Liens commerciaux

0

C’est une coutume à Kinshasa et ailleurs. Lors des festivités de Noël et de Nouvel an, la population exprime sa joie en utilisant des pétards et des jeux d’artifices. Les commerçants, quant à eux, en profitent pour réaliser des recettes. Bref, faire de bonnes affaires. Cette année, ils sont privés de ces habitudes. Dans un communiqué rendu public lundi, 26 décembre 2016, le Gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a interdit l’utilisation et la vente des pétards sur toute l’étendue de sa juridiction. Il a instruit les bourgmestres de 24 communes de veiller à l’application stricte de cette mesure. Interrogés, certains parents, enfants et marchands sont indignés. A les entendre parler, ils pensent que celui qu’ils estiment être la solution, vient encore restreindre leur liberté. D’où, les cris du cœur à Y’André afin de lever la mesure, vu qu’il est l’unique à qui appartient ce pouvoir.

La Capitale de la RD Congo va passer les fêtes de fin d’année sans les pétards. C’est suite à une interdiction venant de l’Hôtel de Ville. Le Gouverneur André Kimbuta est tout simplement contre. Il s’y oppose chaque année. En 2016, il a renforcé les mécanismes. Il a étendu les pouvoirs jusqu’aux bourgmestres. Il les a chargés de mettre en œuvre le dispositif. Le Bourgmestre de Kalamu, Jean-Claude Kadima, est déjà au front. Intervenant sur les ondes d’une radio locale, il a affirmé que les portes des cachots sont ouvertes pour tout enfant récalcitrant. Il a aussi élargi sa position en disant: « l’enfant qui a utilisé le pétard ainsi que celui qui l’a financé seront tous interpellés». Les responsables, dont les parents, sont également visés dans l’interprétation large des dires de Kadima. Par ailleurs, alors que les autorités sont prêtes pour appliquer cette mesure, les parents, enfants et vendeurs décrient l’attitude. Mme Charlie, habitant le quartier Mont-Fleuri, est contre. Elle dit que c’est une meilleure distraction pour les enfants. Même si ceux-ci n’ont rien mangé ni porté, ils sont occupés par ces différents jeux. Un enfant, surpris en train d’allumer le pétard interdit par Kimbuta, dit que ce dernier n’a pas prévu beaucoup de lieux où nous pouvons aller jouer. S’il veut qu’on laisse, il doit demander aussi à ceux qui fabriquent et à ceux qui vendent de ne plus le faire. D’ailleurs, l’année passée aussi, il avait interdit. Mais, nous, on utilisait toujours. Donc, nous allons utiliser, il n’y aura rien, a-t-il fait savoir. Un vendeur a affirmé : je sais que c’est interdit de vendre les pétards. Mais, si nous le faisons, c’est parce que les enfants sont dans les besoins. Le Gouverneur doit vraiment revoir sa décision, parce que ceci nous aide de vendre pendant ce temps. En plus, moi, en tant que parent, je digère très mal ça. Nos enfants sont habitués à jouer. Ainsi, tous les enfants restent convaincus que le haut-sommet va résoudre ce problème. Dans la communication interdisant l’utilisation et la vente des pétards, Y’André a aussi félicité la population kinoise pour l’attitude paisible observée pendant le temps que les gens ont considéré comme étant la fin du monde.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top