Liens commerciaux

0
Trois fois Premier ministre sous Mobutu, Etienne Tshisekedi wa

Mulumba, leader de l’UDPS et président du Comité des sages du

Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au

changement, pourrait revenir à la Primature près de 20 ans plus tard.

Le scenario est de plus en plus évoqué dans les officines au moment où

la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO-

avance avec les échanges directs entre les forces politiques

signataires et non signataires de l’Accord du 18 octobre 2016. Des

sources font état d’une autre médiation secrète menée par des galonnés

de l’Armée et de la Police nationale depuis quelques semaines, qui

serait sur le point d’aboutir avec succès.

Selon nos informations, Tshisekedi accepterait de prendre la Primature

à l’issue du dialogue organisé sous l’égide des évêques catholiques.

«C’est dans ce cadre que le président Tshisekedi a prévu d’adresser un

message d’apaisement au peuple de la République Démocratique du Congo

avant le 19 décembre 2016, date marquant la fin du deuxième et dernier

mandat constitutionnel du Président de la République, Joseph Kabila»,

laisse entendre une source proche du dossier.

Le message de Tshisekedi, assure-t-on, devrait être axé sur la

réconciliation nationale, le pardon à tous ceux qui ont mal géré le

pays et l’appel à tous les compatriotes à se mettre ensemble au

travail en vue du redressement du pays.

Comme signe avant-coureur de cet éventuel retour de Tshisekedi aux

affaires, ces sources avancent «la création en date du 30 novembre

2016 de la Commission préparatoire du gouvernement alternatif -CPGA-,

destinée à permettre à l’UDPS d’appliquer, une fois au pouvoir, son

programme ambitieux de salut public basé essentiellement sur la

démocratie sociale».

Alors que le faucon Valentin Mubake a été désigné pour coordonner la

fameuse commission, des analystes politiques mettent un bémol quant à

la prédisposition de Tshisekedi d’accepter d’être nommé Premier

ministre via une ordonnance signée de la main du président Joseph

Kabila. Sauf si le vieil opposant serait prêt à faire prévaloir

l’intérêt supérieur de la Nation au bord du chaos -une profonde

métamorphose- ou à laisser un de ses poulains ou alliés diriger le

gouvernement avec sa bénédiction.
YA KAKESA
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top