Liens commerciaux

0





Les Kinois attendent impatiemment la fin des travaux d’élargissement de l’avenue By-Pass. Amorcés depuis plus d’une année, ces travaux perturbent la fluidité du trafic sur cette artère fréquentée qui relie la Route nationale n°1 (RN1) - provenant du Kongo central - au boulevard Lumumba, au niveau de l’Echangeur de Limete. Le réaménagement de cette voie expose aussi quotidiennement les transporteurs, les passagers… et les piétons à un amas de poussière. Reportage.

Tous les jours, Charly B. fait des navettes sur l’avenue By-Pass, au volant de sa mercedes 207. A cheval entre Rond-point Ngaba et UPN, ce bus transporte une trentaine de passagers par rotation, roulant à vive allure dans une route parsemée de poussière. Tout le long du parcours, chauffeur comme receveur sont contraints d’aspirer ces bouffées de poussière, autant que leurs clients.
Au terme de la journée, Charly B. et son collaborateur se retrouvent avec des cheveux, des paupières… et des vêtements jaunis, à l’instar des meuniers trempés dans la farine des moulins. Bien qu’ils se consolent en manipulant des liasses de billets de francs congolais récoltés auprès de leurs clients, ils regrettent toutefois d’avoir aspirer autant de poussières qui les exposent à la toux, au rhume et à plusieurs autres maladies. Leur vision en pâtit quelque peu.

QUAND LE CACHE-NEZ SE FAIT DESIRER
Pour mieux se protéger, ils se hâtent de se procurer d’un cache-nez, moyennant un 200 Fc la pièce. Conscients de ce besoin devenu récurrent, des dizaines de jeunes gens, masqués comme des chirurgiens, sillonnent By-Pass avec des cartons de cache-nez qu’ils vendent à loisir aux centaines de conducteurs et passagers qui empruntent cette voie. Et pas seulement.
Même les vendeurs ambulants et les marchands qui opèrent dans les différents marchés y trouvent leurs comptes. On les voit ainsi s’affairer devant leurs étalages autour de l’avenue By-Pass, au marché de Rond-point Ngaba, masqués comme des chirurgiens, les cache-nez fixés autour de leurs mâchoires. Pas étonnant toutefois de les voir tousser ou de s’essuyer les visages au moindre passage d’un camion vrombissant, laissant derrière lui des tas de poussières.
"Tant que les travaux de réfection de la route By-Pass poursuivent leurs cours, je vais continuer ce commerce rentable", lâche, tout amusé, un vendeur des cache-nez, brandissant son paquet rempli d’une cinquantaine de pièces. A quelques mètres de là, un policier de roulage régule la circulation, avec un visage bandé de cache-nez. Il n’est d’ailleurs pas le seul. Ses autres collègues se sont aussi dotés de cet accessoire qui montre ici son utilité dans des carrefours bondés de monde et de poussière.

VIVEMENT LA FIN DES TRAVAUX
"L’avenue By-Pass est, en effet, devenu un vaste chantier poussiéreux suite aux travaux de réfection et à la saison sèche, nous explique, habitant la commune de Mont-Ngafula. Comme dans plusieurs recoins, ces travaux rencontrent quelques obstacles au niveau de l’arrêt Masanga-Mbila, précisément au tronçon compris entre les arrêts Mère-Canon et Bel’air".
"Les entreprises qui œuvrent sur cette artère sont butées aux tuyaux de canalisation d’eaux, placés sur la trajectoire de nouvelles conduites, érigées aux abords de la commune de Selembao. L’autre obstacle, c’est le tas de sable qui se déverse régulièrement sur la chaussée en réhabilitation, ralentissant ainsi le rythme des travaux", soutient Ornella P.
"Moi, je suis impatient de voir les travaux de cette route terminée au crépuscule de cette saison sèche. C’est important que cette artère soit élargie, réhabilitée et vite asphaltée pour nous permettre de rouler aisément, en sécurité et avec tout le confort possible", commente Nono H., taximan desservant le tronçon Rond-point Ngaba - Lemba terminus.
"Quand les pluies vont revenir, j’aimerais bien que les travaux de réaménagement de l’avenue By-Pass soient à terme, de peur que l’averse ne puisse encore détériorer cette route qui est en train de subi sa cure de jouvence, avant l’asphaltage", soupire Mamina Y., descendant d’un taxi-bus jaune de poussière.
Une artère de plus de 12 kilomètres à réhabiliter
Les travaux amorcés sur By-Pass visent à élargir et à moderniser cette artère dans son tronçon compris entre la station Engen de Salongo-Sud, dans la commune de Lemba, et le rond-point Triangle de la Cité verte, dans la commune de Mont-Ngafula.

Diligentés pour faciliter le trafic entre les communes urbaines, les communes rurales et les voies secondaires, ils s’inscrivent dans le cadre du programme de la Révolution de la modernité, initié par le Président Joseph Kabila, souligne une dépêche de l’Agence congolaise de presse (ACP).
Menée sous la direction du ministère des Infrastructures et travaux publics, avec le concours de l’Agence congolaise de grands travaux (ACGT) et l’entreprise chinoise CCGD, la réhabilitation de l’avenue By-Pass porte sur 12,177 kilomètres de long et 13,60 mètres de large, précise l’ACP. Nathalie MAVUNGU/Stagiaire UCC
Yves KALIKAT
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top