0

 





Dans une déclaration faite ce mercredi 21 octobre 2020 via une vidéo postée sur son Twitter, le coordonnateur de la coalition LAMUKA accuse les deux autorités morales des plateformes qui composent la coalition gouvernementale de se livrer une bataille pour contrôler la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour Constitutionnelle. 

D'après Martin Fayulu, cette lutte  vise simplement à pérenniser le coup d'État comme mode d'accès au pouvoir. 

"M. Joseph Kabila et M. Félix Tshisekedi se disputent le pouvoir qu'ils ont confisqué au peuple. Chacun d'eux veut maintenant contrôler la Commission Électorale Nationale Indépendante et la Cour Constitutionnelle avec l'intention manifeste de poursuivre l'oeuvre de destruction perpétuelle de la démocratie par des coup d'État", a-t-il dénoncé.

Pour le président de l'Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (Ecidé), ces deux institutions doivent réellement être indépendantes et libérées de l'emprise des forces politiques.

D'où, M. Fayulu demande au peuple congolais de rejeter  "cette forfaiture de plus" et de refuser "que l'on établisse le coup d'État comme mécanisme d'accès au pouvoir."

L'ordonnance présidentielle de nomination des juges à la Cour Constitutionnelle est au coeur d'un bras de fer entre le Front Commun pour le Congo (FCC) qui dénonce et le Cap pour le Changement (CACH). 

La plate-forme dont l'autorité morale est J. Kabila dénonce l'inconstitutionnalité de cet acte pris par le chef de l'État et a intimé l'ordre à ses élus de boycotter la cérémonie de prestation de serment de ces hauts magistrats. 

En dépit de cette position, les 3 juges nommés à la Haute Cour ont prêté serment ce mercredi au Palais du peuple devant le président de la République et en présence des députés et sénateurs de CACH et de l'opposition. 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top