Liens commerciaux

0
Voilà près d’un mois que le «pasteur» controversé Makolo Kotambola a été viré du cabinet d’Evariste Boshab, vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité. La nouvelle avait fait grand bruit dans le microcosme politique. Les raisons de ce divorce politique restent floues. Elles cacheraient une lutte entre deux monstres politiques de la MP: Evariste Boshab et Matata Ponyo.
Les deux personnalités s’épient mutuellement. 7SUR7.CD a mené cette petite enquête pour savoir ce que cache réellement le limogeage de Makolo Kotambola. Ancien proche de Honoré Ngbanda dans l’Apareco, Makolo Kotambola est une personnalité clivante dont les prises de position publiques heurtent l’opinion congolaise. Parce qu’exclusivement à la gloire du président Kabila même au mépris de la constitution et du bon sens. Auparavant, il avait servi avec autant de zèle Honoré Ngbanda Zambo Ko Atumba l’ancien conseiller spécial en matière de sécurité de Mobutu. Après s’être fait remarquer pour ses attaques virulentes contre Kabila, il fut finalement recruté par la majorité présidentielle. Très vite, il s’est mis au service de son nouveau patron. Sur tous les plateaux de télé, il criait que Kabila est le plus beau, le plus intelligent, un homme exceptionnel, il n’y en a jamais eu homme comme lui et n’y en aura jamais de pareil, Kabila Umela, etc. Pour faire court, Kabila est indispensable à la RDC selon Makolo. Il s’est aussitôt illustré dans cette besogne. Il fut surnommé «djaleliste» qui signifie griot du pouvoir. Mais il a aussi été affublé de tous les noms d’oiseaux genre « lèche-bottes». Après un moment, son activisme politicien fut récompensé. Sur recommandation du pasteur Théodore Mugalu, chef de la Maison civile du chef de l’État, le numéro 2 du gouvernement Matata II, Evariste Boshab, le prit dans son cabinet. D’abord comme conseiller en charge des questions humanitaires ( réfugiés et déplacés) au ministère de l’intérieur et sécurité. Ensuite comme chargé d’études. Poste qu’il a perdu début août. Comme on pouvait s’en douter, son limogeage a été accueilli avec beaucoup de joie par ses nombreux détracteurs au sein et en dehors de la Majorité présidentielle. Mais qu’avait-il fait pour être chassé par Boshab comme un malpropre? Selon des sources sûres au ministère de l’intérieur. Il a été viré pour «incompétence» et «fréquentation douteuse». D’après nos sources, Makolo Kotambola jouait à un jeu dangereux. Lui qui était au ministère de l’intérieur, fréquentait les adversaires politiques de Boshab. Notamment le premier ministre Augustin Matata Ponyo. Ce qui, pour les proche du ministre Boshab qui ont contacté 7SUR7.CD, fragilisait ou pouvait fragiliser leur patron dont les rapports avec le chef du gouvernement n’ont jamais été cordiaux. Les deux personnalités se tolèrent à peine. Leur unité de façade ne tient qu’à l’autorité de Kabila. C’est de notoriété publique. Joint au téléphone le lundi 29 août par la rédaction de 7SUR7.CD, Makolo Kotambola a admis avoir été limogé par le vice-premier ministre Evariste Boshab. Mais sur les motifs de sa révocation, après avoir hésité dit-il pour ne pas alimenter la polémique, l’ancien conseiller de Boshab rejette le motif « d’incompétence» pour justifier sa mise à l’écart. «C’est moi qui rédigeait presque tous les discours» se défend-il. En revanche sur le motif « fréquentation douteuse», il l’a admit indirectement en indiquant clairement que c’est pour avoir été à Kindu, fief de Matata, qu’il a été sanctionné. Là-bas, il aurait rencontré le premier ministre. Il a donc été viré pour son rapprochement supposé ou réel avec Matata. Pour les Boshabistes, c’est une «traîtrise». Le monde politique est impitoyable. Pas autorisé de manger à tous les râteliers même dans une même famille politique.

7sur7.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top