Liens commerciaux

0
Le sénateur Florentin Mokonda Bonza a accordé une interview à POLITICO.CD où il explique l'évolution des travaux de l'arrangement particulier ce mercredi 18 janvier.Pour le sénateur Florentin Mokonda, il y a eu des avancées « non négligeables », même s’il reste beaucoup de choses à faire. Ces discussions de la CENCO autour de l’arrangement particulier pour l’application de l’accord du 31 décembre dernier ont tourné essentiellement sur la constitution de l’équipe du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral.

Conformément à cet accord trouvé entre la Majorité et l’Opposition, ce conseil devrait être constitué de 28 membres, mais les membres le composant doivent encore faire objet d’un consensus avec les acteurs.

« Il y a un certain nombre de questions sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord. Le fait par exemple qu’il y a trois vice-présidents, et les trois vice-présidents vont provenir des composantes suivantes: Majorité Présidentielle, Rassemblement et le Front pour le Respect de la Constitution« , explique le sénateur Mokonda.


M. Mokonda qui annonce également un accord sur le poste du questeur de cette institution, confié à la Société civile, fait savoir que la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a refusé de prendre part à cette institution, préférant continuer son rôle de médiation.

Ecoutez les explications du sénateur Florentin Mokonda Bonza au micro d’Aline Engbe.


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top