Liens commerciaux
           

0
Effondré par la brusque nouvelle de la disparition du sphinx de Limete, l’opposant Martin Fayulu n’en pouvait pas. Son premier mot : c’est l’hécatombe. Harcelé par les médias depuis les premières heures du matin, le leader de l’Ecidé a préféré accorder son premier témoignage à 7sur7.cd et France 24. « Je suis terrassé, je ne sais quoi dire mais saches le déjà que nous avons perdu un monument, une icône et le grand repère de notre pays », affirme Martin Fayulu. Il ne s’imaginait pas que le leader maximo allait quitter le monde en ce moment difficile que traverse le pays. « Tshisekedi était important pour le pays mais bon, c’est le destin », dit-il. Très inconsolable, Fayulu pense que Tshisekedi est un « héros national ». Difficile pour lui de maîtriser sa douleur. L’élu de la Lukunga espère que l’opposition va se reprendre de la tristesse et trouver la meilleure façon d’honorer le père de la démocratie. A peine qu’il a appris la nouvelle, Fayulu a largué un tweet interpellateur. « La mort du président Tshisekedi laisse un grand un vide mais il demeure l’exemple du don de soi au service de son pays ». De Tshisekedi, Fayulu retient l’amour de son pays et de son peuple. Un exemple que les congolais doivent suivre. Il a souffert, tabassé, emprisonné et même relégué plusieurs fois à l’intérieur du pays. Les discussions privées avec Tshisekedi, Fayulu en avait eues. Pour lui, ce sont des leçons qu’il gardera toute sa vie politique. Avant son tout dernier voyage à Bruxelles, Fayulu était présent lors de l’audience que le président du conseil des sages du Rassemblement a accordée aux évêques. Il se rappelle que l’opposant historique ne cessait de demander aux prélats catholiques : « Où mettez-vous le peuple ? ». « Qu’est ce que mon peuple va dire ? ». « Qu’est ce que je fais de mon peuple » ? . Selon le coordonnateur de Forces acquises au changement, Tshisekedi n’avait dans sa bouche que le peuple. « Et il invite chaque congolais de se demander ce qu’il fait pour son pays ». Loin de se laisser abattre, Martin Fayulu croit que l’heure a sonné pour perpétuer l’oeuvre du leader du Rassemblement. « Nous devons être habités par le patriotisme et l’esprit d’abnégation ». Il faut servir le pays sans flancher, sans peur mais avec des convictions farouches comme Étienne Tshisekedi ».
Et le leader de l’Ecidé de trancher : le combat de Tshisekedi doit donner des fruits palpables pour qu’il y ait alternance dans ce pays, pour qu’ il n’ y ait plus confiscation du pouvoir. Au sujet de l’inquiétude de l’opinion sur une probable implosion du Rassemblement, l’élu de Lukunga rassure. « Le Rassemblement ne peut pas voler en éclats, si nous tous, nous suivons ses enseignements ». A Genval, se rappelle Fayulu, le président de l’Udps avait convoqué tous les leaders du changement pour consolider l’unité de l’opposition, pour défendre la démocratie et la constitution mais aussi pour imposer l’alternance. A en croire Martin Fayulu, détruire cette oeuvre ne sera pas honoré la mémoire du président Étienne Tshisekedi. De manière ferme, Fayulu promet que le Rassemblement tiendra le coup. « L’esprit Tshisekedi est là et il va demuerer de générations en générations ». Depuis 1990 que Martin Fayulu avait côtoyé Tshisekedi, les deux personnalités ne se sont plus quittées. De l’Union sacrée de l’opposition avec le FDD, en passant par la conférence nationale souveraine jusqu’aux élections de 2011 où Diongo, lui même Fayulu et les autres figures de proue de l’opposition avaient créé la Dynamique Tshisekedi Président, le chef de file de Forces Acquises au Changement a toujours lutté à ses côtés. Avec Tshisekedi, il partagait les mêmes valeurs. Ils luttaient ensemble pour les mêmes objectifs à savoir défendre la démocratie, la constitution, la bonne gouvernance et l’État des droits. Il appelle les congolais à se mobiliser pour rendre des hommages mérités à celui qui a permis aux congolais de croire en leur pays.fayuluTwitter
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top