Liens commerciaux

0

Tout le monde en parle, deux jours durant. Tenez ! Les journées de mardi et mercredi ont été émaillées par une folle rumeur, donnant pour mort, à Brazzaville, la Cléopâtre de la musique africaine. Sur les réseaux sociaux, la nouvelle qui a été vite propagée, a mis ses fanatiques, en émoi, alors que Mbilia Bel se porte à merveille, au pays de Sasou où elle a élu domicile depuis plus d’une année.

Par souci de mieux informer les Congolais, le journal La Prospérité est allé à la rencontre de Claudrick Miere, son producteur et manager et cela, après plusieurs tentatives manqués de joindre la chanteuse à son numéro de téléphone.

Pour couper court aux rumeurs, il nous a envoyés d’urgence une vidéo authentique, dans laquelle Marie-Claire MBOYO dit Mbilia Bel, en chair et en os, s’est exprimée en direct de Brazzaville. ‘‘Je suis belle et bien vivante. Je ne suis pas mort. C’est parfois regrettable que l’Afrique demeure et recule toujours encore à cause de ces types de mensonges, de fausses informations qui ne profitent à personne. C’est de l’intox ! Je vous demande de bien préserver le bijou et la voix que Dieu vous a donnée, à travers ma personne. Que mes fanatiques de Brazza et de Kinshasa se tranquillisent. Nous avons des bons projets qui vont encore vous faire plaisir dans les jours à venir. Des spectacles sont prévus à Kinshasa et à Brazzaville pour vous régaler à travers mes chansons que vous aimez. Que mes frères et sœurs de deux rives soient dans la joie. Car, je suis là toujours avec la belle voix qui vous berce. Vous allez savourer mon nouveau disque « Signature » qui sort bientôt sur le marché’’, a déclaré la chanteuse, en entonnant un akapela en live.

Cependant, le producteur a aussi apporté un démenti, en y ajoutant une mise au point, pour préciser les choses et calmer les esprits des mélomanes et proches de la Cléopâtre.

Pour le Brazzavillois Claudrick Miere, Mbilia Bel n’a aucun problème de santé. Elle est en super forme avec tout son groupe. Présentement, la grande Diva séjourne à Brazzaville où elle s’est produite en spectacle scénique, le 27 novembre 2016, devant un public fou.

D’ailleurs, annonce-t-il, l’artiste se prépare pour une grande tournée internationale qui va la conduire en Australie, précisément à Melbourne et Sydney. Et cela grâce à la maison « Eagle Center» de l’inamovible Claudrick MIERE.

‘‘C’est triste que les gens inventent des histoires sur la mort d’une personne. Seul Dieu peut décider sur la durée de vie de quelqu’un. Désolé pour ceux qui veulent se faire du buzz sur la mort des célébrités’’, a-t-il conclu.

Donc, ne cherchons pas la chanteuse vivante parmi les morts. Car, elle continue son bonhomme de chemin comme tout artiste ayant plusieurs projets pour satisfaire ses fanatiques. L’auteur de la chanson «La beauté d’une femme» aspire à un avenir meilleur et se bat davantage pour donner le meilleur d’elle-même à travers sa voix angélique inégalable.

A Brazzaville, explique-t-elle, elle n’a pas croisé les bras. Elle continue à travailler encore dur pour maintenir sa place sur la scène musicale dans le continent.

Sur le plan scénique, Marie-Claire Mboyo, mieux connue sous le nom de Mbilia Bel, fait des productions live, dans différentes villes du Congo-Brazza. Comme toujours, chaque sortie de la chanteuse est une occasion de fête pour les yéyés africains qui adorent son alléchant répertoire.

Cependant, l’ex-protégé de Tabu Ley se prépare pour lancer un nouveau disque « Signature », qui va, certainement, briser son silence, sur le terrain. Elle promet une œuvre de valeur et de haute dimension artistique dont la particularité se trouve sur les thèmes et mélopées succulentes.

Qu’on se le dise, Mbilia Bel est débout et reste afro-optimiste. Inutile d’essayer de lui chercher des notes démoralisantes dans son répertoire. A travers l’art, elle transfigure la tristesse par sa voix sensuelle et sa musique complexe. Mais facile à retenir. C’est au creux de l’oreille que la belle kinoise dépose sa musique. A la manière d’une amoureuse, la Cléopâtre susurre d’une voix suave des textes poétiques et engagés. Car, il ne faut pas se tromper, Mbilia Bel n’est pas simple. Si elle cultive la complexité, c’est pour mieux vous emmener dans son univers. Sensualité et militantisme. L’ancienne chanteuse du groupe Afrisa de Tabu Ley délivre des messages militants sur des mélodies envoûtantes.

J.Diala


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top