Liens commerciaux

0

» Le rapport de la hiérarchie militaire locale FARDC dément toute incursion de militaires congolais dans une base de la MONUSCO a Kananga » a dit ce mardi 29 août 2017 Lambert Mende Omalanga, porte-parole du gouvernement de la Republique.
Il révèle que l’affaire sera dorénavant suivie par les autorités gouvernementales et judiciaires congolaises compétentes. Pour lui, la MONUSCO n’a pas vocation à protéger des auteurs de faits criminels au motif qu’ils seraient journalistes. «Ce serait attentatoire et au droit international et à l’accord de siège conclu entre la RDC et l’ONU», souligne-t-il.
Selon lui, l’incident aurait concerné des éléments des forces loyalistes poursuivant un individu présumé auteur de tentative de constitution d’un nouveau groupe armé dans cette région (Kasai Central) qui sort à peine d’un cycle des violences indicibles et qui s’est réfugié dans une base de la MONUSCO en se présentant comme un journaliste. «Ce qui ne saurait en tout état de cause fonder une quelconque immunité en sa faveur. Des témoins affirment que les soldats n’ont pas pénétré dans l’enceinte de la base. Ils en ont référé à leurs supérieurs. C’est ce qui explique que l’individu n’ait pas été appréhendé, ayant ainsi bénéficié de l’asile de la représentation locale de la MONUSCO» rapporte-t-il.
Rappelons que Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, a condamné « fermement » ce qu’il qualifie de violation de la propriété des Nations-Unies à Kananga, province du Kasaï Central, ce lundi 28 août 2017, par des soldats de l’armée congolaise.
Le numéro un des Nations-Unies en Rdc demande au gouvernement congolais de s’assurer que les responsables de cet incident répondent de leurs actes et de prendre les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus.
Clément Muamba
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top