Liens commerciaux

0
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’opposant historique Étienne Tshisekedi a reçu des obsèques dignes d’un chef d’État à Bruxelles où la mort l’a surpris le mercredi 1er février.
Le président de l’UDPS est la première personnalité politique morte en Belgique à bénéficier d’un tel traitement de faveur des autorités belges. Elles se sont déplacées en grand nombre au Palais d’Heysel pour rendre un dernier hommage au Sphinx de Limete.
Pourtant le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social et la Belgique entretenaient des relations en dents de scie. Tantôt cordiales tantôt houleuses.
Mais ces derniers temps, les autorités belges s’étaient sensiblement rapprochés de Tshisekedi au détriment de Kabila soupçonné de vouloir s’accrocher au pouvoir en violation de la constitution.

Les funérailles qu’elles ont gratifié au héraut de l’état de droit ont un parfum de message politique destiné au président Kabila.
En effet, les autorités belges ont mis les petits plats dans les grands pour honorer Étienne Tshisekedi. Mobutu, mort dans son exil marocain n’a pas eu droit à de tels honneurs.
Son corps (Tshisekedi) a été exposé au Palais d’Heysel près de l’Atomium. Une exception car les hommages on les rend au funérarium une fois que la dépouille mortelle quitte la morge.
Pendant plusieurs jours, les congolais et les personnalités politiques belges et européennes vont défiler pour lui rendre un dernier hommage.
Une messe à la Basilique Koekelberg sera célébrée en sa mémoire le jeudi prochain.
Pendant près d’une semaine, pour saluer la mémoire d’ Étienne Tshisekedi, la Belgique n’aura donc pas lésiné sur les moyens.
Un dispositif sécuritaire impressionnant a été mis en place autour de ses funérailles.
Par ces funérailles grandioses, la Belgique a voulu aussi témoigner sa sympathie à la population congolaise.

Ne pas y voir un message politique et diplomatique subliminal serai faire preuve de cécité politique.

Zabulon Kafubu
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top