Liens commerciaux

0


Le cas Diomi pose problème. Il s’agit d’un problème moral. Le viol ne passerait pas aux yeux du président Kabila. Il aurait sérieusement hésité sur la proposition d’abandon des charges contre l’auteur de cette infraction. Après recoupements des diverses sources par votre site, les évêques auraient obtenu du chef de l’État sa parole d’honneur pour la libération des autres prisonniers politiques et le retour des exilés politiques. Vendredi soir, la plénière a adopté seulement le rapport de la commission Décrispation. Le seul rapport qui a mis d’accord le Rassemblement et les signataires de l’Accord du 18 octobre. Cependant, un mur s’oppose à la volonté du Rassemblement de voir les prisonniers politiques être libérés avant le 19 décembre. Les affaires sont d’abord judiciaires. Et sur ce, il faut respecter la procédure. « Même pour la libération des détenus politiques, tout passera par la justice », a expliqué le ministre de la justice, Alexis Thambwe Mwamba. Il faudra attendre le rapport final de la commission des magistrats mise en place par le ministre de la justice pour avoir les résultats finaux. Présentement, il serait difficile de prédire quand Katumbi, Lumbala, Mbusa ou Floribert Anzuluni rentreront au pays. De même pour la libération de Muyambo et Moni Della. Il faut du temps. Mais par contre, une autre source affirme que le dossier de 7 personnalités emblématiques sera clos ce samedi. Les deux parties se sont convenues que Me Georges Kapiamba s’associe à cette commission pour suivre de près les dossiers de tous les 245 détenus politiques.

Alphonse Muderhwa
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top