Liens commerciaux
           

0

* S’il est acquis que l’Assemblée nationale accordera sa confiance au Premier ministre, il n’en demeure pas moins que la dernière redistribution des cartes laissera des traces dans la Kabilie.

L’Assemblée nationale rd congolaise procédera ce mardi 16 mai, à l’investiture du Gouvernement Bruno Tshibala. Mais avant l’installation officielle de son équipe, le Premier ministre devra dévoiler aux élus directs du peuple, les grandes lignes de son action. Immédiatement après l’exposé du Premier ministre, un débat général sera ouvert. Occasion pour les 500 membres qui composent la Chambre basse du parlement, de réagir au discours de leur hôte.

A la suite de différentes interventions des députés, le chef du Gouvernement aura le libre choix. Soit qu’il réponde le même jour, soit il pourra solliciter les traditionnelles 48 heures pour mieux préparer sa réplique. Après les réponses du Premier ministre, l’ensemble du Programme sera soumis à un vote à main levée de la plénière. Soit le projet passe, soit qu’il est carrément rejeté. Et, dans l’hypothèse invraisemblable où le Programme du Premier ministre serait rejeté, le Gouvernement serait renvoyé à son expéditeur. On est donc là, sur le plan des principes. Même si l’histoire récente de la politique du pays renseigne que, depuis la première législature de la Troisième République en RD Congo, en 2006, aucun Premier ministre n’a jamais été déchu de cette manière.

UNE INVESTITURE DANS UN CONTEXTE DE MECONTENTEMENT
Fort de 59 membres, le Gouvernement Bruno Tshibala aligne plusieurs ministres hérités de l’Exécutif sortant du Premier ministre Samy Badibanga. Au nombre de ceux-ci, 22 ministres sont issus de douze partis politiques membres de la Majorité présidentielle (MP). Peu importe donc la clef de répartition. Le plus important à retenir, c’est que la plupart des ministres MP ont été automatiquement reconduits. Si certains ont maintenu leurs anciens ministères, d’autres ont tout simplement été permutés !
Depuis, il y a comme un malaise au niveau de la Kabilie. Sous couvert d’anonymat, certains ténors de la Majorité présidentielle semblent encore loin,et même très loin, d’avoir bien digéré la reconduction mécanique de certains de leurs.
La raison ? C’est qu’à l’annonce de la formation du nouveau Gouvernement en RD Congo, conformément à l’Accord du 31 décembre 2016, de nombreux sociétaires de la plateforme politique de soutien au Président Joseph Kabila se nourrissaient de l’espoir de savourer, cette fois-ci, les délices du pouvoir. Ce serait donc une première fois pour tous les membres de la famille politique du Chef de l’Etat qui sont longtemps restés dans la réserve de la République, et un retour aux affaires pour certains de leurs compagnons. Précisément ceux-là même qui, par le passé, avaient eu la chance d’être nommés qui ministre, qui vice-ministre. Hélas !
A la publication du Gouvernement Bruno Tshibala, le mardi 9 mai courant, les espoirs de ces attentistes ont été douchés et même déçus. D’où, la grogne actuelle au sein de la MP. Si certains membres de la plateforme s’indignent du renouvellement du bail de certains ministres, d’autres fustigent le fait que certaines formations politiques de la MP, n’eussent pas été prises en compte dans la composition de l’actuel Exécutif.
C’est le cas de l’Union pour le développement du Congo (UDECO), de l’immortel Baudouin Banza Mukalay. Avec six députés et deux sénateurs, ce parti politique n’a ni ministre ni vice-ministre dans le Gouvernement qui sera investi ce matin.

BEAUCOUP DE BRUITS SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Le mécontentement à la MP donne libre court aux bruits, et même plusieurs bruits sur les réseaux sociaux. En tout cas, des internautes membres ou sympathisants des partis politiques ne manquent pas d’ouvrir le débat sur cette question.
Ici, seul le ton utilisé soit dans la présentation du problème, soit dans la réplique, est le seul déterminant qui permet de se faire la moindre religion sur l’obédience politique des différents intervenants.
Toutefois, malgré leurs différences en termes d’appartenance idéologique, tous ces internautes conviennent qu’après la sortie du Gouvernement Bruno Tshibala, un climat malsain s’observe réellement dans le clan politique du Chef de l’Etat.
A ces bruits, s’ajoutent également des publications qui, sans être authentifiées, ont cependant le mérite de renseigner sur l’état d’esprit actuel dans certains pans de la Majorité présidentielle. C’est donc dans ce contexte de malaise que le Premier ministre et son Gouvernement seront sans doute investis.
Néanmoins, côté Majorité, la reconduction mécanique de certains membres de la plateforme dans le Gouvernement actuel, laissera des traces, quand bien même elle serait déjà passée. Tout le tableau ainsi peint, renseigne à suffisance qu’il n’est pas du goût de tous les inconditionnels de la MP.
Electrochoc ? Mauvaises prédictions ? Toujours est-il que la grogne est bien réelle.
Grevisse KABREL
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top