Liens commerciaux

0

Peu avant l’investiture du Gouvernement Samy Badibanga à l’Assemblée nationale, le Président de la Nouvelle Initiative pour le Congo (NIC), Florentin Mokonda Bonza, a lu une déclaration politique sur l’actualité politique de la RDC. Une déclaration dans laquelle il critique sérieusement la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Après analyse, la NIC constate qu’elle n’a pas été écoutée par le formateur du Gouvernement. La NIC, qui n’est du reste pas représentée au sein de la nouvelle équipe gouvernementale, avait suggéré que, dans le contexte économique difficile de la RDC, le Gouvernement ne devrait pas dépasser 45 membres. Certains pays en crise, lit-on, placés dans les mêmes conditions, se contentent d’un Gouvernement resserré autour de 15 à 20 membres. Mais, la RDC a formé un Gouvernement de 68 membres qui bat tous les records, à un moment où le pays traverse une crise économique et budgétaire profonde. Le fait pour la NIC de ne pas avoir de délégué au Gouvernement est interprété comme le non-respect de l’esprit et de la lettre de l’Accord du 18 octobre qui prévoit une équipe de large union nationale intégrant toutes les forces ayant pris part au Dialogue avec une ouverture pour les non-signataires. La NIC estime, également, que la Constitution de la République a été violée en ses articles relatifs à la représentativité nationale quant à la composition du Gouvernement et la représentation équitable de la femme au sein des institutions nationales, provinciales et locales. Il y a des provinces qui comptent 5 membres, il y en a d’autres qui n’en comptent aucun. Qui plus est, sur les 68 membres, l’équipe gouvernementale ne compte que 8 femmes. Florentin Mokonda Bonza a, par ailleurs, déploré l’absence de ligne directrice faisant ressortir des indications claires et précises sur les priorités électorales ou sociales du Gouvernement. Toutefois, la NIC va continuer à jouer un rôle positif au sein de l’Opposition politique et va aussi œuvrer pour la bonne gouvernance qui prend en compte les vrais défis auxquels fait face la communauté congolaise.

La Pros.



DECLARATION POLITIQUE DE LA NIC

EN RAPPORT AVEC LA PUBLICATION DU GOUVERNEMENT

Réunis le mercredi 21 décembre 2016 sous la direction de leur président, l’Hon. Sénateur MOKONDA BONZA Florentin, les membres de la Nouvelle Initiative pour le Congo NIC – plateforme politique – se sont particulièrement penchés sur l’actualité dominée par la fin du second et dernier mandat du président KABILA le 20 décembre et par la publication du nouveau gouvernement, peu avant minuit la veille.

La NIC, qui a toujours œuvré pour le respect de la Constitution, condamne toutes les manœuvres visant soit la mise en place des institutions non prévues par la Constitution, soit le prolongement de la période de la Transition.

S’agissant de la publication du nouveau gouvernement, la NIC relève les principales observations suivantes :

La violation de la Constitution qui prescrit la représentativité nationale quant à la composition du gouvernement (art. 90) et la représentation équitable de la femme au sein des institutions nationales, provinciales et locales (art. 14). Certaines provinces comptent, en effet, 5 membres pendant que d’autres n’en comptent aucun ! Sur les 68 membres, on retrouve à peine 8 femmes, soit 12%. On est donc loin d’une représentation équitable ou encore de la parité ;
Le caractère éléphantesque du gouvernement (68 membres, tous les records sont battus !) à un moment où le pays traverse une crise économique et budgétaire profonde. Certains pays en crise se contentent même d’un gouvernement resserré autour de 15 à 20 membres. La NIC suggérait dans le contexte actuel de la RDC un exécutif ne dépassant pas 45 membres ;
Le non-respect de l’esprit et de la lettre de l’accord du 18 octobre qui prévoit un gouvernement de large union nationale intégrant toutes les forces ayant pris part au Dialogue avec une ouverture pour les non-signataires ;
L’absence d’une ligne directrice faisant ressortir des indications claires sur les priorités électorales ou sociales du gouvernement.
La NIC observe en effet avec amertume que depuis les travaux du Dialogue à la Cité de l’Union Africaine, la rectitude et le sérieux de ses membres heurtent certaines consciences.

Toujours fidèle à ses idéaux, la NIC continuera non seulement à jouer un rôle positif au sein de l’opposition politique, mais aussi à œuvrer pour la bonne gouvernance qui prend en compte les vrais défis auxquels fait face la communauté congolaise aujourd’hui totalement désespérée, à savoir la mal-gouvernance, la pauvreté, le chômage, la faim, l’insalubrité, le coût prohibitif de l’éducation et de la santé, la déficience de la desserte en électricité et en eau potable.

Fait à Kinshasa, le 22 décembre 2016

Pour la NIC

Florentin Mokonda Bonza

Président
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top