivre avec dignité. Ils sont et restent à Kinshasa, ils vous abandonnent complètement dans votre pauvreté et misère. Mais pendant les élections, ils viennent dans vos villages, villes et cités avec des T-shirts, chapeaux, un peu d’argent, pour vous jeter comme on jette des os aux chiens, et ils vous trompent à voter pour eux car ils sont de votre clan, de votre tribu, de votre Province, et ils vont tout faire pour vous. Ce qui est faux et mensonger. Ça fait 60 ans d’indépendance que les politiciens jouent avec vous comme leurs gamins, comme leurs imbéciles. Est-ce qu’ils font des choses pour vous ? Non. Est-ce qu’ils vous appuient à créer des menuiseries, des rizeries, des maçonneries, des petites unités de production de savon, du sucre, du sel, etc., par vous-mêmes pour vous-mêmes, dans vos villages, villes et cités ? Non. Mais comme toujours, vos politiciens vous manipulent avec des paroles mensongères, et vous les laisser vous manipuler. Assez, c’est assez. Préparez vos cœurs, vos âmes, vos pensées, et soyez déterminés.  La révolution, le changement, la transformation doit commencer dans vos cœurs, dans vos pensées, dans votre détermination, dans vos décisions, et dans vos actions vis-à-vis des politiciens ressortissants de vos villages, villes, cités et Provinces.

Concrètement, si un politicien de votre village, de votre ville, de votre cité, de votre clan, de votre tribu, de votre Province vient chez vous, il faut lui poser les questions suivantes : Que viens-tu faire ici ? Comment vas-tu concrètement nous assister pour que nous puissions nous-mêmes créer des petites unités de production comme menuiseries, rizeries, des maçonneries, des petites unités de production de savon, du sucre, du sel, etc., par nous-mêmes pour nous-mêmes ? Montres-nous et expliques-nous les détails de ce que tu viens nous proposer. Nous n’avons pas besoin des slogans et des promesses. Nous n’avons pas besoin des partis politiques ou plateformes politiques. Toi, personnellement, qu’est-ce que tu as déjà fait chez nous pour encourager et appuyer nos jeunes à créer d’unités de production par eux-mêmes pour eux-mêmes ?

Jeunes filles et jeunes garçons, étudiants, professeurs, juristes, artistes, intellectuels, habitants des villages, villes et cités, populations congolaises, vous qui lisez ce message, arrêtez et cessez de glorifier et supporter les dirigeants politiques parce qu'ils sont de votre village, de votre tribu ou de votre Province. Est-ce que vous voyez votre politicien venir dans votre village, ville ou cité pour converser avec vous sur comment créer d’unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes? Si oui, alors supportez-le, et accueillez-le. Sinon, il faut le rejeter, le huer, et le chasser.

Ce message vous dit la vérité, et seule la vérité vous rendra libre. N’ayez pas peur de la vérité. Ouvrez vos cœurs à la vérité.  Ce message vous indique le chemin de changement, de transformation, et comment changer votre comportement vis-à-vis de vos politiciens afin qu’ils puissent vous respecter, et vous traiter avec dignité. Vous connaissez vos députés et politiciens qui travaillent avec vous et pour vous. Ceux-là et celles-là, il faut les respecter et les accueillir. Mais ceux qui vous jettent des dons pour acheter votre loyauté comme si vous étiez des chiens à qui on jette des os, il faut les rejeter. Et quand vous commencerez à rejeter, à huer et à chasser les politiciens de votre village, de votre clan et tribu qui ne font rien chez vous pour que vous puissiez vous  développer par vos propres efforts, ils vont comprendre qu'ils ne peuvent plus vous 
manipuler ; qu’ils ne peuvent plus vous utiliser comme leur gamins en disant « je suis de votre village, de votre clan, de votre tribu, luttez pour moi, battez-vous pour moi ». Ils comprendront que vous n’allez plus les supporter aveuglément, les défendre aveuglément, ou mourir pour eux pendant qu’ils sont dans la jouissance à Kinshasa et ne font rien pour vous. C’est cela le début de changement, le début de transformation, le début de la révolution mentale qui rétablira votre dignité, gage de développement économique dans votre pays.

Jeunes filles et jeunes garçons, étudiants, professeurs, juristes, artistes, intellectuels, habitants des villages, villes et cites, populations congolaises : vous devez exiger à vos politiciens de venir chez vous, dans votre village, ville ou cité, pour échanger avec vous des idées sur comment pouvez-vous utiliser votre intelligence et votre pensée, vos efforts et vos imaginations pour monter sur place des moulins, des bicyclettes ou des motos, commencer les élevages des volailles et la pisciculture des tilapias et d’autres poissons sur place, produire des farines de manioc ou de maïs sur place. Vous êtes capables de faire tout cela par vous-mêmes. Mais vous devez exiger à vos politiciens de venir chez vous pour vous appuyer avec des idées sur comment faire tout cela sur place par vous-mêmes. C’est ça le chemin de la révolution, du changement, et de la transformation sociopolitique et économique qui améliorera vos conditions de vie.

Arrêtez donc de vous plaindre. Arrêtez et cessez de mendier chez les politiciens. Cessez de leur demander de vous aider avec de l’argent. Non. Exigez plutôt que vos politiciens puissent réfléchir avec vous, donner leurs idées, expliquer leur plan d’action pour vous motiver et vous appuyer à créer d’unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. Si vous ne faites que présenter des doléances à vos politiciens, si vous ne faites que demander de l’argent à vos politiciens, alors ils doivent voler votre argent de la caisse de l’Etat pour vous donner une partie de cet argent volé.

Les députés, les sénateurs, les gouverneurs, les ministres, le président de la République, etc., ils n’ont pas des usines ou des compagnies pour faire des affaires et gagner de l’argent. Leur travail est de gérer l’argent des minerais du pays, l’argent des exportations des ressources du pays, car le pays ne produit rien d’autre qu’exporter les ressources naturelles. Ainsi, vos politiciens sont là pour gérer l’argent de ces exportations, afin d’utiliser cela pour réparer les routes, les chemins de fer, réhabiliter les bâtiments administratifs, et les hôpitaux, etc.  Si maintenant vous ne faites que leur demander de l’argent, alors ils doivent voler cet argent destiné aux travaux publics pour vous donner une partie. En ce sens, vous aussi, vous êtes responsables de votre propre pauvreté et misère.

Jeunes filles et jeunes garçons, étudiants, professeurs, juristes, artistes, intellectuels, habitants des villages, villes et cités, populations congolaises : n’ayons pas peur de la vérité. La vérité est que vous avez développé de très mauvaises habitudes. Les habitudes de présenter aux politiciens vos doléances pour demander des dons, demander de l’argent, mendier, quémander, tendre les mains aux politiciens pour qu’ils vous donnent d’argent. Non. C’est indigne de vous. Vous n’êtes pas des mendiants, vous êtes des images et ressemblances de Dieu qui méritez respect et dignité. Donnez-vous vous-mêmes du respect et de la dignité. Réfléchissez un peu. Quand vous demandez à la première dame, au président de la république, à un député, à un sénateur, à un gouverneur, à un ministre, de faire ceci ou cela pour vous, où va-t-il, où vont-ils trouver cet argent pour vous faire des dons de ceci ou de cela ?  C’est donc aussi vos sales habitudes de quémander et de mendier qui forcent vos politiciens à voler l’argent de la caisse de l’Etat pour vous faire ces dons. Et en retour, ils vous manipulent avec des mensonges à cause de ces dons que vous avez reçus. Ça fait 60 ans d’indépendance que vous recevez des dons, et même des assistances humanitaires des organisations internationale. Est-ce que votre pauvreté, vos misères, votre sous-développement sont déjà finis grâce à ces dons ? Non. Pourquoi pas ? Parce que les dons ne créent pas d’unités de production pour faire de farine de manioc ou farine de maïs. Les dons ne vous aident pas à créer des petites usines de production de savon, de sel, du sucre, du ciment, des objets classiques, etc.  Les dons vous soulagent un peu et pour un moment seulement ; les dons vous conditionnent et vous enfoncent davantage dans la dépendance et la pauvreté. C’est seulement par vos propres efforts et par les travaux de vos mains que vous pouvez créer d’unités de production qui vous conduiront à la prospérité et à vivre avec dignité.

Commençons donc avec la révolution de notre mental, de notre conscience, de notre mentalité.  Cela veut dire ceci : Ne vous lamentez pas comme des gamins du matin au soir. Ne vous plaignez pas continuellement comme des petits enfants que la vie est dure, la vie est difficile. Souvent on attend des gens dire : si j’avais un fond de démarrage, je commencerai l’élevage des poules ou des chèvres. Si j’avais un fond de démarrage, je ferais une plantation de manioc ou de maïs. Des lamentations sur lamentations du matin au soir.  Arrêtez cela. Vous n’avez besoin que d’une poule et d’un coq, d’une chèvre et d’un bouc pour commencer cet élevage. Vous n’avez besoin que d’une machette, d’une houe, et d’une bèche pour commencer cette culture de manioc, de maïs ou du riz. Faudrait-il que quelqu’un vous donne un fond pour faire cela ? Soyons sérieux. Votre paraisse et fainéantise mentale vous bloquent, et vous prenez plaisir à justifier votre inaction, à justifier vos consciences faibles en disant que le fond vous manque pour faire ceci ou cela. Non. La révolution doit commencer avec votre réveil mental, avec votre détermination, et plan personnel d’action pour créer une petite unité de production.

Plan personnel d’action veut dire ceci : tu veux créer une unité de production, tu commences à économiser petit à petit pendant une année, deux ans, trois ans, cinq ans, pour avoir le fond de démarrage. C’est comme ça que les millionnaires Américains commencent. Ils commencent à économiser petit à petit pendant plusieurs années, puis ils lancent leurs petites unités de production. Ils gèrent bien et minutieusement ces unités de production. Ces unités de productions grandissent. Et après dix ans, quinze ans, ils deviennent des millionnaires. Jeunes filles et jeunes garçons, étudiants, professeurs, juristes, artistes, intellectuels, habitants des villages, villes et cités, populations congolaises, vous aussi devez faire de même, et vous deviendrez des millionnaires. C’est ça la révolution économique qui transformera votre vie et votre pays.

Président de la république, Premier ministre et ministres nationaux, députés nationaux et sénateurs, gouverneurs, ministres, et députés provinciaux : c’est vous qui êtes au volant de votre province, de votre pays, de votre nation. Le fleuve de pauvreté, de misère, et du sous-développement qui inonde vos populations se fait à cause de vous, et reflète de ce dont vous êtes capables de faire comme dirigeants du pays, et c’est médiocre. Vous devez commencer la révolution mentale personnelle, le changement et la transformation de votre cœur, de votre âme, et de votre conscience. C’est à cause de votre insouciance et inaction que le pays se meurt, que les infrastructures se délabrent, que le peuple congolais s’enfonce dans les abimes de souffrance et misère. Pourquoi attachez-vous à vos partis politiques et plateformes politiques sans rien faire pour le pays ? Pourquoi vous faites tout pour vos partis et plateformes politiques, mais ne faites rien pour les populations ? Qu’est-ce que vos autorités morales font pour le développement du pays, pour la réhabilitation des routes, des chemins de fer, des bâtiments administratifs, etc. ? Combien des lois budgétées, vous les dirigeants du pays, avez-vous déjà votées depuis que vous êtes là, pour la réfection des routes, la réparation des chemins de fer, la réhabilitation des bâtiments des hôpitaux, bâtiments administratifs, bâtiments des universités, etc., à travers le pays ? Mais vous êtes toujours en train de négocier vos salaires, voyager à l’étranger même pendant ce temps de COVID-19, proposer des lois sur des structures politiques pour garder votre pouvoir et continuer à jouir des biens du pays, pendant que les professeurs, les médecins, les fonctionnaires de l’Etat, les policiers et soldats sont impayés ou irrégulièrement payés avec des salaires qui ne sont que des miettes de survie. Le monde entier voit ce que vous faites. Le monde entier vous observe. Vous et vos familles, vous mangez bien, dormez bien, vous vous soignez bien, pendant que des millions des gens marchent à pieds toute la journée sur les routes et dans les rues de Kinshasa, Lubumbashi, Mbandaka, Kisangani, etc.  Est-ce que vous vous souciez de voter des lois avec budget et argent décaissé pour mettre les bus sur les routes dans les grandes villes du pays ? Non. Et pourquoi pas ? Parce que vos cœurs sont endurcis d’indifférence et d’égoïsme sous prétexte de lutter pour le parti, pour la plateforme politique. La révolution et le changement doivent commencer dans vos cœurs. Vous manquez de la compassion pour les populations, et Dieu n’aura pas de compassion pour vous. Car ce que vous faites pour le pauvre peuple Congolais, Dieu fera de même pour vous le moment venu. La révolution, le changement, la transformation, tout cela doit commencer dans vos cœurs, et se traduire en lois budgétées avec argent décaissé pour les travaux publics qui vont embaucher les jeunes chômeurs et améliorer les conditions de vie dans les villages, villes et cités à travers la RDC. Autrement, les malédictions et les tourments de la vie vous rattraperont et feront de vous des prisonniers de la vie éternelle. Car les injustices et les impunités seront châtiées par le Juge des juges au moment où vous n’aurez ni avocats ni gardes de corps pour vous défendre ou vous protéger.

Conclusion: Chacun de vous doit commencer la révolution, le changement, la transformation dans son cœur, maintenant même; chacun de vous doit être déterminé à changer de comportement comme décrit ci-dessus. Sinon, vous serez tous balayés par la révolution de l’histoire. Populations congolaises, vous devez premièrement réfléchir, planifier, économiser pour lancer vos petites unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. Deuxièmement, ne supportez pas un politicien qui ne fait rien pour vous motiver et vous assister à créer d’unités de production par vous-mêmes pour vous-mêmes. Qu'il soit de votre village, clan, tribu, Province, il ne faut pas accueillir ou défendre un politicien qui ne vous appuie pas à faire des choses par vous-mêmes pour vous-mêmes, il faut plutôt le rejeter car c’est un profiteur et manipulateur. Et vous les dirigeants congolais : vous devez aller à pied, à vélo, à moto, en véhicule, ou en avion, prenez les mêmes moyens de transport que vos populations utilisent, pour aller les rencontrer dans leurs villages, villes et cités afin de les encourager et les motiver à créer d’unités par elles-mêmes pour elles-mêmes, pour leur autonomie financière, afin de vivre avec dignité. Ainsi vous aurez tous entamé la révolution de cœur et de comportement, pour remettre la RDC sur le chemin de la révolution techno-socio-économique et industrielle pour devenir le moteur du développement de l’Afrique.

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top