Liens commerciaux

0


La dernière sortie médiatique du SG de l’UDPS, Jean Marc Kabund, appelant à la désobéissance civile et surtout à ne plus reconnaitre le Raïs comme chef de l’Etat a fait réagir le porte-parole de la famille politique du président Joseph Kabila. Dans une interview à la presse, André-Alain Atundu Liongo estime simplement que « ces dirigeants de l’UDPS ont perdu la boussole ». Morceaux choisis.


INTERVIEW DE L’AMBASSADEUR André-Alain ATUNDU, PORTE-PAROLE DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE
Question : Monsieur le Porte-Parole, l’UDPS vient d’annoncer dans une déclaration rendue publique " ne plus reconnaître le Président Joseph KABILA KABANGE comme Chef de l’Etat. Comment avez-vous accueilli cette déclaration ?"
Réponse : Cette déclaration n’est ni étonnante ni surprenante pour tout observateur avisé de la vie politique congolaise. Elle n’est que la suite logique du projet du Rassemblement dont fait partie l’UDPS, d’instaurer en République Démocratique du Congo un régime d’exception, dont I’UDPS prendrait la direction au mépris des dispositions constitutionnelles, avec le concours attendu de certaines complicités tant sur le plan national que sur le plan international.

« A votre sens que vise une telle déclaration ? »
Elle vise, sans nul doute, à légitimer les actions de déstabilisation et de désordre public que projettent I’UDPS et son Ailier G7. Mais c’est un véritable coup d’épée dans l’eau parce que ce genre de déclaration n’a aucune prise sur la réalité sociale du Peuple Congolais ni sur la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.

Malgré tout, cette déclaration ne risque-t-elle pas d’avoir un impact sur les militants ?
En toute honnêteté, je ne le pense pas. Car cette déclaration traduit, de façon dramatique, la rupture entre les objectifs d’une direction politique radicalisée et égoïste à la poursuite effrénée des positionnements personnels et l’aspiration profonde des militants à la paix sociale et aux élections apaisées.

Que conclure ?
L’UDPS radicalisée, auteur de cette déclaration, est en flagrante contradiction avec l’engagement des leaders de l’UDPS du vivant de Monsieur TSHISEKEDI wa MULUMBA et du RASOP à reconnaître et à respecter la primauté de la Constitution, notamment en son article 70, qui permet aujourd’hui au Président Joseph KABILA KABANGE de continuer, en toute légitimité, à gérer le pays pour assurer la continuité de l’Etat avec comme objectif majeur l’organisation des élections,
Apparemment, ces leaders de l’UDPS ont perdu la boussole.
Fait à Kinshasa, le 02 Juillet 2017

Ambassadeur André -Alain ATUNDU LIONGO
Porte-Parole
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top