Liens commerciaux
           

0


*A l’issue de la série de discussions directes ouvertes, jeudi 8 décembre, au Centre Interdiocésain entre la Majorité Présidentielle élargie aux Opposants et à la Société civile pro-dialogue, et, le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement couplé au Front pour le Respect de la Constitution, sous les auspices de la CENCO, Etienne Tshisekedi wa Mulumba annonce un important message à la nation. Logiquement, il en tirera les conséquences et donnera, certainement, une nouvelle orientation à suivre, conformément à la feuille de route consensuelle dont l’annonce sera confirmée, jeudi 15 décembre, à la fin de ces pourparlers de haute portée politique.

Déjà, dans un communiqué, au nom du Conseil des Sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi qui, au passage, félicite la CENCO pour la médiation, parle de plusieurs avancées dans la conduite des choses. D’abord, la validation des mandats de 30 délégués dont 15 pour les signataires de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine et 15 pour les non-signataires. Puis, l’adoption du code de bonne conduite ainsi que de l’ordre du jour, avec six points de divergences majeures sur le concept ‘’Respect de la Constitution’’ et de ses implications sur la crise politique actuelle ; le processus électoral avec des questions essentiellement axées sur la séquence, le calendrier et le mode de financement des élections, sans oublier, bien sûr, l’affaire de l’impartialité de la CENI et du CSAC.

Tshisekedi wa Mulumba, dans ce même communiqué, retient qu’outre les matières attachées au processus électoral, il est prévu, lors de ces discussions directes, d’aborder les aspects fondamentaux de la crise, tels que le fonctionnement des institutions pendant la transition, les mesures de décrispation politique, le mécanisme de suivi et la forme du nouveau compromis politique à conclure, pour éviter, évidemment, un nouvel océan de sang en RDC, lors du dernier virage du mandat présidentiel aux abords du 19 décembre 2016.

Sûr de lui, Tshisekedi note également dans le même registre de bons signaux, le fait, pour les délégués, d’avoir regroupé toutes ces matières en trois commissions thématiques chargées respectivement, de la gouvernance institutionnelle, du processus électoral et de la décrispation politique avec, en plus, une commission spéciale dont la mission consistera à concevoir et proposer un texte final du compromis politique à trouver, pour sortir, une fois pour toutes, le pays de toutes les affres dues au brasier populaire face à la turpitude des armes de la soldatesque du pouvoir. En attendant la clôture des travaux qui intervient, si tout va bien, le jeudi 15 décembre 2016, Tshisekedi recommande la vigilance à tous et promet, par ailleurs, de s’y prononcer avant le 19 décembre 2016.

Retransmission radiotélévisée des débats

Pour des raisons de transparence, il exige, en outre, la retransmission en direct de la Radiotélévision Nationale, des débats pour que l’opinion tant nationale qu’internationale en soit pleinement informée. A son avis, le Rassemblement s’en tient, mordicus, au calendrier initialement annoncé par la CENCO, pour éviter de tirer inutilement les choses en longueur.

Au finish, qu’attend-on ?

Rien qu’à voir les accents de ce communiqué du Rassemblement, il y a lieu d’imaginer que la transition sera pacifique et que la gestion du pays sera consensuelle jusqu’à l’organisation des élections libres, transparentes et démocratiques. Sans doute que Joseph Kabila restera en fonction jusqu’à l’installation effective d’un nouveau Président élu, alors que les non-signataires de l’Accord Politique de la Cité de l’Union Africaine, chercheront à s’emparer de la Primature, celle-là même qui avait été déjà confiée à Samy Badibanga, depuis sa nomination, le 17 novembre 2016. La durée de la transition sera raccourcie, la séquence sera assouplie et le mode de financement des élections sera élargi aux financements extérieurs. Dans la foulée, une recommandation portant mesures de décrispation, y compris des renonciations à certaines poursuites judiciaires, seront annoncées, pour détendre l’atmosphère politique en RD. Congo. L’affaire de dédoublement des partis politiques et des tracasseries fiscales, policières, administratives contre les opposants n’en demeure pas moins qu’elle soit, cette fois-ci, minutieusement élucidée. On s’achemine-là, lentement mais sûrement, vers la fin d’une ère d’été, avec son éternelle canicule dont les effets tragiques et hideux ont été bien ressentis en RDC, lors des événements du 19 au 20 septembre 2016.

Ni vainqueur, ni vaincu

Tout le mérite reviendra à la maturité de la classe politique et, surtout, au fait que Kabila, en dépit de l’article 70 alinéa 2 de la Constitution, de l’Accord politique et de l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle, ait compris qu’il fallait, à tout prix, se surpasser, même s’il court-circuitait ses propres ouailles de la Majorité, pour négocier et fumer, au-delà de tout, le calumet de la paix avec Etienne Tshisekedi et les durs des durs opposants constellés au sein du Rassemblement.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top