Liens commerciaux
           

0

* Par ailleurs, le club orange est sommé de payer une amende de 7.500 USD.

Le verdict du match qui devait opposer FC Renaissance au Daring Club Motema Pembe, le lundi 8 mai au stade des Martyrs, n’a pas du tout plu aux supporters Oranges. Le comité de gestion de la Linafoot qui s’est réuni hier à son siège, a décidé que cette formation sportive écope d’un forfait (3-0) à l’avantage de DCMP, en plus d’une amende de 7.500 USD et de la répartition des préjudices causés. Cette décision de la Ligue nationale de football (LINAFOOT), est tombée hier mardi 10 mai dans la mi-journée.

Dans son communiqué, l’instance faitière du football congolais a expliqué que ces décisions ont été prises sur base des rapports des officiels et des propositions faites par la commission de Discipline de la Compétition (C.D.C), en rapport avec les incidents ayant occasionné l’ajournement de ce match. La Linafoot s’est également appuyé, sur les textes qui régissent la pratique du ballon rond sur le plan mondial en général et en RDC en particulier. Le Club cher à Pascal Mukuna perd cette explication par forfait soit 3 buts à zéro en faveur du Dcmp, pour avoir d’après le communiqué, intentionnellement enlevé les drapelets de coin obligatoires au marquage du terrain. (Cfr Loi 1 et 17 point 8 du règlement de la FIFA).
La Renaissance du Congo devra également débourser une somme de 7.500 dollars américains comme amende et réparer les préjudices causés ce jour-là. Sans s’arrêter là, " le club risque une exclusion et une relégation en Division inférieure en cas de récidive ", poursuit la notification.
Du côté vert et blanc, aucune sanction n’a été signalée dans la lettre. Si ce n’est la convocation de son joueur Kazadi Kasengu et de son intendant. Le Dcmp prend automatiquement la tête du classement avec 14 points, devant Mazembe 12 points, V. club et Renaissance 9 points chacun.
Pour les fans Oranges, cette décision est tout à fait partielle et partiale. D’abord partielle parce qu’au regard de tout ce qui s’est passé ce jour là au stade, les sanctions ne devaient pas seulement se limiter à un forfait, faire payer cette amende et proférer des menaces à leur club. Et partiale parce qu’elle ne frappe qu’un seul club. Alors que dans l’ajournement de ce match, " les deux équipes y étaient pour quelque chose ", soutiennent-ils.

LA LINAFOOT EST ELLE LA SEULE COUPABLE ?
Selon certains observateurs, les vidéos enregistrées cet après-midi là circulant sur la toile, montre une autre version des faits. Un officiel de la délégation Immaculée aurait bien avant, été à la base de ce désordre en changeant l’étoffe du drapelet. Et c’est plutôt cet acte antisportif qui aurait poussé les supporters de Renaissance à réagir jusqu’à déterrer tout le drapelet sans lequel le match ne pouvait se jouer.
" Toutefois, la Linafoot reste le seul et l’unique coupable dans cette affaire. Comment une rencontre qui se joue dans une si grande ville comme Kinshasa, pourrait être ajournée pour manque de drapelets alors qu’on prévoit même des filets de réserve ? " S’interrogent les observateurs avertis. " Et pourquoi n’a-t-on pas pu remplacer un autre piquet de coins même si le match devait commencer avec quelques minutes de retard ? Posez toutes ces questions, c’est également y répondre ", concluent-ils. BAHATI Kasindi & Ben LUZOLO (stagiaire UPN), Dorius MBEMBE (stagiaire IFASIC)
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top