Liens commerciaux

0


Le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a échangé jeudi, dans les appartements du Kempesky Fleuve Congo Hôtel, avec le Premier ministre et chef du gouvernement Samy Badibanga Ntita, sur les questions politiques de l’heure.





Les deux personnalités ont notamment évoqué les accords du 18 octobre à la Cité de l’Union africaine et du 31 décembre 2016 au Centre interdiocésains de kinshasa en relevant l’opportunité d’une solution d’équilibre et d’équité qui tienne compte de toutes les composantes en place.«On espère tous qu’en définitive il y aura une solution, un compromis équilibré pour permettre à toutes les composantes et toutes les forces politiques d’accorder leurs violons, et d’aller ainsi aux élections dans l’apaisement», a confié le Premier ministre à la presse.



Le Président congolais, rappelle-t-on, est arrivé jeudi à Kinshasa pour compatir et réconforter son conseiller spécial Dominique Okemba qui a perdu sa belle mère.



La CENCO annonce la fin des concertations pour ce week-end




Le Premier ministre Samy Badibanga Ntita a, par ailleurs, reçu en audience, dans son cabinet, une délégation de la CENCO conduite par son président, Mgr Marcel Utembi, venu lui faire le rapport de l’évolution des pourparlers du Centre interdiocésain. La visite des prélats à la Primature s’inscrit entre autres dans le cadre des bons offices que les évêques continuent à mener auprès des uns et des autres pour conduire à bon port les concertations politiques en cours.





Le porte-parole de la CENCO, Mr l’Abbé Donatien Shole, qui s’est confié à la presse a laissé entendre que les évêques souhaitent que les concertations prennent fin ce week-end, mais cela dépend plus des politiciens. Il a précisé qu’ils ont laissé le temps aux parties prenantes de se donner des passerelles, reconnaissant certes que certaines choses sont difficiles à gérer dans une plénière.





Mr.l’abbé Shole a cependant assuré que les parties prenantes vont se retrouver vendredi pour donner leurs rapports aux évêques en vue de finaliser les choses. En réponse à une question en rapport avec l’UDPS qui demande à son délégué de démissionner de la CENI, les évêques rejettent la responsabilité aux acteurs politiques, disant que la CENCO n’a fait que favoriser l’écoute des uns et des autres, parce qu’elle sait à quoi elle s'est engagée.

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top