Liens commerciaux

0
Dix jours après la visite de « Joseph Kabila » à Beni, au Nord Kivu, afin de « se rendre personnellement compte de la situation sécuritaire », des assaillants non identifiés ont frappé à nouveau, samedi 13 août, dans les quartiers de Rwangoma et Mbelu de la ville de Beni. Bilan provisoire: 36 morts. Le gouvernement a décrété un deuil national de trois jours à dater du lundi 15 août. « A l’heure où parlons, ils {Ndlr : les agresseurs} sont pourchassés par des éléments des Forces armées de la RDC présentes dans la ville de Beni », a déclaré le ministre de la Communication et des médias Lambert Mende Omalanga dans une intervention faite dans l’après-midi de dimanche 14 août. Interdiction de rire.

Le gouverneur de la province du Nord Kivu, le PPRD Julien Paluku, devrait changer de métier. Il ferait un excellent gérant de pompes funèbres.

Depuis le mois d’octobre 2014, le chef de l’exécutif de cette Région passe le clair de son temps à exprimer des jérémiades après chaque attaque dans les territoires de Beni et de Lubero. Après le constat, il égrène le nombre des morts. A ce jour, plus de 1100 citoyens de cette partie du pays ont été tués par des assassins qui courent toujours.

Au moment où le management moderne est tourné vers le « leadership axé sur les résultats », le Congo-Kinshasa semble s’accommode des cadres incompétents. En tous cas, la longévité du gouverneur Paluku étonne. Il en est de même de celle de plusieurs officiers de l’armée congolaise affectés dans les provinces du Nord et Sud Kivu . Des hommes et des femmes choisis intuitu personae par l’actuel locataire du palais de la nation.

Sous d’autres cieux, le pourrissement de la situation sécuritaire au Nord Kivu aurait entraîné la mutation des autorités actuelles vers d’autres provinces. Le maintien de ces personnes – en dépit de la déconfiture ambiante – incline à penser que le pouvoir kabiliste trouverait un « intérêt » dans la déstabilisation de cette partie du territoire national.

Dans un communiqué intitulé « Message de condoléances à la population du Nord Kivu » daté du 14 août 2016, l’inamovible Julien Paluku annonce « à toute l’opinion l’attaque terroriste dont a été victime la ville de Beni ». Cette agression a eu lieu le samedi 13 août. Bilan provisoire : 36 morts. Il s’agit de 22 hommes et de 14 femmes. « Le président de la République en séjour au Nord Kivu adresse ses condoléances les plus émues à la population de Beni (…) », lit-on.

Ouvrons la parenthèse. Sous d’autres cieux, le chef de l’Etat, en personne, aurait, toutes affaires cessantes, fait un message radiotélévisé pour exprimer l’horreur et surtout la compassion nationale aux victimes ainsi qu’à leurs familles et proches. Combien de cadavres faudrait-il pour émouvoir « Joseph Kabila »? Fermons la parenthèse.

Islamistes radicalisés

Après avoir appelé « tous les acteurs politiques et sociaux » à soutenir les FARDC « qui font actuellement face à une menace terroriste », Julien Paluku de noter que « ces actes terroristes n’arrêteront pas la détermination du commandant suprême de nos Forces armées à oeuvrer pour que la paix sur toute l’étendue de la partie Est de la RDC et en particulier de la ville et le territoire de Beni ».

Dans une intervention télévisée faite le même dimanche, Lambert Mende a précisé que l’attaque dont question a eu lieu entre 19h00 et 19h30 dans les quartiers de Rwangoma et de Mbelu. « A l’heure où nous parlons ils sont pourchassés par les FARDC présentes dans la ville de Beni », a-t-il souligné sans convaincre. Les faits remontent à 24 heures.

Le ministre Mende – qui a habitué l’opinion tant nationale qu’internationale à claironner la « souveraineté » du Congo démocratique – n’a pas manqué de suspendre lorsqu’il a déploré « l’indifférence de la communauté internationale » alors que les « massacres » commis à Beni sont, selon lui, « le fait des groupes islamistes radicalisés ou djiadistes ».

Pour lui, ce qui se passe à l’Est du Congo-Kinshasa « ne diffère en rien » à la situation au Mali, au Nigéria, au Cameroun et aux Etats-Unis. Après avoir fait remarquer que cette absence de solidarité « n’entame en rien la détermination du gouvernement congolais », il dit que l’Exécutif national rappelle néanmoins « le caractère global de cette menace du terrorisme islamiste radical (…) ».

Un massacre de trop

« Joseph Kabila » est arrivé le mercredi 3 août dernier à Beni, en route pour Kasese, en Ouganda. Il y est revenu le vendredi 5 août. L’homme aime parader. Fanfaronner. Après avoir visité la zone opérationnelle militaire, il s’est entretenu avec le gouverneur du Nord-Kivu. D’après une dépêche de l’ACP, les responsables militaires lui ont fait rapport de la situation sécuritaire sur le terrain. Une situation « jugée sous contrôle ». L’attaque survenue samedi 13 août est une gifle pour le « raïs ». Ses officiers ne lui avaient pas dit la vérité.

Pendant que les habitants de Beni pleurent leurs morts, les politicailleurs continuent leur petit jeu favori. C’est le cas notamment d’un certain Ndala Neto, vice-président national d’une nébuleuse « Association de soutien au président Kabila » (ASK). Ce dernier a appelé, jeudi 11 août, la population des provinces du Kivu à « soutenir les efforts et actions » de « Joseph Kabila ». Lesquels? Le locuteur est resté imprécis. Sauf pour inviter « toutes les filles et tous les fils du Nord-Kivu à soutenir le dialogue politique convoqué » par le chef de l’Etat pour des « élections apaisées ».

Le massacre qui vient d’endeuiller à nouveau la grande famille congolaise en général et les habitants du Territoire de Beni en particulier constitue sans conteste le massacre de trop. « Joseph Kabila » qui régente l’armée, la police et les « services » est disqualifiés se trouve face à ses responsabilités. Il doit rendre compte.

Quinze années après son accession à la tête de l’Etat, « Kabila » n’a cessé de démontrer qu’il n’est pas à la hauteur de sa charge. Les généraux de l’armée nationale et les agents de l’Agence nationale de renseignements, mêmement. La terre entière peine à comprendre la résignation des Congolais face à un leadership aussi médiocre.

Vivement l’alternance!

BAUDOUIN AMBA WETSHI/CI
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top