Liens commerciaux

0
Les Ne Kongo s’engagent à réparer l’image du chef de l’Etat et à lui présenter des excuses après les propos tenus par le gourou de la secte Bundu dia Kongo

Les appels à la xénophobie et les violences survenues dernièrement à Kimpese, Lukala, et Songololo, dans la province du Kongo Central, suite au conflit de leadership qui oppose deux fils de cette province et cadres du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo, notamment le gourou de ladite secte, le député Ne Muanda Nsemi, et le Vice-ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction, M. Papy Miantezolo et vice président de Bundu dia Kongo , inquiètent préoccupent le chef de l’Etat ainsi que le Gouvernement Central.

C’est pourquoi le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et la sécurité, M. Emmanuel Ramazani Shadary, a tenu à tirer cette affaire au clair au cours d’une réunion qu’il a tenue avec les notables de la province du Kongo central, toutes tendances confondues, le mardi 07 février 2017, en son cabinet de travail.

Les grands noms du monde de la politique de cette province, en commençant par le Gouverneur Jacques Mbadu Situ, les vice-ministres Yves Kisombe et Miantezolo, des députés et sénateurs tant de l’Opposition que de la Majorité se sont ainsi retrouvés autour du Vice-Premier ministre Ramazani Shadary qui a saisi cette occasion, pour exprimer l’indignation du Gouvernement face aux propos outrageants qu’aurait tenus un des notables impliqués moralement dans ces violences, et face aux actes condamnables ayant occasionné des pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels.

A en croire le député César Lubamba, un des notables ayant pris part à la rencontre, il a été question de réunir les éléments nécessaires en vue de l’entretien que les notables du Kongo Central auront avec le numéro un congolais, afin de lui présenter vivement les excuses du peuple Kongo.

Réactions des notables Kongo après la réunion

Au sortir de l’entretien avec le ministre de l’Intérieur et la Sécurité, les notables du Kongo ont vivement condamné les propos outrageants que le député Ne Muanda Nsemi, gourou de la secte Bundu dia Kongo, aurait tenus à l’endroit du Chef de l’Etat. Ils ont aussi fustigé les appels à la violence et à la xénophobie ayant conduit aux incidents qui ont endeuillé Kimpese, Lukala et Songololo, tout en insistant sur le fait que les violences commises n’incarnent pas la coutume du peuple Kongo.

« Il y a dans chaque peuple des frustrations, mais ici, le grand problème est que ces frustrations sont portées par quelqu’un qui, au regard de notre coutume, n’incarne pas la coutume de notre peuple. Car, le peuple Kongo est un peuple de paix », a notamment déclaré devant la presse le député national César Lubamba, élu du Kongo Central.

Celui-ci a rappelé que la situation d’insécurité créée à Kimpese, Lukala et Songololo est née des divergences au sein de la secte Bundu dia Kongo, notamment entre le responsable spirituel Ne Muanda Nsemi, et l’actuel Vice-ministre des ITPR, Papy Miantezolo.

Le député César Lubamba a aussi fustigé le fait que « Ne Muanda Nsemi utilise ses propres frustrations pour faire passer son message ». Et d’ajouter : « nous pensons que l’Etat congolais lui a donné un peu d’ouvertures, et on l’a laissé faire certaines choses, alors que le peuple Kongo a besoin de la quiétude et de travailler.

Evoquant les propos injurieux tenus par Ne Muanda Nsemi, le député César Lubamba a vivement condamné cet acte tout en soulignant que cela ne relève pas de la culture Kongo. Selon lui, « on a donné au leader de Bundu dia Kongo l’occasion de se propulser sur la scène à travers cette façon de faire qui n’honore pas le peuple Kongo ».

Le député national Clément Nzau, qui a également pris part à la réunion avec le VPM Ramazani Shadary, a abondé dans le même sens en condamnant non seulement les pertes en vies humaines, mais aussi les propos outrageants qui auraient été tenus à l’endroit du locataire du Palais de la Nation.

« La vie humaine est sacrée, et le chef de l’Etat entant que symbole de la Nation est une personnalité qu’on ne doit pas insulter », a notamment déclaré le député Nzau, tout en condamnant aussi les actes de xénophobie enregistrés au cours de ces incidents.

Yves Kisombe, notable de la province et Vice-ministre aux Affaires étrangères, a enfoncé le clou en condamnant les troubles qui semblent s’installer au Kongo Central. « La violence doit être exorcisée, et les vecteurs doivent être combattus, l’ordre républicain doit être réglé », a-t-il notamment déclaré tout en jugeant inacceptable la tenue des propos injurieux à l’endroit du Chef de l’Etat. Fumu Difima, un autre notable de la province, a promis de s’investir pour apaiser les esprits et mettre à contribution le « Kizonzi », afin de réparer au Kongo central l’image du Chef qui vient d’être ternie par un Ne Kongo.

Le Vice-ministre Miantezolo qui a aussi pris part à la réunion, en tant que fils du Kongo Central, n’est pas resté muet au sortir de l’entretien avec le Vice-Premier ministre Shadary. « J’ai fait le droit public ? Les lois de la République nous interdisent d’inciter les gens à la xénophobie.

N’importe qui peut vivre n’importe où ; nous condamnons la xénophobie. Il y a la justice. Je ne sais pas qualifier l’infraction. S’il y a outrage, que la justice puisse s’en saisir », a notamment déclaré l’homme dont l’entrée au Gouvernement a mis Ne Muanda Nsemi dans tous ses états.

Abordé à son tour par la presse au sortir de la réunion, le Gouverneur du Kongo Central, jacques Mbadu Nsitu, a fait savoir que « la situation est très calme, même s’il y a eu des affrontements entre différentes factions de Bundu dia Kongo suite aux divergences entre deux personnalités». Pour le Gouverneur Mbadu, « on ne peut pas cautionner la xénophobie, ni l’outrage au Chef de l’Etat ainsi les messages de haine ».

Tout en appelant la population au calme, à vaquer tranquillement à ses occupations et à continuer à faire confiance aux institutions de la république, le chef de l’exécutif provincial du Kongo Central a fait savoir que la réunion convoquée par le Vice-Premier ministre Ramazani Shadary vise à trouver des solutions à cette crise.

Par DMK
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top