Liens commerciaux

0
Les autorités de la République Démocratique du Congo pourraient bien refuser des visas aux enquêteurs onusiens annoncés dans le cadre d’une enquête internationale et indépendante sur les violences meurtrières qui secouent les provinces du Kasai depuis dix mois.

Réitérant lundi , l’appel à la communauté internationale à coopérer avec la RDC dans l’enquête sur le double ‘assassinat en mars dernier de ses deux experts au Kasaï-central.

«Il n’y a pas mauvaise volonté de notre part, On ne peut pas faire fie de nos 800 magistrats militaires, on ne peut pas faire fie de 3500 magistrats civiles, et se présenter au Congo comme si c’était un état néant, comme si les institutions n’existent plus … Nous avons déjà prouvé à la suite d’un concours international, un de nos magistrats militaire a été choisi par l’ONU pour devenir procureur spécial pour la cour pénale spéciale en république centre africaine, donc on ne peut pas dire que notre justice ne fonctionne pas, la preuve elle est là…. Je ne vois pas comment une équipe des experts internationaux entrer dans le territoire, se promener sur l’ensemble du territoire sans être accompagner des magistrats, des policiers congolais, comment ils vont faire?….Si on considère qu’on peut le faire sans nous, c’est qu’ils sont d’autres crenaux…. Nous , nous les invitons à travailler avec nous, nous collaborons toujours avec la communauté internationale…..Et la RDC est toujours ouvert…nous ne sommes pas un pays sous administration des nations unies, si on considère qu’on peut se passer de nous pour faire l’enquête, faites le, rien ne peut se faire sans nous» a-t-il dit

Les nations unies maintiennent la pression pour qu’elles mènent elles -mêmes l’enquête sur l’assassinat de ses deux experts.

Stanys Bujakera

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top